COP 22 portrait de femmes en action : L’énergie des coopératives de Géorgie

LE CONTEXTE

2 milliards de femmes vivent dans des zones rurales où l’accès à l’énergie est problématique, ce qui se traduit le plus souvent par des déforestations, dommageables pour la planète et des corvées de bois éreintantes pour les femmes. C’est pourquoi le Fonds Vert des Nations-Unies intervient assez lourdement dans le cadre d’un programme « énergie rurale ». Il n’est dès lors pas étonnant qu’un grand nombre de programmes NAMA ( pour Nationally Appropriate Mitigation Action ou en français Mesures d’atténuation appropriées au niveau national) portent sur cette question.

Même si les statistiques de la Banque Mondiale laissent apparaître que 100% de la population géorgienne est relié au réseau électrique, une grande partie des zones rurales dépendent encore en grande partie pour leur consommation d’énergie de la ressource en bois, essentiellement pour les besoins domestiques de la cuisine et de la fourniture d’eau chaude. Cette consommation peut représenter jusqu’à 30% du revenu des ménages ; annuellement, chaque foyer consomme environ 12 mètres cubes et même si 75% de la forêt est gérée de façon durable, ce sont ainsi 7.000 hectares qui disparaissent tous les ans sous forme de chablis ou dans des glissements de terrain.

 

LE PROJET

Il y avait donc là un double défi social et écologique à  relever. C’est ce que fait depuis plus de 10 ans, l’agence pour le développement des communautés rurales (RCDA) , une ONG géorgienne,  dans 4 puis 5 districts ruraux  plus ou moins éloignés de la capitale Tbilissi.

nino-4
Nino Gamisonia, coordinatrice de Rural Communities Development Agency (RCDA), entre Liane Schalatek, directrice associée de la fondation Heinrich Böll et experte du Fonds Vert des Nations-Unies et Antoine Martin-Chave, représentant l’ONG française GERES, lors de la présentation du projet NAMA Géorgie pendant la COP 22 à Marrakech

Avec l’appui  du réseau WECF (Women Engage for a Common Future), RCDA a ainsi développé depuis 2008 un programme qui combinent, la production d’énergie renouvelable avec l’acquisition de savoir-faire, la formation d’acteurs locaux, le tout avec la volonté d’associer les hommes et les femmes à parité dans toutes ces actions, y compris les plus techniques, sans oublier naturellement la participation dans les instances de prises de décision.  C’est sur ces bases-là, qu’avec l’appui du gouvernement géorgien une NAMA a été mise en place en 2010.

L’objet principal de ce programme est la réduction de la consommation d’énergie à partir du bois. Cela s’appuie sur trois piliers techniques, la production d’eau chaude à partir de chauffe-eau solaires, l’isolation des maisons (fenêtres, murs et toitures) et l’utilisation de poêles à bois totalement efficients. Dans ce cadre, l’installation de 500 chauffe-eau solaires et l’isolation de 50 habitations ont été programmées. La mise en œuvre de ce programme devait être faite par les habitants eux-mêmes et à cet effet 5 groupes de qualification ont été constitués dans lesquels systématiquement la parité a été recherché, la règle étant qu’il y ait au moins 40% de femmes dans tous les groupes quelle  que soit le contenu technique de la formation.

 

LE BILAN

5 ans après le démarrage du projet, le bilan suivant peut être fait. Du point de vue écologique, 126.000 mètres cubes de bois devraient être épargnés d’ici à 2021 et les émissions de gaz à effet de serre sont réduite d’environ 1.000kilos de CO² par an. Du point de vue économique, les retours sur investissement sont plutôt bons :

  • L’isolation a permis de réduire de 25% la consommation d’énergie et le retour sur investissement se fait entre 1,5 an et 3ans
  • L’utilisation de poêle à double combustion a permis de réduire de 30% la consommation et l’investissement est remboursé dans l’intervalle de 1,5 an et 2,5 ans,
  • L’installation de chauffe-eau solaires a réduit de 30% la consommation de bois de chauffage et dans un délai de 4 à 5 ans, l’investissement sera couvert.

