Mieux vaut en rire, rubrique décidément inépuisable, n°167 : les jeux paradoxaux

«Dépêchons-nous d’en rire aujourd’hui, de peur d’avoir à en pleurer demain. »Beaumarchais
« L ‘humour est la politesse du désespoir. » Oscar Wilde
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. »PierreDesproges
« parce que le rire est le propre de l’homme. » Rabelais

Il n’y a rien de plus drôle que quelqu’un jouant à contre-emploi. En effet le décalage que cela produit et le paradoxe qui en résulte provoque un esprit de surprise dont Bergson nous disait qu’il déclenchait le rire. Illustrations.

SE TIRER UNE BALLE DANS LE PIED

En décidant de ne plus investir dans l’exploration et l’extraction de pétrole, le fonds souverain norvégien montre son grand sens des responsabilités vis à vis de la planète et surfe beaucoup sur cette vague éthique de l’économie décarbonée et on applaudit bien fort : https://www.novethic.fr/EN EXCLUANT LE PÉTROLE, LE FONDS NORVÉGIEN ENTÉRINE LE PRINCIPE DU RISQUE CLIMATIQUE PESANT SUR LES MARCHÉS FINANCIERS
Par contre, ceux qui risquent fort de ne pas applaudir, ce sont les propres financiers de ce fonds souverain. En effet, si le fonds souverain norvégien est devenu le plus gro investisseurs publics du monde, c’est parce que son financement est intégralement assuré par ….les revenus du pétrole et du gaz extrait en Mer du Nord. Ça fait mal dans le pied ..

LA REVANCHE DE CHANTAL GOYA

Notre éternelle adolescente qui abêtit deux générations au moins de bambins avec ses chansons un peu gnan-gnan a du pavoiser en lisant cela :
https://www.letelegramme.fr/Pontivy. Un renard tué par des poules
En effet, non seulement « ce matin, un lapin a tué un chasseur » mais encore ses poules bretonnes goupilicides lui font dire que « Bécassine, c’est sa cousine » du côté de Pontivy

LA VIEILLE DAME A DE BEAUX RESTES

Depuis l’arrivée de l’Euro, les eurosceptiques nous bassinent avec la disparition de la Banque de France au profit de la Bnaque de Francfort (traduisez Banque Centrale Europenne). Voici un cruel démenti :
https://www.lesechos.fr/La Banque de France va verser une cagnotte record à l’État
Double paradoxe :
Premièrement Une Banque centrale, censée avoir disparu génére 8 milliards de bénéfices, un des plus gros excédents des entreprises françaises, toutes activités confondues.
Secondement : alors que le sport favori de toutes ses collègues est l’évitement (on dit optimisation) fiscal, elle met un malin plaisir à faire rentrer dans les caisses de l’etat 5,6 milliards, soit 80 % de ses bénéfices

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.