Tant que les crocodiles auront des larmes…

Il n’y a pas qu’en matière « d’optimisation fiscale », qu’il existe des paradis pour les investisseurs. Chaque pays à sa façon tord un peu le cou à sa législation pour attirer sur son territoire des activités qui y trouvent là un avantage comparatif lié à une législation plus favorable qu’ailleurs et si ces activités sont des sièges sociaux d’entreprises d’envergure mondiale ce n’est pas plus mal.

Le Canada a fait un choix qui paraître singulier n’en est pas moins logiquehttp://www.novethic.fr/Canada : le paradis des compagnies minières Cela ne poserait pas trop de problème et on crierait « bien joué Toronto » si une telle situation n’avait des conséquences sur les relations commerciales du Canada avec ses partenaires. En effet, si dans le cadre du CETA, un conflit existant entre un Etat de l’Union Européen ou un groupe de citoyens de cet Etat devait être régi par les lois canadiennes, cela reviendrait en fin de compte à appliquer à un conflit minier dans cet Etat, la réglementation canadienne. Autant dire aucune contrainte. Le bouclier brandi par notre ministre de l’écologie sous forme de veto écologique devra être particulièrement solide pour résister à une telle « mine ».

Dans cette démarche, il aurait pu s’appuyer sur le jeune Premier Ministre canadien qui a affiché, dans ce domaine comme dans d’autres, une attitude plus moderne que ses prédécesseurs. Hélas, entre les mots et les aces, il y a parfois un gouffre et c’est ce que dit cet article, http://www.ledevoir.com/L’hypocrisie environnementale du gouvernement Trudeau Comme le dit si joliment l’un des commentateurs de cet article, « il parle avec les deux côtés de la bouche. » Certes, mais il l’a fait avec beaucoup de conviction. Tout le mal qu’on lui souhaite, c’est qu’un de ses proches successeurs n’ait à son égard les larmes qu’il vient d’avoir sur les agissements de ses prédécesseurs http://www.lemonde.fr/Les larmes de Justin Trudeau pour la communauté LGBT Sauf qu’en l’occurrence, ce ne seront pas quelques minorités qui auront pâti de la bêtise et de l’hypocrisie des dirigeants, mais des générations entières et le mal qui leur aura été fait est bien plus incommensurables.

Mais dois-je ne m’en prendre qu’à un jeune quadragénaire un peu dépassé par son succès médiatique et l’effet enchanteur de son propre verbe alors que les déclarations hypocrites sont monnaie courante dès lors qu’il est question de l’avenir de notre planète. Pour un Trump qui assume complètement son climato-scepticisme, combien d’hommes et de femmes politiques viennent verser une larme sur le sort de la planète avant de passer à autre chose. Comme l’a dit l’un d’entre eux « la maison brûle et nous regardons ailleurs. » La maison brûle toujours et de plus en plus et ils regardent toujours ailleurs http://www.lemonde.fr/campus/Climat : « Ça fait plus de trente ans que “demain, il sera trop tard”, et rien ne change » Et il ne faut pas dire que nous sommes démunis face à cela : les solutions sont connues, elles sont applicables et en plus la planète disposent des moyens techniques et financiers de les mettre en œuvre. Tant qu’il y aura des crocodiles pour nous diriger, ils pleureront et ce sera tout. Ce qu me désespèrent c’est que j’ai appris que les crocodiles avaient survécu à la disparition de la plupart des espèces qui peuplaient la Terre dans les ères préhistoriques. C’est à pleurer.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.