Mais le plus gros succès du programme concerne la prise en compte du genre dans le montage des actions. En effet, non seulement les femmes rurales ont vu leurs conditions de vie sensiblement améliorées par l’atténuation de la « corvée de bois », mais surtout cela leur a permis d’acquérir un nouveau statut économique, à travers le revenu d’appoint que leur apportent leurs activités au sein du programme et un nouveau statut social du fait de leur participation à toutes les instances du programme, y compris les instances décisionnelles.

De fait, le résultat le plus spectaculaire du programme NAMA a été la création de 4 coopératives d’énergie qui répondent à une demande croissante sur le modèle expérimental développé depuis 2010. Ainsi il y aurait plus de 10.000 demandes d’installation de chauffe-eau solaires ou de poêle à double combustion dont l’installation, le pilotage et la maintenance doit être assurée par les équipes des coopératives. Même s’il apparaît que les hommes sont plus attirés par les tâches d’installation et les femmes par les fonctions de pilotage des systèmes ou leur maintenance, une grande mixité est recherchée dans les groupes à tous les niveaux. Actuellement, sur les 4 coopératives existantes, 2 sont présidées par des femmes et une centaine de femmes sont sociétaires. Il convient à cet égard de noter que le droit d’entrée dans la coopérative est de 50 euros, le prix d’une action. Ce prix est à mettre en rapport avec le revenu mensuel moyen de Géorgie qui avoisine les 250 euros. Il parait que les dividendes versés en fin d’année à chaque coopératrice et coopérateurs valent ce sacrifice financier. La création de 4 autres coopératives est programmée d’ici 2018.

Le dernier intérêt de ce projet réside dans le modèle énergétique qu’il développe :

  • la combinaison de production d’électricité d’origine renouvelable avec des efforts de réduction de la consommation,
  • une production totalement décentralisée dans un pays où la montée en puissance de l’hydroélectricité imposerait plutôt un modèle centralisé,
  • un mode de production locale, s’appuyant principalement sur des technologies légères (voir l’encadré sur GERES)

ninoNino GAMISONIA, coordinatrice du projet NAMA Energy Georgia  pour RCDA
Lénine avait dit un peu imprudemment « le développement du communisme, ce sont les soviets plus l’électricité. » Gageons que ce modèle : « le développement de la communauté, ce sont les coopératives plus l’électricité. » a plus de chance de réussir !

Focus sur GERES
Des technologies basiques pour une appropriation rapide.
L’ONG française GERES, basée dans le Sud de la France, intervient auprès de WECF dans le projet de RCDA en Géorgie pour y apporter ses savoir-faire et ses technologies. La philosophie de base est l’utilisation de techniques simples et bon marché, faciles d’accès, financièrement et conceptuellement, aux populations auxquelles elles ont destinées. Ainsi, en matière d’isolation des fenêtres, elle préconise et met en œuvre une technique simple : le collage d’une seconde couche de verre sur la vitre initiale, avec un joint au silicone pour assurer l’étanchéité. De même pour l’isolation des combles, à la grande surprise des paysans géorgiens, elle a remis au goût du jour l’isolation sur rampants ou sur plancher avec des bottes de paille liées à l’argile trempée. En ce qui concerne les poêles à efficacité optimale, l’option retenue a été un poêle avec double chambre de combustion, la première où le bois est brulé, puis une seconde où les gaz de combustion de la première chambre sont à leur tour brulé. Rien n’empêche d’ailleurs d’accroitre l’efficacité énergétique de l’ensemble en installant des réserves d’eau le long de la colonne d’évacuation des fumées pour récupérer la chaleur des conduits

Pour en savoir plus sur/
Rural communities development agency : http://www.rcda.ge/
WECF : http://www.wecf.eu/francais/
GERES : http://www.geres.eu/fr/
Le fonds vert des Nations-Unies : https://www.greenclimate.fund/home
Les NAMA : http://unfccc.int/focus/mitigation/items/7172.php

Advertisements
Cet article, publié dans l'économie comme on la voudrait, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s