Le journal des bonnes nouvelles

Le climat est à la sinistrose, sur l’air « la France est foutue », « ça fait 5 ans, ça fait 10 ans, ça fait trop longtemps que nous ne sommes plus gouvernés ». Sur ce dernier point, le laps de temps dépend de l’opinion politique du locuteur. C’est pourquoi, lorsque je trouverai dans la presse des informations qui contredisent un peu ces affirmations, je ne me gênerai pas pour les présenter et éventuellement les commenter.

Voici un premier bouquet
Première fleur : La Banque de France a gagné 5,6 milliards d’euros en 2016
Tiens, je croyais qu’avec la création de l’euro, les banques centrales nationales avaient vocation à disparaître. Pour une moribonde, la BdF comme on dit se porte plutôt bien. Et si vous lisez l’article, elle se portera bien quelle que soit la conjoncture. Le plus surprenant dans l’affaire est que plus l’Etat français s’endette, plus la BdF fait de bonnes affaires semble-t-il. Et cerise sur le gâteau : faire une meilleure performance que l’Allemagne dans ce domaine est un plaisir qu’on ne se refuse pas. Avec ces 4.5 milliards que la BdF va reverser à l’Etat, on pourrait en financer des revenus de base (440.000 exactement). Tiens au fait, puisque nous sommes à parler du revenu de base et de ceux que cela intéresse au premier chef, le nouveau rôle de la BdF n’était-il pas de gérer au mieux la situation des personnes en surendettement chronique. Ben justement, à ce propos, voilà une seconde bonne nouvelle

Deuxième fleur :  Le nombre de Français surendettés en baisse de plus de 10%
Cela aussi est semble-t-il une bonne nouvelle, surtout pour les quelques 20.000 ménages qui ne sont pas entrés dans cette spirale infernale. Que cela soit dû à un meilleur encadrement du crédit à la consommation est certainement une bonne chose sauf peut-être pour les organismes qui prospèrent sur la misère et les envies des plus démunis. Mais convenons-en quand même, cela ne fait que 20.000 foyers et on est loin d’avoir éradiqué la misère quand dans le même temps les chiffres du chômage ont tardé à s’inverser durablement

Troisième fleur : Les Français ont réalisé un nombre record d’acquisitions en Allemagne en 2016
Tout à l’heure, je comparais les performances des banques centrales françaises et allemandes. Voici une autre comparaison. Apparemment, elle pourrait être flatteuse, elle aussi : les entreprises françaises ont rachetés 93 entreprises allemandes quand dans le même temps les entreprises allemandes ne rachetaient que 25 entreprises françaises. Ce serait une mauvaise chose si un tel déséquilibre était un signe de faible attractivité des entreprises françaises comparées à leurs homologues allemandes. Tel ne semble pas être le cas puisque dans le même temps, 467 entreprises françaises et 594 entreprises allemandes ont intéressé des capitaux Etats-Uniens soit des performances comparables compte tenu du poids respectif de ces deux économies. Que les capitaux français investissent beaucoup en Allemagne est donc peut-être finalement une bonne chose, en tout cas la preuve d’un dynamisme retrouvé des entreprises françaises.

Comme vous le voyez, dans ce bouquet, on fait un peu le grand écart mais après tout n’est-ce pas cela aussi la vie économique d’un pays, le sort des plus humbles et les passes d’armes des plus puissants.

Publicités
Cet article, publié dans l'économie comme on la voudrait, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s