Gaffe aux GAFA 3/5 Discuter d’égale à égales

les GAFA ! Cela fait partie de ces acronymes, faciles à retenir, dont les médias raffolent car ils permettent rapidement de mettre un nom sur des réalités complexes et surtout de créer des stéréotypes de pensée qui, justement nous évitent de trop réfléchir.

Il faut bien se rendre à l’évidence : le rêve des multinationales et des conglomérats industriels des années 1970/1980 est en train de devenir réalité.

Les plus grands groupes financiers mondiaux sont en mesure de disputer le leadership mondial aux Etats ou à tout le moins de discuter d’égal à égal avec eux. Ce sont peut-être de nouvelles règles de la gouvernance du monde qui sont en train de se mettre en place discrètement. Mais cela fait longtemps que le mouvement s’est amorcé. Le fameux Forum Economique Mondial est devenu au fil des ans la matrice de ce mouvement, les plus riches du monde se donnent l’élégance d’intervenir, via leurs fondations, dans les affaires du monde, pour des causes humanitaires, environnementales ou culturelles, avec parfois une capacité d’intervention financière supérieure aux agences étatiques ou inter-étatiques d’aide au développement.Sans compter que j’ai déjà parlé dans mon précédent billet de leur prétention à faire arbitrer leurs litiges avec les Etats par des tribunaux arbitraux sans lien avec la puissance étatique.

Les Danois, qui sont un peuple pragmatique, viennent d’en tirer une conclusion qui, dans leur esprit, va de soi : puisque ces entreprises ont autant de pouvoir que les Etats et qu’à leur façon, ET AVEC LEURS REGLES, elles veulent participer à la gouvernance du monde, traitons-les comme des Etats et nouons avec elles des relations diplomatiques http://www.lefigaro.fr/Les GAFA élevés au rang de puissance diplomatique ou la tyrannie des géants du Web Cela dit, je demande quand même à voir la façon dont les us et coutumes de la diplomatie risquent d’être mises à mal.

Mais pour autant, il ne faut pas complètement désespérer de la capacité des Etats à réagir. Mais dans un monde où le rapport de force prime sur toute autre considération, il vaut mieux que la puissance étatique pèse lourd. Et c’est le cas par exemple de l’Union Européenne dès lors qu’elle accepte de montrer la force que lui donne le poids économique de son marché intérieur http://www.lefigaro.fr/Margrethe Vestager, la «dame de fer» qui fait trembler les GAFA Mais cela suppose qu’il y ait une volonté politique et que derrière cette volonté politique les institutions serrent les rangs. Manifestement cette commissaire européenne a décidé de jouer à fond la carte de l’affrontement direct et manifestement le Parlement Européen suit.
Mais cette unité de façade des institutions européennes n’est pas gravée dans le marbre . En effet, il y a un an environ, lors des premières offensives de la Commissaire Européenne, on avait vu l’entreprise visée réagir avec force http://www.lefigaro.fr/
Fiscalité: Apple riposte à la condamnation de Bruxelles et dans cette contre-offensive la firme d’origine américaine avait trouvé un allié de poids mais pas totalement inattendu, l’Etat Membre qui l’héberge moyennant quelques petits avantages fiscaux http://www.euractiv.fr/L’Irlande reproche à la Commission de violer sa souveraineté C’était de bonne guerre puisque, après tout l’économie irlandaise est largement dépendante de sa générosité vis-à-vis de certaines entreprises. Hélas pour elle, sa « compréhension » fut mal récompensée puisque dans la Pomme, il y avait, non pas un ver, mais une vipère qui se hâta de mordre la main qui la nourrit https://www.euractiv.fr/Apple et Dublin divisés face au remboursement des 13 milliards d’euros. C’est en quelque sorte la version irlandaise de l’arroseur arrosé et une preuve que l’humour irlandais est un art extrêmement sophistiqué.

Vous aurez noté que cette commissaire est ….danoise. C’est à croire que les petits pays, largement ouvert sur le monde pour des raisons commerciales, ont compris plus tôt que les grandes nations, le danger que représentaient pour eux des entreprises dont la taille et les ambitions vont au-delà du simple commerce mais visent à régenter le monde au mieux de leurs propres intérêts.

Cet article, publié dans l'Etat régalien, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.