Defake news ?

Dans un billet précédent, je me moquais gentiment de cette petite informationhttps://www.actu-environnement.com/Les pâturages séquestrent du carbone mais libèrent toujours plus de méthane
Il est vrai que les émissions des bovins ovins et caprins constituent un des arguments les plus originaux de ceux qui condamnent notre alimentation carnée. Certes, ce n’est pas le plus convaincant, comparé aux arguments, mieux fondés d’un point de vue agronomique, concernant la surconsommation de terrains pour leur fournir du fourrage, la surconsommation d’engrais et de carburants pour faire pousser ce fourrage, entretenir les parcelles et acheminer la production des lieux de culture aux lieux de consommation, parfois situés à l’autre bout de la planète. Mais il est vrai que dans l’ambiance actuelle, où on fait la chasse à toute trace de gaz à effet de serre, les émissions de méthane sont l’ennemie absolue. La conclusion vient naturellement : mangez moins de viande si vous voulez que la Terre vive, voie même n’en mangez plus du tout.

Bon, le message est passé mais manifestement cela n’a pas plu à certains et aussitôt, on a allumé des contre-feux dont celui-ci https://www.ouest-france.fr/Les huîtres de la Baltique réchauffent la planète
J’ai d’abord cru à un canular puis je suis allé voir sur le site du « journal » qui a publié cette étude et dont je n’avais jamais entendu parler. Le comité de lecture de cette publication est impressionnant en volume : plusieurs centaines, voire quelques milliers de chercheurs venant d’un nombre tout aussi impressionnant d’universités ou instituts un peu partout dans le monde. Cependant deux ou trois petits détails m’ont gêné dont celui-ci. Les publications sont payantes, c’est à dire qu’un chercheur qui veut faire publier son étude paie environ 1.100 livres sterling pour cela, ce qui est un peu surprenant mais après tout, pourquoi pas puisque s’agissant, non pas d’un journal vendu au numéro ou sur abonnement, mais d’un média Internet en accès ouvert (ou si vous préférez un webmedia en open access), il faut bien que cette publication trouve des ressources pour fonctionner. Cette étude très ciblée se trouvait à côté d’une étude sur les rapports entre le linge sale et la prolifération des punaises,d’une autre sur les dangers des migrations internes des encres de tatouage ou encore sur la prolifération des bactéries dans les éponges de ménages. Mais la question n’est pas là d’autant que ce site semble publier des études à un rythme très élevé donc forcément sur des sujets de fond mais aussi sur des thèmes beaucoup plus anecdotiques. Pourquoi mettre ainsi en avant cette étude, alors même qu’il semblerait que ses conclusions soient moins alarmistes que ne le laisse penser les titres accrocheurs auxquels a donné lieu cette publication ? La réponse est peut-être à chercher dans les titres même de ces articles. La planète est en danger mais les ruminants ne sont pas seuls en cause, puisque même les palourdes lettonnes ou finlandaises contribuent au réchauffement de notre climat. Cela dédouane donc les éleveurs d’une partie de leur responsabilité dans le changement climatique. La manoeuvre est bien tentée mais tourne un peu à la farce car à vouloir trop prouver, on s’emmêle parfois les pieds dans le tapis de ses propres arguments. La question n’est pas l’émission de méthane puisque même les bactéries, qui pullulent dans les algues vertes produisent du méthane, et ce depuis la nuit des temps ; non le problème vient de l’importance des émissions ce qui disqualifie un peu les pratiques d’élevage intensif.

Faut-il pour autant jeter le bébé de notre régime omnivore avec le bain de l’agriculture productiviste ? A cet égard, a-t-on mesuré la quantité de méthane émise par une autre espèce qui se multiplie à une vitesse accrue sur notre planète, je parle de l’espèce humaine ? Voilà un beau sujet d’étude à proposer à cette revue, et surtout, il ne faudrait pas oublier l’influence du régime alimentaire sur les émissions gazeuses. Il y aurait peut-être des surprises.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.