Brèves de compteur n° 110 la paille et la poutre

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé du nucléaire, je veux dire spécifiquement du nucléaire. L’arrivée concomitante de trois informations m’y incite pourtant.

La première est un peu austère et pour tout dire, même carrément anecdotique. Elle est extraite du journal Officiel qui est, comme chacun sait, le premier journal que je lis tous les matins, sauf le lundi, quand j’ouvre mon ordinateur. Or que me propose-t-il ce J.O. ( qui n’est pas 2024) ce dimanche 15 octobre un arrêté que vous pouvez trouver ICI
Peu importe d’ailleurs son contenu qui est du pur jus de cerveau de technocrate (au sens premier du mot « le gouvernement des techniciens ») mais l’intérêt réside plutôt dans son intitulé « Arrêté du 29 septembre 2017 portant homologation de la décision n° 2017-DC-0591 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 13 juin 2017 fixant les règles techniques minimales de conception auxquelles doivent répondre les locaux dans lesquels sont utilisés des appareils électriques émettant des rayonnements X » Déjà, rien qu’en lisant ces trois lignes on a peur. Et puis, une fois remis de mes émotions, je me dis : mais bien sûr, l’atome ne sert pas qu’à faire des bombes (pas la guerre espérons-le, d’où vaste abîme de perplexité sur une arme qui coûte cher pour ne pas servir), ni à produire une énergie (pas bon marché et très sale, si on songe à ce qu’on va laisser à nos arrière-arrière-arrière-etc… petits enfants), mais qu’il est également utile pour nous soigner. Les hôpitaux sont remplis d’engins plus ou moins radioactif et on se sent rassuré que l’autorité de sûreté nucléaire pousse la précaution aussi loin. Avec le nucléaire, on n’est jamais assez prudent.

Ah ouiche ! La prudence de l’ASN, parlons-en. Quelques jours avant que cet arrêté ne soit publié, c’est à dire quand même quelques mois après que l’ASN ait pris la décision qui vient d’être homologuée, elle a rendu un avis qui ne laisse songeur sur la rigueur de ses précautions http://7seizh.info/Flamanville : L’ASN couvre les défauts de la cuve de l’EPR En effet, cela fait des mois que tout le monde sait que ce chantier est bourré de malfaçons. Certes le risque est minime mais en matière nucléaire, le risque, même minime, peut avoir des conséquences incalculables. Lisez donc cet article qui est, certes un peu tendancieux mais pas tant que ça finalement.

Et cerise sur le gâteau, voici que les piscines de refroidissement sont devenues de vraies passoires http://www.lci.fr/societe/Des militants de Greenpeace déjouent la sécurité et s’infiltrent dans la centrale de Cattenom Je sais, bien, les piscines, ce ne sont pas le cœur nucléaire de la centrale. Il n’empêche, c’est à cause d’une défaillance des piscines que Fukushima a été si grave, c’est parce que la piscine de refroidissement n’était plus correctement alimentée que la centrale de Blaye a dû être arrêté en catastrophe. Normalement, l’ASN aurait dû réagir ; eh bien, non ! C’est la justice qui a dégainé la première, les intrus de Greenpeace comparaîtront en janvier prochain.

Vous comprenez maintenant le titre de mon billet ?

 

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.