Mentir vrai ?

« Parler vrai », « agir juste » , tels étaient les deux slogans que je mettais en avant dans un récent billet1 pour inciter les dirigeants politiques à avoir le courage d’être réalistes. Manifestement, cela est également vrai des dirigeants économiques.
En effet, dans le courant de l’été2, j’avais émis l’hypothèse que les choses changeaient dans le monde des entreprises mondialisées à partir du moment où les actionnaires faisaient voter en assemblées générales des motions en faveur du climat et l’exemple retenu était emblématique puisqu’il s’agissait d’une entreprise pétrolière.
Hélas, il faut bien constater qu’il y a encore loin de la coupe aux lèvres et que les bonnes intentions tardent à se transformer en actes, du moins si j’en crois les résultats d’une étude menée par une ONG qui semble connaître son sujet : https://www.novethic.fr/les majors pétrolières ont approuvé 50 milliards de dollars de projets incompatibles avec l’accord de Paris
Que faut-il en conclure ?

Tout d’abord, soyons positif et constatons que c’est un des bienfaits de ces conférences des parties qui se réunissent tous les ans, d’avoir permis l’émergence de ce genre d’observatoires. Cela permet à tout moment d’avoir des arguments pour rappeler aux parties prenantes à ces COP et notamment les Etats que les accords internationaux et notamment l’Accord de Paris n’ont de valeur que si toutes les parties et ici nommément les Etats et les Entreprises de taille mondiale mettent en accord leurs propos et leurs actes. Comme le cap est fixé, comme le cheminement pour y arriver commence à être bien balisé, il devient alors évident de voir si l’objectif pourra finalement être atteint et dans le cas contraire qui est responsable et de quoi.

Maintenant, si on est pessimiste, on en conclura désabusé que, de toute façon, il fallait s’y attendre : avec les patrons, il n’y a que des mauvais coups à prendre et que le seul moyen de les faire évoluer, c’est de leur tordre le bras ou de les frapper là où ça fait le plus mal, du côté du portefeuille. C’est une option.

Cela dit, rien n’empêche d’être un peu réaliste et de se dire que ces grosses machines économiques sont un peu comme les pétroliers géants qu’elles commanditent : leur force d’inertie est telle que la correction du cap ne peut être que progressive et que la réorientation de leur activité peut prendre des années.

Conclusion de tout cela : il faut que les ONG continuent à mettre la pression en mettant en évidence ces contradictions entre les paroles et les actes car, au cas où les pessimistes auraient raison, ce seront autant de vecteurs de communication pour faire bouger les opinions publiques qui sont composées de consommateurs (frapper au portefeuille) mais aussi de citoyens (les Etats sont plus légitimés à leur tordre le bras, via des normes et des règlements plus coercitifs). Si par contre il s’agit de vaincre des inerties structurelles, ces rappels de plus en plus alarmistes sont de nature à accélérer les manœuvres de retournement, un peu comme dans un port, les petits « tchouk-tchouk » des lamaneurs ou des pilotes de port aident les mastodontes des mers à se mouvoir dans un espace de plus en plus réduit.

1Je ne mets volontairement pas le lien avec ces articles dans le corps du billet de façon à ne pas alourdir le texte et surtout pour ne plus céder à cette mode des médias écrits dont certains abusent de ces auto-citations de façon à inciter leurs lecteurs à aller voir ailleurs sur le site afin d’augmenter l’audience. Du coup, soit vous croyez sur parole, soit vous allez fouiller dans mes archives
2Même remarque

Cet article, publié dans RSE, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.