Les paysans bio : victimes de leur succès ou de la malveillance ?

La consommation de produits issus de l’agriculture biologique a le vent en poupe, c’est indéniable, portée par une double vague , manger plus sainement d’une part et d’autre part consommer de façon responsable en favorisant des pratiques agricoles respectueuses de la planète. Pour la seule année 2017, la croissance avoisinait les 20%. Comme la France est globalement déficitaire en produits alimentaires d’origine biologique, qui constituent l’essentiel de la consommation bio, on peut penser que pour rattraper son retard, l’agriculture basculerait massivement vers ce mode de production. Ce n’est pas exactement le cas même si la croissance des exploitations agricoles en conversion ou déjà convertie en bio reste légèrement inférieure à la croissance de la consommation. Normalement aussi, les paysans bio devraient voir la vie en rose car l’avenir semble leur appartenir,

Mais car il y a un mais.

La situation de nombreuses entreprises agricoles bio est en train de se détériorer, non pas faute de débouchés mais plutôt parce que l’équilibre de toutes ces entreprises, comme d’ailleurs des exploitations agricoles fonctionnant selon le schéma de l’agriculture conventionnelle, dépend de deux paramètres qu’elles ne maîtrisent pas totalement : le rapport de force avec les entreprises de transformation et/ou de distribution et surtout des aides publiques distribuées via la Politique Agricole Commune (plus connue sous le nom de PAC pour signifier « paquet cadeau » je suppose).

C’est pour alerter sur la situation de quelques dizaines de milliers de paysans bio que l’un d’entre eux a pris l’initiative d’une campagne médiatique qui prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux
http://www.leparisien.fr/societe/ Charente-Maritime : un paysan bio plombé par l’État et proche de la faillite

Mais comment en est-on arrivé là ? Pour cela, il faut revenir au moins un an en arrière, lorsque le ministre de l’agriculture, jouant un peu à l’apprenti sorcier décida de modifier un peu les règles du jeu, https://mrmondialisation.org PAC 2018 : les agriculteurs bio trahis par le gouvernement
Il eut beau se défendre en affirmant qu’il maintenait l’effort d’aide à la transition vers une agriculture plus paysanne, les coupes budgétaires imposées par l’austérité ambiante étaient là pour le démentir et l’hypocrisie qui consistait à se défausser sur les régions pour assurer la pérennisation de la dynamique ainsi enclenchée fut assez rapidement dénoncée :  http://www.liberation.fr Le gouvernement a-t-il vraiment supprimé les aides à l’agriculture bio ?

En effet, la transition de l’agriculture conventionnelle vers l’agriculture biologique est un processus relativement long le plus souvent et l’aide au maintien après la phase initiale de la transition est le plus souvent indispensable pour stabiliser un nouveau modèle économique. Ceci explique en grande partie les difficultés rencontrées par les paysans bio qui ont franchi le pas ces dix dernières années. Mais cela reste insuffisant pour expliquer  que des entreprises agricoles déjà installées dans le modèle bio depuis plus d’une décennie comme celle de Benoit Biteau connaissent actuellement des difficultés financières dont les causes apparaissent ubuesques ou plutôt kafkaïennes.

En effet si on a la curiosité d’ouvrir le lien fourni par cette publication de la France Agricole
http://www.lafranceagricole.fr Tout sur les MAEC et les aides en faveur du bio, on constate que la gestion des aides en faveur des mesures agro-environnementales relèvent du casse-tête administratif, encore plus que le carcan des normes que dénoncent par ailleurs le syndicat agricole productiviste. Ce sentiment est d’ailleurs exprimé avec beaucoup de pertinence par le commentaire qu’a laissé un des lecteurs en fin de cet article.

L’excuse du bug informatique avancée par les services du ministère de l’agriculture parait bien dérisoire pour répondre à la détresse de ces milliers d’agriculteurs et compte tenu de l’urgence de la situation pour beaucoup d’entre eux, on peut légitiment penser que les circuits financiers de l’Etat sont suffisamment sophistiqués et performants pour dégager en quelques semaines, crise oblige, les quelques dizaines de millions d’euros nécessaires pour effacer les impasses financières les plus criantes.

Il sera toujours temps ensuite d’organiser avec l’agence de paiement et les services instructeurs de l’Etat et des Régions qui ont joué le jeu, les modalités d’un règlement accéléré des sommes restant dues sur les trois derniers exercices.

Sinon, il est à craindre que les belles déclarations du ministre de l’agriculture http://www.leparisien.fr Agriculture bio : le gouvernement «mettra 1,1 milliard d’euros» ne soient une fois de plus que de la poudre aux yeux destinée à masquer que décidément, ce ministre a du mal à reconnaître que le modèle économique représenté par l’agriculture biologique le révulse profondément.

Il convient en effet de noter que les deux tiers de cette aide annoncée provient de crédits européens et que si vous avez suivi ma chronique européenne du mois de juillet, il ne vous aura pas échappé que dans les années à venir la PAC va décroître et que dans le même temps la Commission veut « verdir » toutes les politiques qu’elle va promouvoir, ce qui va vraisemblablement déporter les circuits financiers encore un peu plus loin du ministère de l’agriculture et singulièrement compliquer la tuyauterie administrativo-financières pour gérer ces aides. Les tracas de la filière bio sont donc loin d’être terminé si on n’y prend pas garde.

Si vous voulez en savoir plus et apporter un soutien à ces paysans, voici deux liens utiles/

https://www.facebook.com/benoit.biteau.9

https://www.leetchi.com/c/solidarite-a-benoit-biteau-earl-val-de-seudre-identiterre-ferme-bio-ecocitoyenne-et-conservatoire

PS : compte tenu de la complexité du sujet traité, il se peut que des inexactitudes ou des approximations se soient glissées et je vous prie de m’en excuser. Dans ce cas, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou un correctif dans l’espace prévu à cet effet sur ce blog

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.