CAC gagnant

J’ai lu ceci dans la presse http://info.economie.lefigaro.fr/societes/CAC 40: plus de 52 milliards d’euros de profits au premier semestre et j’ai trouvé cela choquant.

Si j’avais été sur Twitter, j’aurai pu écrire «#Neymar, le pouvoir d’achat footballistique du CAC 40 est en baisse ». Mais peut-on rire de tout cela ? J’explique d’abord mon faux tweet : en 2016, avec les bénéfices engrangés an premier semestre 2016, les entreprises du CAC 40 auraient pu acheter 295 Paul Pogba alors qu’en 2017, avec les bénéfices du premier semestre elles n’auraient pu acheter que 232 Neymar.

Vous allez me dire que c’est une drôle d’idée de vouloir mettre ensemble le mercato et le marché financier. Pas tant que cela quand on y réfléchit un peu. Le football est devenu un business qui, cette année, semble avoir définitivement perdu la raison. Les sommes brassées dépassent l’entendement et comme il s’agit avant tout de marketing ou de merchandising, il faut bien se dire que ces sommes dépensées seront bien récupérées d’une façon ou d’une autre, soit sur les droits de retransmission, soit sur la vente des produits dérivés, soit sur le prix des places dans les stades. Or parmi les supporters, les gens aisés ne sont pas la majorité. Je suis sûr même qu’il y a parmi eux des étudiants qui bénéficient des APL. Le hold-up qu’on va effectuer sur leur pouvoir d’achat, en profitant de leur passion risque d’être bien supérieur à 5 euros par mois et personne ne protestera car comme je viens de le dire, c’est une passion et contre ça, on ne peut rien, surtout pas les tribuns politiques. C’est d’ailleurs là dessus que jouent les patrons des grands clubs et surtout les états-majors de requins qui les entourent.

Mais quel rapport avec le CAC 40 me direz-vous ? J’en vois plusieurs. En premier lieu, le gigantisme des sommes en jeu effraie et dégoûte à la fois. Payer un gamin immature qui tape dans un ballon le prix d’un Airbus A 320-200 est aussi immoral que de voir que 40 grandes sociétés sont capables de soutirer aux marchés qu’elles exploitent (car c’est bien le mot), le quart de ce que l’Etat français va prélever dans le même temps sur l’ensemble de l’économie française. De telles accumulations ne peuvent durer éternellement. En deuxième lieu, ces sommes en jeu sont la preuve que dans ces milieux, la seule valeur qui existe est l’argent; le sport, la compétition d’un côté, le service rendu à des clients sur un marché deviennent des alibis secondaires. Une telle fièvre obsessionnelle ne peut durer éternellement. En troisième lieu, il y a ce que j’évoquais rapidement plus haut : l’origine de ces sommes pharaoniques. D’une manière où d’une autre, par petites sommes ou par gros marchés, cet argent est prélevé dans la poche de millions de personnes et cela n’est pas en soi immoral, mais cela le devient quand ces prélèvements se transforment en gigantesques excédents que rien ne peut justifier. Quelque part, il y a bien une spoliation. Et de tels vols en bandes organisées ne peuvent durer éternellement.

La question est : combien de temps cela va-t-il durer ? Et plus cela tardera plus le retour de bâton risque d’être violent. Aïe!Aïe!Aïe !

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.