Le feuilleton de l’été : le talon de fer Chapitre 9 où l’on découvre que le meilleur moyen de noyer son chien, c’est toujours de l’accuser de la rage

Quelques éléments de contexte de l’extrait

« notre héro » n’a pas réussi à attirer dans ses filets les chefs d’entreprise. Dès lors, les choses vont commencer à se déglinguer. A commencer par la situation matérielle de ses proches. Voici comment un respectable professeur d’université va déchoir pour avoir montré de la sympathie à ses idées.

Extraits du « Talon de Fer » de Jack London

« … /Tout d’abord mon père fut congédié de l’université. Oh ! il n’en fut pas exclu au sens propre du mot : on lui demanda de donner sa démission, voilà tout…/
… Personne ne sut qu’il avait été obligé de se retirer de l’université. C’était un savant si éminent qu’une pareille nouvelle, publiée avec le motif de sa démission forcée, eût fait sensation dans le monde entier. Les journaux déversèrent sur sa tête louanges et honneurs…/
…/Alors il advint que son livre fut passé sous silence. Cela se passa dans un tel secret que, tout d’abord, nous n’y comprîmes rien. La publication de l’ouvrage avait causé quelque émotion dans le pays. Père avait été poliment malmené par la presse capitaliste : la note générale exprimait le regret qu’un si grand savant eût quitté son domaine pour s’aventurer dans celui de la sociologie, qui lui était parfaitement inconnu et où il s’était égaré…/
 
/…Lorsqu’il fut bien convaincu que son œuvre allait être détruite père essaya d’en informer le public mais ses communiqués à la presse ne reçurent pas de réponse. A une réunion politique socialiste où assistaient de nombreux reporters, il crut avoir trouvé l’occasion de rompre le silence…/
/…En lisant les journaux, le lendemain…/ 
/…les comptes rendus ne soufflaient mot de son livre, mais travestissaient sa conduite de façon extrême. On avait déformé ses propos et transformé ses remarques sobres et mesurées en discours d’anarchiste braillard…/
/…Père fut connoté désormais comme anarchiste ou nihiliste et une caricature largement répandue le représenta brandissant un drapeau rouge, à la tête d’une bande hirsute et sauvage armée de torches, de couteaux et de bombes… »
Fin des extraits :

Commentaires

Des « petites phrases » extraites de leur contexte étaient donc une technique très répandue par la presse écrite de l’époque. Est-ce que cela a beaucoup changé depuis ? Pas vraiment, d’autant que l’omniprésence des réseaux sociaux permet de véhiculer très rapidement le plus gros bobard comme la plus étonnante révélation, quitte à trafiquer un peu « les preuves ». On remarquera aussi que les mœurs journalistiques, si elles se sont policées dans les grands médias restent aussi délétères dès qu’on aborde l’univers un peu glauque des sites plus ou moins anonymes.

Après avoir lu cela, on regarde avec un autre œil les campagnes de presse qui visent à salir des réputations et on a envie de se poser aussitôt la question : « Mais pourquoi un tel acharnement ? Qui ou quels intérêts est-il en train de gêner ? »De même, dès que se lève ce qu’on appelle un « lanceur d’alerte, il convient peut-être de prendre avec beaucoup de précaution toutes les « révélations » qui le concerne.

Mais ne croyez pas que ces mœurs soient révolues. Simplement, les méthodes se sont sophistiquées et le démolissage des réputations est a priori plus discret. Deux exemples récents sont là pour illustrer ceci

L’affaire John Dalli a fait un tabac

Dans la commission Barroso, il y avait un petit commissaire aux affaires sanitaires qui s’était mis en tête de mettre au pas les lobbies du tabac. Mal lui en a pris. Son histoire est raconté dans ce reportage https://www.france.tv/france-2/cash-investigation/684621-industrie-du-tabac-la-grande-manipulation.html [LIRE LA VIDEO A PARTIR DE LA 57° MINUTES]
L’affaire a connu un début d’éclaircissement plus de 10 ans après mais cette manœuvre avait quand même permis aux cigarettiers de gagner du temps et c’est bien ce qu’ils recherchaient https://www.lemonde.fr/A Bruxelles, l’affaire Dalli rebondit et éclabousse un haut fonctionnaire

Denis Robert dans un cours d’eau pas très clair

Avant les Luxleaks et autres paradise papers, un journaliste français avait levé une sacrée affaire de comptes pas clairs dans un paradis fiscal. Voici sa fiche signalétique https://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Robert
Il a heureusement tenu bon car contrairement à d’autres victimes de ces campagnes, étant de la maison, il en connaîssait tous les vices. Et voici l’épilogue de son affaire http://www.lefigaro.fr/Denis Robert gagne son ultime bataille contre Clearstream

Comme vous le voyez rien de bien neuf sous le soleil!

C’est là que s’arrête ce feuilleton de l’été consacré au roman de Jack London « Le talon de fer » même si nous ne sommes arrivés qu’à la moitié de l’ouvrage. En effet, la suite est vraiment du pur roman, où il est question d’une guerre entre les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, qui se termine par des républiques coopératives dans les pays européens continentaux, une victoire des socialistes aux élections américaines, des complots avec faux attentats au Congrès, fausses attaques de trains de voyageurs : autant d’occasion pour organiser la répression, dans la violence la plus extrême, de tous les mouvements ouvriers. Vous voyez, c’est vraiment du roman et ne présente aucun intérêt. Toutefois, si la politique-fiction vous intéresse quand même, ce livre est régulièrement réédité. La version qui m’a servi a été publiée  dans la collection Phébus  libretto (n°126)

FIN DE CE FEUILLETON DE L’ETE

Cet article, publié dans rue des bonnes feuilles, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.