Mieux vaut en rire -rubrique décidément inépuisable- n° 182 : feux d’artifice pour la rentrée

«Dépêchons-nous d’en rire aujourd’hui, de peur d’avoir à en pleurer demain. »Beaumarchais
« L ‘humour est la politesse du désespoir. » Oscar Wilde
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. »PierreDesproges
« parce que le rire est le propre de l’homme. » Rabelais

La fin d’un mythe

Franchement ! Vous ne trouvez pas que cela fait désuet, une principauté dont la surface se mesure en hectares, 202, et non en km² et dont la population est à peine de 38.000 habitants. C’est même carrément anachronique à l’époque des grands ensembles géographiques. Et pourtant, ça existe et même ça vit plutôt bien. La raison en est simple : c’est un paradis…fiscal et ceci explique que les Monégasques y soient largement minoritaires. Les 30.000 « immigrés » résidant là se sentent donc à l’abri de l’inquisition fiscale de la France, de l’Italie ou du Royaume-Uni, pour ne prendre que les nationalités les mieux représentées. Hélas pour eux, une fissure vient d’apparaître dans leur carapace d’immunité : https://www.ouest-france.fr/Les conducteurs monégasques flashés en France devront bientôt payer une contravention Cela aurait dû suffire à me mettre en joie, mais en lisant l’article, j’ai découvert une autre raison de sourire . Je cite : « L’an dernier, 100 000 conducteurs immatriculés à Monaco ont commis une infraction au Code de la route en France. » .100.000 conducteurs, pour une population de38.000 résidents, n’est-ce pas un peu trop sachant que les moins de 18 ans représentent quand même près de 15% de la population et que la tranche d’âge la mieux représentée est « les plus de 74 ans ». Alors s’agit-il d’excès de vitesse de poussettes ou de déambulateurs ? Difficile d’imaginer quelque chose d’aussi grotesque. Cela veut dire que les 29.000 « Monégasques » restant se sont fait flasher au moins trois fois. Notez, comme la plupart des pilotes de Formule 1 résident sur « Le Rocher », peut-être y a-t-il un effet de mimétisme !

Un mal pour un bien !

Sa femme aime nos vins mais pas lui, parce qu’il ne boit pas d’alcool, paraît-il. Toutefois sa menace de mettre des taxes prohibitives sur les vins français devait être prise au sérieux semble-t-il. Du coup, se profilait à l’horizon un risque majeur pour les vignobles français, la surproduction et le surstockage, à cause de la fermeture de ce marché très important. Heureusement, il y aura ça : http://decouverte.challenges.fr/La production française de vin estimée en baisse de 12% par rapport à 2018 Donc pas de mévente à attendre, au contraire. Mais en général, dans ces cas-là, c’est le marché national qui souffre car les distributeurs privilégient toujours les marchés étrangers, plus rémunérateurs. Du coup, Monsieur Trump, merci ! Grâce à vous nous aurons peut-être la chance de trouver dans nos caves des millésimes 2019

Un mal pour un bien(bis)

ça va mal entre le Brésil de Bolsonaro et la France de Macron, c’est le moins qu’on puisse dire. Cela prend parfois des tournures abjectes mais parfois aussi, nous avons droit à des moments de franche poésie absurde. Ainsi la dernière sortie de cet Ubu équatorial a quelque chose de surréaliste : http://decouverte.challenges.fr/Et maintenant Bolsonaro s’en prend aux stylos français Bic Cette marque est tellement répandue dans le monde entier qu’on en a oublié qu’il s’agit d’une invention française. Merci, Mr Borsalino de nous l’avoir rappelé et surtout d’en avoir informé vos concitoyens. En effet, si ça continue, cela peut devenir le symbole de ralliement des opposants de plus en plus nombreux à sa politique. Voilà un magnifique coup de publicité dont le direceur des ventes de la marue ne pouvait même pas oser espérer. Notez, le plus drôle serait que ces stylos soient fabriqués…au Brésil.

Manifestement, y aura du boulot !

En général la lecture du Journal Officiel de la République Française (en abrégé le J.O) est une discipline austère. Mais parfois elle réserve de savoureuses surprises, là où on e les attend pas.
Tenez, par exemple cet arrêté paraît banal : nommer un directeur de projet dans une administration centrale d’un ministère est une chose courante et permet à l’administration de croire qu’elle est moderne parce qu’elle « fonctionne en mode projet » : https://www.legifrance.gouv.fr/Arrêté du 29 août 2019 portant nomination d’un directeur de projet Mais celui-ci a retenu mon attention, pour deux raisons. La première tient à la complexité de l’organisation du gouvernement Edouard Philippe II : rien que l’intitulé des deux ministères dont dépend ce haut fonctionnaire remplit deux pleines lignes du J.O., c’est dire si c’est compliqué d’expliquer ce que font ces deux ministères (en clair ministère de l’écologie et ministère de l’aménagement du Territoire). La second est la nature même de la mission qui lui est confie. Du coup, afin que vous compreniez tout le sel de cet arrête, je ne résiste pas au plaisir de la citer in extenso : « Il aura pour mission d’assurer le suivi des transformations publiques relevant des deux périmètres ministériels, de veiller à la bonne réalisation des objectifs, de contribuer à accélérer leur mise en œuvre par la définition d’actions appropriées et d’accompagner le changement de culture associé au pilotage par l’écoute des usagers, par les impacts et les solutions. »

Objectif n°1 : apprendre aux services à rédiger des arrêtés en Français du XXI° siècle si du moins le but est d’être compris des « usagers ».

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.