Alertez les bébés !

Faut-il avoir peur des robots ? Voici la question existentielle qui anime les débats des « diners en ville » dès qu’on évoque les progrès de l’informatique vers ce qu’on appelle injustement « l’intelligence artificielle » (IA).
Une nouvelle étude, anglo-saxonne comme il se doit, fait, une nouvelle fois le point sur l’impact de ces machines automatiques sur l’économie et l’emploi : https://www.ouest-france.fr/20 millions d’emplois remplacés par des robots dans le monde d’ici 2030

Rien de bien ébouriffant dans les conclusions de cette étude, qu’on ne sache déjà ou du moins qu’on n’ait déjà subodoré : ce sont les emplois répétitifs, fastidieux et fatigants qui vont être remplacés. C’est tant mieux et d’ailleurs, on serait presque surpris que cela ne supprime QUE 20 millions d’emplois dans le monde. A croire que dans les années à venir certains préfèreront encore faire trimer à bas prix et dans des conditions souvent discutables, des millions de travailleurs plutôt que de les remplacer par des robots.

Mais laissons-les à leurs petits calculs sordides et intéressons un peu à ceux qui vont échapper à cette vague d’IA ? D’après les auteurs de cette études « les emplois qui exigent compassion, créativité ou intelligence relationnelle devraient rester l’apanage des humains pendant encore des décennies »

Ah chouette ! Ne sont pas concernés les emplois de chercheurs (c’est normal, ils protègent leur job), mais aussi les emplois dans l’administration ou la vente immobilière (l’intelligence relationnelle) ou même dans le travail social, en EPHAD ou comme assistante sociale (compassion) ! C’est toujours ça de sauver !

Et bien non !

Car voici ce sur quoi travaillent les chercheurs : https://www.ouest-france.fr/Des chercheurs créent un algorithme qui décrypte les pleurs des bébés

Mazette ! Une machine qui parle le bébé dans le texte. Fini les nounous et autres nurses anglaises, finies les institutrices de maternelles qui, à force de parler « bébé » finissaient par passer pour des attardées alors qu’on ne dira jamais assez leur importance tellement leur travail est fondamental dans la formation de la personnalité de nos bambins. Même si ce secteur est touché par les robots, où va-t-on ?

Heureusement que cet article se termine par « l’intelligence artificielle ne sera pas meilleure qu’un parent. »Ce n’était pas inutile de rappeler qu’une machine n(‘est intelligente que pour autant que l’être humain lui donne des règles de décryptage. Du coup, je me demande à quoi peut bien servir cette recherche.

Mais me direz-vous pourquoi alors avoir intitulé cet article « alertez les bébés ! ». La raison en est simple ; c’est une petite référence à un album-fameux- de Jacques Higelin paru en 1976 qui ne peut se comprendre que si on connait le contenu de la face B de l’album :
Aujourd’hui la crise ! 4 min 20 s
Rien 4 min 45 s
Coup de blues 4 min 13 s
Alertez les bébés ! 10 min 10 s
Demain ça s’ra vachement mieux 4 min 17

En cinq titres, tout est dit.

Cet article a été publié dans l'économie comme on la subit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.