Vous étiez au courant ?

Mon attention a été attirée par ce petit article du J.O. Du 27 juin 2019 :
Arrêté du 25 juin 2019 fixant le prix et les modalités de cession d’actions de la société Electricité de France (EDF)

Tiens me dis-je, voilà que l’Etat privatise en douce EDF, afin d’éviter une nouvelle tentative de Référendum d’Initiative Partagée ! Allons voir cela de plus près.

Ah ! Oui ! Quand même, ils mettent en vente plus de 7 millions d’actions. Mais Ouf ! Cela ne représentent que ,25% du capital d’EDF. Mon Dieu, out cela pour ça. Vous me direz que j’ai vu récemment et je m’en suis fait l’écho ici qu’il fallait un arrêté ministériel pour que l’Etat cède une participation symbolique (moins de 1,000 euros) dans une société française. Mais alors me direz-vous pour quoi en parler, puisqu’après tout, cette opération, qui va quand même rapporter à l’Etat pas loin de 95 millions d’euros, nécessite une publication d’arrêté au J.O. ?

La raison en est simple ; c’est qu’elle concerne les salariés du groupe EDF.

Ainsi l’Etat applique à ses propres entreprises le principe qu’il entend appliquer aux autres : développer la participation ouvrière. Mais il faut voir les conditions :
Tout d’abord l’ouverture du capital est franchement confidentielle : 1/400° du capital.
Ensuite, la période de souscription est elle aussi confidentielle , du 6 au 21 mai avec au milieu donc le pont du 8 mai et du 21 au 24 juin, c’est à dire en plein week-end de la Fête de la Musique. J’aurai été eux, j’aurai ouvert la souscription du 2 mai au 13 mai et du 29 mai au 10 juin, histoire de ne rater aucun pont.
Enfin, le cours de vente, fixé a posteriori n’a rien de faramineux puisque pendant les périodes de souscription, le cours de l’action en Bourse a oscillé entre 11,09 euros et 12,56 euros. Vendues donc au cours moyen de la période ces actions ne sont donc en rien des stocks options.

Et pour finir, je terminerai sur cette note d’optimisme dont ont fait preuve les rédacteurs de cet arrêté: « Les souscriptions individuelles dans le cadre de l’offre mentionnée ci-dessus et dans le cadre des autres plans d’épargne salariale intervenus en 2019 ne dépassent pas 25 % de la rémunération individuelle brute 2019. » On ne sait jamais, au cas où il y aurait des cadres, par exemple les ingénieurs de Flamanville qui décident d’investir 3 mois de salaires dans leur entreprise tellement ils croient en son avenir et à sa rentabilité !

le texte de l’arrêté est ici : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2019/6/25/ECOA1917968A/jo/texte

Cet article, publié dans administration publique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.