« Europe unique objet de mon ressentiment ….. »Acte 2 Un Parlement, ça fait de la politique

Beaucoup d’entre nous ont découvert ce qu’était une anaphore le soir du débat d’entre deux tours de …2012 lorsque sous les yeux ébahi de NS, FH se lança dans sa longue tirade « moi président… » etc, etc..
La littérature française nous offre d’autres exemples de cette figure de style , qui personnellement me plaît bien car elle donne du corps à une démonstration. Je pense notamment à ce fameux courroux de Camille dans le Horace de Corneille :
« Rome unique objet de mon ressentiment,
Rome à qui ton bras vient d’immoler ton amant
Rome qui t’a vu naître et que ton cœur adore
Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore… »
Avouez que ça a quand même un autre souffle qu’un rap fût-il de IAM ou un slam fût-il déclamé par Grand Corps Malade
Mais pourquoi vous parles-je ainsi de littérature et de figures de style qui ne sont quand même pas notre quotidien ? Tout simplement, ai-je envie de dire, parce que la teneur des débats qui ont un peu animé la campagne des présidentielles laissait apparaître que la majorité des candidats faisaient profession de rejeter l’Europe, plus par dépit que par réelle détestation et que ce courroux, dont nous verrons s’il est juste ou non, n’est pas sans rappeler celui de la sœur d’Horace dont la haine de Rome ne se nourrit que du chagrin d’avoir perdu son amant, tué sous les coups de son propre frère.
Donc au fil de cette chronique de quelques jours, j’essaie de montrer que ce n’est pas tant l’Europe qu’il faut détester mais la façon dont ses institutions fonctionnent, bien ou mal et plutôt que de faire de grandes théories je me contente de m’appuyer sur quelques exemples tirés de l’actualité récente.

La deuxième institution sur laquelle je vais porter mon attention est le Parlement Européen,en abrégé le PE, celui où jusqu’à récemment, on envoyait les recalés du suffrage national avant qu’on aille y chercher ses ministres maintenant. Le PE a gagné ses galons au fil des traités et est maintenant partie prenante indispensable de la plupart des décisions prises au niveau communautaire. Il est parfois aussi le garant de l’esprit communautaire quand les autres institutions font défaut. Il est aussi, de plus en plus souvent, l’organe qui lance des alertes lorsque la démocratie lui paraît en danger. Par son pouvoir d’initiative, il est aussi l’organe qui contrôle l’action des autres organes de l’Union. En d’autres termes, le PE joue son rôle de parlement, c’est à dire que ces débats sont avant tout politique et parfois pas exempts d’arrières-pensées politiciennes. Voici trois exemples pour illustrer ce propos

1° exemple : Le PE est le lieu d’affrontements idéologiques. L’accord commercial avec le Canada que je citais dans mon précédent billet en est un bon exemple
Le Parlement européen ratifie le CETA, traité de libre-échange entre l’Union et le Canada
En effet, quand on analyse les votes, on voit bien que deux camps se distinguent nettement, les libre-échangistes et les autres. Une seule délégation fait exception, la délégation française, peut-être est-ce au nom de l’exception culturelle. D’autres exemples montreraient également que les votes se font plus par appartenance à un groupe politique que par origine géographique. Les élections au PE sont donc bien des élections hautement politiques et il est regrettable qu’elles soient, à ce point, boudées par les corps électoraux nationaux. Après cela, il ne faut pas se désoler si les décisions prises par le PE déplaisent à la majorité. Dans une démocratie qui fonctionne, seuls ceux qui y participent sont légitimes pour en critiquer le fonctionnement.

2° exemple : Le PE se veut le garant des intérêts de l’Union Européenne, au-delà des intérêts particuliers des Etats-Membres. Alors que commencent les négociations qui doivent aboutir à débarrasser l’Union Européenne du Royaume-Uni, les parlementaires européens ont souhaité réaffirmer quelques principes basiques, afin que le négociateur-chef, qui n’est pas membre de la Commission donc tenu par les règles institutionnelles, sache jusqu’où il ne peut pas aller
Brexit . Le Parlement européen fixe ses conditions
Vous noterez que le PE parle en premier de l’unité de l’Union face aux tentatives de division que ne manquera pas de faire la perfide Albion, en s’appuyant notamment sur les égoïsmes nationaux (nous verrons d’ailleurs plus tard que ce calcul n’est peut-être pas sans fondement.

3° exemple : le PE se veut le gardien de la moralité de ses membres et il est prêt à faire le ménage. Dans un débat qui trouve son écho dans la campagne électorale française du printemps 2017, le PE tient à rappeler que les règles financières qu’il a édictées sont faites pour être respectées et que leur détournement peut aussi être un détournement de fonds publics et une atteinte à la probité
Pour le Parlement européen, le FN a détourné 5 millions d’euros
Il se trouve que dans ce cas de figure, la rigueur affichée n’est pas exempte d’arrière-pensée politicienne mais après tout n’est-ce pas ce qui se passe aussi dans la vie des parlements nationaux.

Publicités
Cet article, publié dans pour l'Europe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s