Mieux vaut en rire-rubrique estivale inépuisable- n° 154 : ils sont fous

« Dépêchons-nous d’en rire aujourd’hui, de peur d’avoir à en pleurer demain. » Beaumarchais
« L ‘humour est la politesse du désespoir. » Oscar Wilde
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. »Pierre Desproges
« parce que le rire est le propre de l’homme. » Rabelais

Ce monde ne sait plus où il va et ses boussoles sont manifestement désaimantées. Tout le monde sait que le danger majeur pour notre planète est le dérèglement climatique dont nous appréhendons tous les effets dévastateurs, notamment au cours de cet été 2018 particulièrement chaud et sec qui a fait suite à un mois de juin particulièrement arrosé en quelques heures. Les causes de ces excès climatiques sont de mieux en mieux connues et parmi celles-ci, la plus évidente et la forte augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Ces gaz sont nombreux mais les deux principaux sont le CO² et le méthane. La forte augmentation du premier est due principalement la consommation d’énergie d’origine fossile pour la production d’énergie électrique, pour les transports et le chauffage et pour faire tourner les machines y compris celles qui nous permettent à chaque instant d’être informé de ce qui se passe dans le monde ou d’avoir accès à des milliards d’informations que nous stockons plus ou moins volontairement depuis que nous nous servons d’ordinateurs.Quant au second, les sources principales d’émission de méthane sont l’utilisation des énergies fossiles pour la production d’énergie et l’élevage intensif, de bovins notamment. Ce dernier point, s’il fait beaucoup rire les enfants,  fait évidemment l’affaire des végans qui se sont emparés de ce sujet pour justifier leur croisade contre la maltraitance animale. Cela par contre ne fait pas l’affaire des pays pétroliers ou charbonniers qui verraient, dès lors, leur patrimoine sous-terrain se dévaluer fortement faute de débouchés, puisque plus personne ne voudrait de leurs minerais.

Certains petits malins, qui ont prouvé dans le passé qu’ils avaient un flair commercial aiguisé, ont pensé trouvé la martingale pour résoudre simultanément ces deux problèmes : http://www.lefigaro.frBill Gates et Richard Branson misent sur la viande artificielle
En effet, l’idée paraît séduisante : puisque l’humanité, dans sa majorité, veut ou voudrait manger de la viande tous les jours, on joue sur du velours à lui proposer de beaux steaks bien saignants et bien juteux. Le marché est porteur comme on dit. Mais comme il ne faut ne faire aucun mal aux animaux en les élevant dans des conditions déplorables et en les sacrifiant avec des méthodes barbares et qu’il ne faut faire aucun mal à la planète en laissant ces pauvres bêtes pétarader à cœur joie dans leurs étables surpeuplées, il fallait bien trouver un palliatif. Ceci dit, il y avait déjà eu, deux ou trois décennies plus tôt des chimistes pour nous promettre le steak de pétrole sans qu’on en voit jamais la couleur, ni n’en sente l’odeur sur les étals de nos bouchers (pourrait-on d’ailleurs encore les appeler ainsi?). Sans vouloir remettre en cause le flair commercial légendaire de ces deux stars de la nouvelle économie, je suis prêt à parier ma prochaine côte à l’os contre une Tonne-équivalent pétrole que ce n’est pas demain la veille que nous verrons cela. Mais déjà le simple fait d’avoir pensé qu’on pouvait faire de la viande sans animal en dit long sur l’état de leurs neurones mais aussi sur la hiérarchie de leurs valeurs morales.

Quand je vous dis que quelque part, ces « génies » sont fous…

Un par contre qui voit ses rêves les plus fous se réaliser, c’est le patron de Total. Depuis que sentant le vent venir, il a clamé haut et fort que le groupe qu’il dirige n’est plus un groupe pétrolier mais un groupe énergétique fortement impliqué dans les énergies renouvelables
https://www.capital.fr/Total confirme sa position d’acteur majeur des énergies renouvelables en France
Cet habile positionnement lui a d’ailleurs valu le salut de ses pairs qui ont reconnu en lui, du moins pour l’année écoulée, leur maître en matière de vision à long terme https://www.lesechos.frLe prix du Stratège attribué à Patrick Pouyanné, PDG de Total
Et pourtant, puisqu’il s’agit de long terme, il y aurait à redire. En, effet, l’article de Capital, dans un encadré de bas de page, a la cruauté de rappeler que les fondamentaux financiers du Groupe total reposent quand même encore sur la rente pétrolière que ce groupe s’est constitué grâce aux appuis successifs de gouvernements français des 50 dernières années et de leurs alliés en Afrique ou ailleurs dans le monde. Mais ceci serait moindre mal si on se disait qu’il faut un peu de temps pour se débarrasser des oripeaux de « grands pollueurs » même quand on aspire à la vertu. Las! La réalité est tout autre. Certes, le groupe a obtenu ces derniers mois des positions solides en matières d’hydro-électricité ou d’énergie solaire mais ce serait faire peu de cas des autres voies et moyens utilisés pour restaurer une image écologique écornée. En effet, ce n’est pas parce qu’on l’appelle « bio » carburant que le carburant produit à partir d’huile de palme est un processus écologiquement vertueux https://reporterre.netTotal à fond sur l’huile de palme, cause de déforestation
et en la matière Total ne semble pas vouloir y aller de main-morte
http://www.liberation.fr/Biocarburant : Total jette de l’huile de palme sur le feu
Cela dit, en adoptant cette stratégie, ce groupe, pétrolier à l’origine, a une démarche industrielle vertueuse, de son point de vue. Il a acté qu’il ne produisait pas du pétrole ou du gaz mais de l’énergie et comme le marché (entendez « les consommateurs » c’est à dire vous et moi) veut des énergies propres, il découle naturellement qu du point de vue commercial, il doit vendre de l’énergie propre. Après, le reste est affaire des gens de marketing/publicité/communication.

Mais là où on se dit que ces gens sont fous, c’est de considérer qu’ils ont là « le stratège de l’année ». mais aussi que vous et moi nous continuions à accorder à ce groupe une certaine confiance alors même que dans notre grande majorité, nous considérons, c’est du moins ce que disent des sondages, que l’écologie est un enjeu majeur des prochaines décennies.

Quand je dis « ils sont fous », peut-être devrais-je dire « nous sommes tous fous » ;

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.