Bien manger, bien vivre 3  : l’abus de cocktail peut être dangereux …pour la démocratie

Du glyphosate dans vos assiettes ! Nous savions tous que nous en avions mais peut-être pas à ce point http://www.huffingtonpost.fr/Du glyphosate trouvé dans plus de la moitié des aliments testés par l’ONG Générations futures et c’est le mérite de ces organisations non gouvernementales d’aller plus loin dans la dénonciation en illustrant leurs propos par des enquêtes faites dans la vie quotidienne.
Mais me dira-t-on, du côté de la rue de la Baume dans le 8° arrondissement de Paris, siège de la FNSEA, la présence généralisée de cette substance n’en démontre pas pour autant sa nocivité, d’autant que les traces découvertes restent en deçà des maxima autorisées. Certes mais s’il n’y avait que cela, la cause du glyphosate aurait été plaidable. Mais voilà une autre étude qui tombe bien : https://www.actu-environnement.comPerturbateurs endocriniens : l’Inserm quantifie pour la première fois l’effet cocktail Elle tombe même deux fois bien : d’une part elle confirme bien que le produit en question est loin d’être inoffensif mais d’autre part que peu importe la dose, c’est l’accumulation de molécules agressives qui est dangereuse , POUR LA SANTE HUMAINE. C’est ce que disait déjà depuis quelques temps une autre organisation non gouvernementale (WECF pour Women Engage for a Common Future) fortement impliquée dans les débats sur les relations entre santé et environnement http://www.projetnesting.fr/Effet-cocktail-de-substances.html

Mais alors pourquoi ne supprime-t-on pas ce produit, me direz-vous ? La réponse tient en deux acronymes , EFSA et ECHA, les deux agences européennes qui sont chargées de valider les molécules produites par l’industrie. Et c’est en se basant sur leurs avis, concordants, que les instances européennes doivent décider de l’attitude à tenir. Or, ces deux agences ont rendu des avis, qui se veulent très prudents (du point de vue des industriels) mais qui peuvent se révéler très dangereux puisque en ne prônant pas l’interdiction, ils incitent de facto à la prolongation de l’autorisation. Cela rappelle d’autres scandales sanitaires, dont celui de l’amiante qui mit 100 ans avant d’aboutir à une interdiction totale. Évidemment, ces avis font scandale et de nombreuses voix se sont élevées pour parler d’avis de complaisance, ce que démentent les intéressés (peut-être ne devrais-je pas utilisés ce terme) http://www.ouest-france.frGlyphosate : l’Efsa nie être sous influence  On a déjà parlé largement de la composition du comité d’experts, sans qu’il soit besoin d’y revenir. Mais d’autres signes remontent progressivement à la surface http://www.ouest-france.fr/Glyphosate. Le rapport européen a recopié les arguments de Monsanto C’est la technique classique des lobbys : fournir une argumentation clé en main, ce qui évite les surprises. Hélas, cette gangrène ne touche pas que les organes internes ou périphériques de l’administration européenne. Elle semble aussi toucher la représentation démocratique et cette pratique ne concerne manifestement pas que les réseaux d’influence des chimistes https://www.euractiv.fr/Le lobbying pro-israélien et pro-glyphosate fait des remous au Parlement européen
Une telle débauche d’effort pour convaincre montre la faiblesse de l’argumentation de fond de l’industriel en question. Qu’on ne puisse pas entraver de telles pratiques en dit aussi long, hélas, sur la nécessité de renforcer le contrôle démocratique sur ces instances.
Mais me dira-t-on, tout cela c’est loin, c’est à Bruxelles et localement on peut faire des choses pour passer outre. A cela je ferais deux objections : la première est que les agriculteurs, accros aux substances, ont raison quand ils disent que faire cavalier seul romprait les conditions d’une concurrence pure et parfaite, mais toutefois, je ne crois pas que cela mette en danger LA profession agricole française, car s’il n’y avait que cela pour tordre les conditions d’une concurrence sans tâche, comme l’aime quelques théoriciens du Grand Marché Unique, cela se saurait. La seconde objection c’est qu’en développant ce discours lénifiant sur la nocivité des produits on conforte certains agriculteurs dans leur habitudes, au détriment vraisemblablement de leur santé (c’est leur problème) et de la nôtre (et là, cela nous concerne)http://www.lemonde.frGlyphosate : Nicolas Hulot a rencontré des agriculteurs en colère
Cela conforte également certains dirigeants politiques à qui cela évite de prendre des décisions qui les gênent et les positions mi-chèvre mi-chou ne sont manifestement pas le remède http://www.sudouest.fr/La France pourrait proposer cinq à sept ans de prolongation du glyphosate
Cette proposition se veut pragmatique et protectrice des intérêts d’agriculteurs en attendant qu’on ait trouvé une alternative. Avant de partir à Bruxelles pour défendre cette position, le ministre de l’agriculture ferait bien de lire quelques documents techniques montrant qu’il y a des alternatives et qu’elles ne vont pas ruiner les agriculteurs
Voici par exemple ce que propose la Chambre d’Agriculture de Bretagne pour se passer de glyphosate
http://www.synagri.com/ca1/PJ.nsf/TECHPJPARCLEF/17433/$File/0032_333.pdf?OpenElement
http://www.bretagne.synagri.com/ca1/PJ.nsf/TECHPJPARCLEF/16035/$File/10%20-56_306.pdf?OpenElement
Cela n’émane pas d’une quelconque organisation non gouvernementale politiquement orientée mais bien de la Chambre consulaire d’une des premières régions agricoles de France. A lire et à méditer, je suppose, sur la lourdeur des habitudes et sur l’influence des groupes industriels mondiaux sur les pratiques des agriculteurs français.
A méditer également : l’étude de l’Inserm, les fiches techniques de la CRA, le ministre de l’Ecologie viennent de la même région, région où il y a quelques temps une coopérative agricole a été condamnée, en appel, après une intoxication de salariés par la manipulation de pesticides.

 

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.