Georges Orwell n’y avait pas pensé

Lorsqu’il écrivit son livre le plus célèbre en 1949, Georges Orwell avait bien compris le rôle qu pouvaient jouer dans la propagande d’État, des outils comme la télévision et la radio. Même si cela demandait un peu d’imagination, il n’était pas improbable en effet qu’il puisse penser que 35 ans après, tous les logements seraient équipés d’écrans intégrés dans les murs qui diffuseraient en jet continu une information à la fois insipide sur le quotidien et totalement orientée pour ce qui concerne les informations politiques et diplomatiques.
35 ans plus tard, nous avons passé le cap de l’année 1984 sans que ce cauchemar stalino-fasciste ne se réalise. Tout juste avions-nous en France l’affaire les manifs pour la défense de l’enseignement « libre » mais confessionnel en début d’année et la naissance de Canal+ en fin d’année. Pas de quoi fouetter un chat liberticide. Aux Etats-Unis, même son de cloche ou presque : 1984 avait commencé par le démantèlement au nom de la lutte anti-trust du géant de la téléphonie ATT en 24 sociétés « indépendantes », la naissance du premier MacIntosh d’Apple qui devait mettre fin à l’hégémonie d’IBM. Certes cette année-là avait également vu la réélection de Ronald Reagan et s’était terminé par la sortie des Etats-Unis de l’UNESCO (déjà) mais là encore pas de quoi fouetter un chat liberticide. Donc pensions-nous, hanté par la peur d’un cataclysme nucléaire et traumatisé par sa découverte des vilenies du stalinisme, Georges Orwell s’était trompé et nous allions peut-être vers « le meilleur des mondes » si cher à son pote Aldous Huxley1

Mais en fait il ne s’est trompé que de quelques années. Et comme l’évolution technique est rapide depuis 35 ans, il ne pouvait pas avoir prévu ce qui fait notre quotidien.

En effet, projetons-nous 35 ans plus tard. Nous sommes donc en 2019 et que se passe-t-il ?

Le petit Apple est devenue la plus grosse entreprise du monde, la télévision ne sert pratiquement plus qu’à collecter la taxe audiovisuelle en France tellement les programmes sont indigents. Les chaînes d’information en direct prospèrent et diffusent en flux continu les mêmes informations orientées par une ligne éditoriale, qui n’est plus dictée forcément par le parti unique mais par les puissances d’argent qui sont aux manettes de ces groupes médiatiques.2Cela dit, on a toujours la liberté de ne pas les regarder mais pour autant est-on à l’abri des regadrs indiscrets ? Hélas non. En voici deux preuves

La Chine ne fait pas qu’explorer la face cachée de la Lune
Je ne sais pas si c’est un exploit que vient de réaliser la Chine en alunissant sur la face cachée de la Lune mais manifestement le régime chinois en place aime bien aller regarder ce qui pourraitêtre caché. C’est pourquoi je vous invite à lire cet article https://www.ouest-france.fr/ Cette photo de Shanghai à 195 milliards de pixels est incroyable… et inquiétante  et surtout à bien examiner la photo qui l’illustre. Qui que vous soyez, où que vous soyez, on peut vous suivre visuellement. Glaçant, non ?

Mais me direz-vous, ce sont là les fantasmes totalitaires d’un régime antédiluvien qui est actuellement ce qui ressemble peut-être le plus au modèle que prédisait Georges Orwell et il y a peu de chance que cela puisse s’étendre chez nous. En êtes-vous sûr ?

Des espions dans l’ordi
Les 35 ans qui nous sépare de 1984 n’ont pas produit qu’Apple mais aussi ont créé un nouvel univers, autour du réseau Internet et notamment des outils de communication que ne pouvait pas concevoir Mr Orwell, les réseaux sociaux, la téléphonie mobile, les messageries diverses et variées et ses fameuses Apps, dont je ne comprends toujours pas pourquoi elles s’appellent applications ni à quoi la plupart d’entre elles servent. Et ne voilà-t-il pas que ce sont autant de cheval de Troie pour pénétrer votre intimité en toute illégalité et à « l’insu de votre plein gré » https://www.journaldugeek.com/ Des dizaines d’apps Android partagent avec Facebook des données personnelles sans consentement  Ils ont l’air malin nos hommes politiques européens à vouloir prendre d’assaut ces entreprises qu’on regroupe sous l’acronyme de GAFA au nom de l’équité fiscale. Certes, ce combat vaut AUSSI d’être mené. Mais le vrai combat consiste peut-être à faire respecter une réglementation pourtant bien douce à leur égard au nomdu respect des libertés individuelles.

1984 est bien là mais en bien plus puissant que ce que décrivait Orwell. Cela s’est passé silencieusement, sans révolution, sans guerre nucléaire, juste la croyance que le marché permet tout et que le progrès technologique ne peut apporter que du bon. Il aura fallu 70 ans et non 35 ans, c’est tout.

1Eh oui, c’était l’époque où au Royaume-Uni, il y avait encore des intellectuels de gauche, comme en France aussi d’ailleurs. Comme les époques changent

2Il faudra qu’un jour quelqu’un fasse le tableau des actionnaires principaux ou de référence de ces groupes médiatiques qui contrôlent les chaines de télévision et de radio, la presse écrite imprimée et en ligne et éventuellement les réseaux sociaux. On comprendrait mieux pourquoi, une semi-vérité n’est pas forcément ni une « news », ni une « fake news »

Cet article, publié dans démocratie, je dis ton nom, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.