Mieux vaut en rire n°141 / il faut renforcer la crédibilité du PIB

« Dépêchons-nous d’en rire aujourd’hui, de peur d’avoir à en pleurer demain. » Beaumarchais « L ‘humour est la politesse du désespoir. » Oscar Wilde « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. »Pierre Desproges  « parce que le rire est le propre de l’homme. » Rabelais

Dans la presse quotidienne régionale, j’ai lu, avec un certain étonnement, ce titre, à moitié provocateur, à moitié dubitatif https://www.ouest-france.frUSA. La légalisation du cannabis ferait baisser les ventes d’alcool  Mais à la réflexion, cela peut s’expliquer, l’alcool, comme le cannabis, sont deux manières différentes de fuir la morosité ambiante et de voir le monde avec des lunettes déformantes. Passer de l’un à l’autre ne serait alors que changer d’addiction et donc d’usine à rêves. Il n’empêche que l’un et l’autre restent des drogues avec des effets extrêmement néfastes sur notre santé et je ne sais pas si ça vaut le coup d’échanger une détérioration des fonctions hépatiques contre un amoindrissement des capacités intellectuelles, sans compter les effets collatéraux . Reste un point à prendre en compte : l’alcool fait partie du patrimoine culturel et de la qualité des relations sociales de certaines régions françaises, le cannabis est une mode importée. Et puis reste aussi la dimension économique : la France est grosse productrice d’alcool de toutes sortes et grosse exportatrice également mais, malgré l’absence de statistiques fiables, on se doute que l’essentiel de la production est importée.

Nonobstant toute considération philosophique ou morale, voilà où j’en étais de mes réflexions quand je tombai sur cet article http://info.economie.lefigaro.frLe trafic de drogue va bientôt entrer dans le calcul du PIB français Quelle idée bizarre me dis-je d’incorporer des pratiques illégales dans la mesure de la création de richesse? Quelle ne fut pas ma surprise en lisant cet article que le gouvernement français ne faisait que répondre aux injonctions de la Commission Européenne. Mais après tout, à y bien réfléchir, ce ne serait pas la première activité illégale que les statisticiens de l’INSEE intégreraient dans le calcul du PIB : les activités off-shore des banques y figurent bien comme les ventes de produits pour bébé frelatés, comme les chantiers de BTP pleins de malfaçons volontaires, comme les médicaments mis sur le marché malgré des effets indésirables ou dangereux connus ou fortement supposés. Il sera intéressant de voir ce que ce changement de périmètre de calcul va induire sur l’évolution du PIB dans les prochains mois. Ce serait quand même cocasse que le gouvernement actuel doive des indicateurs élogieux de sa politique économique à des pratiques prohibées et souvent mafieuses.

Mais après tout, ce ne serait pas le premier gouvernement à le faire comme l’indique l’article ci-après Le secret de l’insolente croissance anglaise? Du sexe et de la drogue Cela fait donc trois ans qu’avec la bénédiction de Bruxelles, le gouvernement Cameron puis le Gouvernement May nous narguent avec des taux de croissance flatteurs. J’espère que cela n’aura pas d’influence négative sur la facture du Brexit. En tout état de cause, cette vision très extensive qu’a la Commission du PIB montre bien que cet indicateur a de moins en moins de signification .

Une telle initiative n’est pas de nature à renforcer la crédibilité du PIB, bien écornée par ailleurs.

Cet article, publié dans l'économie comme on la voudrait, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.