Un pacte social et écologique : le retour des corps intermédiaires

La révolte des Gilets Jaunes et leur refus de toute accointance syndicale ou politique (peut-être la difficulté d’en trouver une commune d’ailleurs) ont provisoirement mis hors jeu les parties politiques, y compris ceux qui leur courent après dans l’espoir d’en récupérer l’aura médiatique. Cette volonté de rejeter toute forme de médiation entre eux et le détenteur du pouvoir semblait devoir sonner le glas des partis politiques et des syndicats, de ceux qu’on appelle communément les corps intermédiaires et qui, depuis que notre société démocratique avait stabilisé son modèle dans la lignée du Conseil National de la Résistance, régulaient vaille que vaille le débat public sur les sujets économiques, sociaux, sociétaux et maintenant aussi écologiques.

Laissons pour l’instant de côté les partis politiques car ils sont pour l’instant exclus du débat, y compris le parti du président et intéressons nous à tous les autres corps intermédiaires

Sale temps pour les ONG

Cela devrait être le printemps des associations puisque celles-ci sont censées être l’expression de la société civile et que la société civile est portée au pinacle comme la panacée de tous nos maux démocratiques. Elles sont même l’interlocuteur incontournable de tout débat de fond dans le cadre de la démocratie participative. Et pourtant, les relations entre le pouvoir et les associations se sont tendus depuis deux ans sur fond de réduction des ressources budgétaires et critique de l’activisme de certaines d’entre elles qu’on appelle les ONG pour les distinguer des associations sportives, culturelles ou de défense d’intérêts particuliers ou locaux. Elles ont ce titre parce qu’elles sont censées défendre des causes d’intérêt général dans le cadre d’une action non administrative et hors des partis politiques. Et la fin de l’année dernière avait vu une attaque en règles contre les ONG environnementalistes
https://www.actu-environnement.com/ Nouvelle coupe dans la liste des associations agréées pour la protection de l’environnement
http://decouverte.challenges.fr/Climat: François de Rugy attaque les ONG et les juges

Une première riposte était venue et s’appelait « l’affaire du siècle », une pétition signée en ligne par 2 millions de personnes parait-il. On attend que cette pétition débouche sur quelque chose d’autre que le brouhaha médiatique qu’elle a suscité pendant la grande vacance médiatique de la trêve des confiseurs.

Les partenaires sociaux chahutés

Dieu sait si la loi Pericaud a mis de l’avant les bienfaits du dialogue social à tous les niveaux, national, par branche et dans l’entreprise. C’est dire la confiance que l’équipe gouvernementale semblait avoir dans la sagesse et l’efficacité des partenaires sociaux.

Et puis voilà que parce qu’une négociation se déroule mal à cause vraisemblablement de contraintes trop fortes (une négociation doit avoir des degrés de liberté), d’un calendrier trop resserré (la recherche d’un compromis, fruit de toute bonne négociation demande un peu de temps) et peut-être aussi la mauvaise volonté d’un des partenaires, le président flingue un peu imprudemment :http://www.rfi.fr/france/Assurance-chômage: Emmanuel Macron tacle les partenaires sociaux
Je dis bien imprudemment car, malgré la faible audience dont on les crédite, les syndicats restent quand même d’excellentes courroies de transmission pour faire remonter des aspirations populaires.

Le retour en force des corps intermédiaires

Les Français étaient appelé au débat pendant ces deux mois. Il va sans dire que les organisations qui sont le plus habitués à intervenir dans le débat public ne pouvaient pas rester sans voix. Certes, il a fallu dans un premier temps laisser largement la parole à ceux qui souhaitaient s’exprimer directement, das la mesure où ce Grand Débat avait aussi une fonction cathartique. Cela s’est fait semble-t-il avec plus ou moins de bonheur selon les lieux mais on souhaite quand même bien du courage aux algorithmes qui vont être chargés de transcrire ces milliers et milliers de pages et ces heures et ces heures de débat en propositions construites.

C’est pourquoi cette initiative prise par 19 organisations dont la plupart ont une légitimité incontestée, arrive à point nommé : http://www.rfi.fr/france/19 organisations font 66 propositions pour un «pacte social et écologique»
Cela dit, ces 66 propositions méritent d’être examinées au scanner pour voir si, comme le prétendent certains, cela peut constituer un programme d’action politique. Je reste quand même circonspect car cela me rappelle quand même une autre initiative de Nicolas Hulot, dans un contexte pré-électoral, son fameux « pacte écologique » que la plupart des candidats à la présidentielle de 2007 avait signé. On sait ce qu’il en advint, une fois les feux du Grenelle de l’Environnement éteints.

Cet article, publié dans développement durable, pacte républicain, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un pacte social et écologique : le retour des corps intermédiaires

  1. Ping : Le grand débat : le retour des corps intermédiaires (bis) | Dominiqueguizien's Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.