Voyage en Absurdie étape 10 les ailes du vent

Greta Thunberg est quelqu’un de logique. Prendre l’avion pour prendre la parole devant l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations-Unies et y dénoncer les méfaits des émissions de gaz à effet de serre aurait été absurde et elle y a renoncé.

Comme il y a un océan entre Stockholm et New York, il était inconcevable d’utiliser les moyens de transport terrestres habituels (trains, bus, covoiturage, vélo). Dès lors, il n’était pas absurde de penser au bateau.

.Va donc pour la marine à voile. Comme au bon vieux temps, donc ? Que nenni, cela aurait été absurde, on n’est pas née au XXI° siècle pour voyager comme au XIX° et puis, il convient de montrer que l’avenir des transports maritimes est peut-être dans la redécouverte des vertus de la puissance combinée du vent et du soleil. En faire la promotion n’aurait pas été absurde, surtout si le but recherché était de montrer que cela était généralisable.

Par contre utiliser ce qu’on qualifie de « Formule 1 de la mer » est un peu absurde, comme il est absurde, dans un autre domaine d’organiser des courses automobiles avec uniquement des véhicules électriques. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un riche sponsor pour mettre à votre disposition un navire coûtant quelques millions de dollars.

Comme il existe des tas d’initiatives à vocation écologique qui actuellement naviguent sur les mers et au hasard, j’en citerai deux ou trois mais ce n’est pas exclusif du foisonnement existant
Tara goëlette,
The Sea Cleaners
Marie Tabarly et Pen Duick IV
Il n’aurait pas été absurde d’en profiter pour embarquer sur l’un d’eux afin d’en faire la promotion.
Mais peut-être aucun n’était-il disponible à ce moment-là et peut-être aussi que de toute façon, cela aurait été trop lent. Si ce dernier argument est le bon, il serait alors absurde d’avoir sacrifié une démarche pédagogique sur l’autel de la vitesse, divinité nouvelle a laquelle on doit quand même une partie de nos malheurs actuels.

Par contre, en traversant l’océan à la voile avec du matériel à la pointe de la modernité, il ne serait pas absurde de rappeler que les innovations technologiques majeures ont toujours commencé en paraissant absurdes. Ainsi Blériot traversant la Manche sur un appareil en toile ne pouvait laisser présager les vols transatlantiques moins de trente ans plus tard. Ainsi Bell communiquant par voies hertziennes d’une pièce à l’autre paraissait bien ridicule et nul n’aurait imaginer que cela serait les prémices d’une troisième révolution industrielle.

A cet égard, il est peut-être dommage, voire même absurde avec le recul du temps que l’initiative du commandant Cousteau https://fr.wikipedia.org/wiki/Alcyone_(bateau) n’est pas eu de suite.

Et puis, il n’est pas absurde de profiter de ce coup de projecteur sur les évolutions technologiques de la marine à voile pour citer d’autres expérimentations qui, à plus petite échelle, défrichent des champs nouveaux comme https://www.meretmarine.com/fr/content/grain-de-sail-la-construction-du-voilier-cargo-avance-chez-alumarine

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Voyage en Absurdie étape 10 les ailes du vent

  1. Ping : Epilogue de ce voyage en Absurdie | Dominiqueguizien's Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.