Fonds souverain norvégien : « Le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière ? »

En matière de gestion des fonds publics, tous les pays du monde ne sont pas logés à la même enseigne. Lors de mes trois derniers billets, je posai quelques modestes jalons afin de voir comment les autorités françaises, c’est à dire le gouvernement actuel mais aussi n’importe quel autre gouvernement qui l’a précédé ou qui pourrait lui succéder, pouvait commencer à résoudre ce qui apparaît chez nous comme la quadrature du cercle, retrouver l’équilibre budgétaire.

Manifestement, ce n’est pas le problème de certains de nos voisins et je ne veux pas forcément parler ici de l’Allemagne qui connut naguère, elle aussi, les affres du déficit budgétaire pour financer une réunification tant attendue.
Par contre, il existe un pays qui vit depuis quelques décennies une sorte de conte de fée, la Norvège. Elle bénéficie d’une rente pétrolière et gazière dont les retombées fiscales couvrent largement les besoins d’un Etat qui a, lui, les moyens d’être généreux, mais surtout cela génère des excédents que très tôt, en 1990, le gouvernement norvégien décida d’épargner. A ce jour, le fonds souverain norvégien est le plus important du monde avec plus de 1,000 milliards de dollars d’actifs, ce qui met potentiellement, chaque Norvégien a la tête d’un capital de 200,000 dollars.

Mais comme il pleut toujours où c’est mouillé, ce fonds est, de plus, bien géré et génère, en sus de la rente pétrolière qu’il perçoit des profits records liés à ces placements majoritairement dans le capital d’entreprises privées du monde entier http://info.economie.lefigaro.fr/Profit record pour le fonds souverain norvégien

Et comble de l’arrogance de ceux qui, nantis, se sentent investis d’une mission spéciale, les dirigeants de ce fond souverains veulent donner des leçons de morale financière à toute la planète « finance :  »https://www.lemonde.fr/economie/Le fonds souverain norvégien vers une gestion éthique plus réactive Et de fait, le fonds souverain norvégien s’est déjà désengagé des sociétés produisant des armes, du tabac ou ayant des pratiques contrevenant à la RSE comme la négation des droits humains les plus élémentaires ou le saccage de l’environnement. Enoncé ainsi, cet inventaire pourrait couvrir un large éventail de l’économie mondiale mais de fait le désinvestissement a quand même été sélectif et ne touche que les cas les plus médiatiquement scandaleux.

Plus surprenant, il y a deux mois , il annoncé vouloir se désengager de l’industrie pétrolière: http://www.rfi.fr/economie/20190308-Le fonds souverain norvégien se désengage du pétrole; L’annonce est osée, venant d’une institution dont l’intégralité des ressources viennent initialement de l’exploitation des gisements de la Mer du Nord.
Cela dit , il convenait quand même de tempérer l’enthousiasme de ONG environnementalistes, ce repositionnement de l’institution financière n’était en rien un parti-pris éthique mais une simple analyse du marché tel qu’il est à ce jour : https://fr.express.live/fonds-souverain-norvegien-petrole-environnement/ Le fonds souverain norvégien a décidé de se désinvestir en pétrole, et c’est une mauvaise nouvelle pour l’environnement. Cela ne remettait donc pas en cause l’attachement profond des financiers norvégiens à leur vache à lait.


Mais de manière générale, il semble bien que malgré les grandes déclarations en faveur de la planète, les dirigeants de ce petit pays considèrent que pour autant que leurs intérêts sont concernés, le choix est fait de continuer à mettre sur le marché des ressources qui non seulement appauvrissent globalement la planète mais dont l’usage contribuent fortement à l’émission de gaz à effet de serre : La Norvège mise encore pour longtemps sur l’or noir

Voilà, l’histoire pourrait s’arrêter là et on se dirait un peu désabusé que c’était de la communication bien faite et que d’afficher des ambitions éthiques dans des domaines où la Norvège n’a pas d’intérêts vitaux (la production d’armes, l’extraction de minerais métalliques par exemple) masque une volonté de rester assis sur le tas d’or que produit une poule qu’on serait bien fou d’égorger. Grosso modo, ce serait demander le beurre (la rente pétrolière), l’argent du beurre (la rente financière générée par le fonds souverain) et le sourire de la crémière(l’émerveillement devant tant d’éthique en matière financière).

Mais une nouvelle annonce un mois plus tard a un peu changé la donne : https://www.boursorama.com/05/04/2019Le fonds norvégien double ses investissements dans les renouvelables. Les chiffres annoncés, s’ils sont tenus, ouvrent des perspectives intéressantes. En effet 12,5 milliards investis dans les énergies renouvelables, surtout si c’est pour financer des petits projets autonomes, c’est près de deux fois le montant du désengagement annoncé un mois plus tôt dans l’industrie pétrolière et même si cela ne représente que 1,3% des investissements total du fonds, c’est un signe très fort envoyé aux autres fonds souverains. : »C’est votre intérêt bien compris d’investir dans un secteur en forte croissance. »

Si tous les fonds souverains montaient au même niveau d’investissement dans ce secteur, cela mettrait sur la table environ 105 milliards de dollars, de quoi ravir ceux qui appellent à un nouveau pacte mondial : https://www.pacte-climat.net/fr/

D’ailleurs, je vous invite à signer leur appel  et à le faire signer par le plus grand nombre de vos amis, partout où vous en avez dans le monde : https://www.pacte-climat.net/fr/l-appel-detail/

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.