De quoi le jaune est-il la couleur? partie 5 « Refonder le pacte républicain »

Mais tout ceci ne suffira pas pour apaiser cette colère. Manifestement, c’est le pacte républicain qui est en train de se déliter et il convient de le refonder. A cet égard, j’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet Pour un pacte républicain et cela remonte déjà à près de 10 ans puisqu’il fut publié le 20 septembre 2010

J’y faisais d’ailleurs référence à un autre texte que j’avais commis quelques mois auparavant le 20 mai2010 pour être plus précis Pourune nouvelle nuit du 4 août ? qui était une réponse à un article des Echos classant parmi lesprivilégiés, les fonctionnaires (encore!) et les retraités (déjà!)que je complétais le16 juin 2010 par cette mise en garde contre les mesurettes démagogiques Nuitdu 4 août ou « journée des dupes » ?

Cette réflexion sur la façon dont chacun contribue et/ou bénéficie des systèmes redistributifs qui fondent notre pacte républicain est indispensable si on veut que celui-ci trouve son expression dans le consentement à l’impôt.J’avais écrit sur ce sujet le 29 novembre 2013Leconsentement à l’impôt Je pourrais y rajouter « le renforcement de la lutte contrel’évasion fiscale », l’extinction des « optimisations fiscales » par la suppressions des « niches fiscales »,l’évaluation des politiques publiques sous le triple point de vue de l’efficacité, de l’efficience et de la pertinence.
En effet qu’est-ce qui, dans les demandes des gilets jaunes, leur attire le soutien d’une majorité des Français ? Essentiellement leur revendication portant sur la transparence de l’usage des fonds publics. Non pas qu’il y ait forcément suspicion d’enrichissement personnel mais surtout parce qu’il y a un sentiment de gabegie ET d’injustice.

L’efficacité :l’action de l’Etat produit-elle des effets visibles sur l’ensemble duterritoire?

L’efficience :les moyens mis en œuvre par l’Etat pour obtenir ces résultats sont-ils justement proportionnés ?

La pertinence : les moyens mis en œuvre sont-ils les mieux appropriés ?

On voit bien qu’il s’agit là d’une révision fondamentale de la façon d’envisager le débat public, au-delà des cercles, trop restreints à mon goût, de spécialistes de l’évaluation des politiques publiques.

Une telle révolution tranquille prendra du temps, nécessitera « de la pédagogie », comme Il dit, mais justement c’est parce que cela risque de prendre beaucoup de temps et qu’il faudra beaucoup expliquer et rééxpliquer qu’il est urgent de commencer et de commencer par le début, c’est à dire un geste fort concernant le partage du fardeau fiscal.

Pour terminer par où j’aurai dû commencer, je rappelle qu’en juin 2017,juste au début de ce quinquennat donc, j’avais essayé de faire de vagues rapprochements avec quelques exemples anciens Necker,Bonaparte ou qui que soit d’autres ?

Pouren rester à Necker, que se serait-il passé si, soutenant son ministre, Louis XVI avait poussé une audacieuse réforme du régime féodal avec abandon de quelques privilèges et une politique fiscale moins inégalitaire  en 1787 ? La question mérite d’être posée.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.