Brèves de compteur n° 111 : Financer la transition énergétique

L’accord de Paris qui a scellé la COP 21 pêche par au moins un point. Les engagements pris par les Etats ne sont pas financés. Comme l’a souligné le sénateur français Ronan Dantec, président du réseau Climate Chance lors du 2° Sommet de ce réseau à Agadir, le financement ne pourra venir que de ceux qui ont de l’argent. C’est apparemment une lapalissade mais c’est surtout une véritable gageure pour les responsables publics du monde entier (sauf les [ir]responsables de quelques Etats voyous qui n’ont signé pas l’accord ou l’ont dénoncé depuis)

Du coup, tout le monde monte au créneau, à commencer par l’appareil des Nations Unies http://www.novethic.fr/isr-et-rse/Christiana Figueres met au défi la communauté des PRI d’investir 700 milliards de dollars dans les énergies propres d’ici 2020 Madame Figueres est la secrétaire exécutive de la Convention Cadre des Nations-Unies sur le Climat qui, à ce titre, cornaque toutes les COP. Les PRI , c’est également un programme des Nations Unies pour promouvoir la finance responsable. Manifestement, c’est le lieu idoine pour monter les dossiers mais manifestement certains traînent un peu les pieds et pour l’instant, il manque au bas mot 400 milliards de dollars pour que le compte soit bon. Retenez bien ce chiffre, il nous resservira tout à l’heure.

Ce message est aussitôt relayé au niveau français par le bras armé du gouvernement, dès qu’il s’agit d’énergie, l’ADEME http://www.novethic.fr/isr-et-rse/l’ADEME appelle le monde de la finance à se mobiliser sur la transition énergétique de l’industrie Le message est à peu près le même, sauf que s’adressant au financier tout-venant, c’est à dire par nécessairement « écologiquement responsable », l’Agence lui parle le langage qu’il comprend : « c’est rentable et ça prépare l’industrie du futur. ». Comment, dans ces conditions, ne pas céder aux sirènes de la transition énergétique, colonne vertébrale semble-t-il de toute transition écologique ? D’autant plus qu’un argument comme celui-ci :« Il faut profiter de la modernisation de l’industrie française pour gagner en performance énergétique. Tel est l’enjeu de l’industrie du futur »va dans le sens du projet caressé au plus niveau de l’Etat, moderniser la France. Ainsi, si l’ADEME était entendu, ce serait faire d’une pierre deux coups.

Cela vaudrait mieux d’ailleurs car au niveau européen, la volonté politique n’y est pas vraiment. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de souligner ici que les Etats-Membres sont loin d’avoir tous la même stratégie énergétique, en fonction de leurs ressources naturelles et/ou de leurs infrastructures industrielles et le poids du passé continue à peser lourd dans le financement des politiques énergétiques de ces pays https://www.euractiv.fr/L’Europe dépense toujours plus de 100 milliards par an dans les énergies fossiles Le chiffre est fort. Retenez-le car il nous servira plus loin.

Comme pour l’instant, l’Europe ne peut pas être d’un grand secours, certains se tournent vers les collectivités locales pour prendre le relais ou du moins pour les mettre également à l’attelage. C’est le cas des cerveaux bien pleins, à gauche, de la boite à idées Terra Nova qui y va de ses propositions, http://tnova.fr/notes/pour-des-transitions-energetiques-locales, un peu trop technocratiques à mon goût, mais qui iraient dans le bon sens si elles permettaient de mobiliser localement l’épargne disponible.

Tiens, voilà une nouvelle piste, l’épargne des Français. Cela tombe bien, car elle se porte bien http://info.economie.lefigaro.fr/Patrimoine financier des ménages : la France arrive en 15ème position Avec des avoirs moyens par ménage à ce niveau (un peu plus de 55.000 euros), on est loin du seuil d’assujettissement à l’ISF, avant qu’il ne devienne l’an prochain l’ISI. Donner un coup de pouce aux plus grosses fortunes pour qu’elles viennent investir en France est un raisonnement qui peut se tenir même si le pari est un peu risqué au vu des expériences étrangères. Donner un vrai coup de pouce à tous les patrimoines, même les plus petits, qui prendraient le « risque » (limité quand même) d’investir dans des projets de production d’énergies à partir de ressources renouvelables serait pour le coup une bonne opération, pour tout le monde, les épargnants, la planète et même le gouvernement qui trouverait là une occasion de mettre en valeur une autre image que celle dont on veut l’affubler. Gageons qu’il y aura bien dans l’Assemblée Nationale ou au Sénat, un-e parlementaire astucieux-se pour y penser . Réorienter ne serait-ce que 1% de ce patrimoine financier vers ces investissements écologiquement responsables permettrait de mobiliser au bas mot 10 milliards d’euros. Retenez bien ce chiffre, il nous servira tout à l’heure.

Et ça, ce n’est qu’en considérant seulement la France. Si maintenant au passe au niveau planétaire, puisque c’est de toute façon à ce niveau, et à ce niveau seulement, que des solutions viables peuvent émerger, voyons ce que cela donne et intéressons-nous uniquement aux plus riches pour reprendre la lapalissade de Ronan Dantec. Du côté des très très riches, cela va bien même très très bien http://actualites.nouvelobs.com/Toujours plus riches, toujours plus nombreux : les millionnaires se portent bien 63.500 milliards de dollars à se partager entre 16,5 millions de millionnaires, cela fait de jolis matelas moyens. Là aussi, un « risque » minime de 1% peremettrait de mettre sur la table 635 milliards de dollars. Retenez bien ce chiffre car il va nous servir tout de suite.

Bon , vous avez tous les chiffres en tête maintenant. Bien ! sachez alors que le 10 décembre 2017 (incidemment, c’est le 69 anniversaire de la signature de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme), le plus haut sommet de l’Etat a convoqué à Paris le ban et l’arrière-ban de la finance mondiale pour lui parler financement de l’accord de Paris. Question : quelle suggestion lui feriez-vous dans ce cadre ? Vous avez trois heures…

Cet article, publié dans l'économie comme on la voudrait, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Brèves de compteur n° 111 : Financer la transition énergétique

  1. Ping : Brève de compteur n° 115 : Regarder passer les trains en s’engueulant | Dominiqueguizien's Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.