COP 22 Marrakech : impressions soleil

Je vous avais quitté hier sur une impression très bluesy. Je voudrais l’atténuer en donnant à ce billet une tonalité plus solaire. Je vais donc me focaliser sur la tente « société civile » de la zone verte où se trouvent rassemblées toutes les ONG, accréditées et non accréditées.

Ce qui frappe quand on y rentre, c’est le bruit. Je dis bien le bruit et non pas le brouhaha qui est de règle dans ces grands halls d’exposition. J’aurai aussi bien pu dire le tintamarre, tant l’intensité sonore peut monter dès qu’une agora commence à s’échauffer.

En effet, dans les allées entre les stands ont été créées des micro-amphithéatres où tout au long de la journée, les ONG présentes organisent des débats sur autant de sujets différents. C’est parfois, très sage et très docte. C’est parfois très véhément. Tout dépend du sujet, des intervenants et des participants. Mais il faut bien avouer que c’est plus souvent animé que studieux. Lieux de débat comme il en existe peu, ces cuvettes méritent bien leur nom d’agora. Que ce qui s’y dit soit suivi d’effet, je n’en suis pas sûr mais c’est toujours rafraichissant de voir que quels que soit les âges, les origines géographiques, les références culturelles, il y a toujours des tas de personnes qui sont prêtes à échanger à discuter.

Ça , c’est pour l’ambiance sonore, finalement assez festive, car vu la multitude des agoras se déroulant simultanément, il y a peu de temps dans la journée sans qu’un chant ne retentisse, qu’un slogan soit scandé et repris à pleine voix. Bref, ça fait du bruit.

Et puis quand on déambule dans les allées, on rencontre à presque chaque stand quelqu’un qui vous interpelle, soit par ce qu’il fait et qui vous rappelle quelque chose que vous avez vu ailleurs, qui n’est pas tout à fait la même chose mais qui quand même y ressemble un peu , soit par ce qu’il dit et que transparait dans ces mots, dits avec l’éloquence de ceux qui sont habitués à tenir la tribune, ou la timidité de ceux qui ne maitrise ni votre langue, ni l’art oratoire, une passion et la volonté de vous convaincre .

En se promenant ainsi dans les allées, vous rencontrez  des personnes solaires, dont la sérénité rayonne et d’autres, beaucoup plus lunaires dont l’utopie nous réchauffe.

Chaque jour apporte son lot de rencontres improbables ou prévisibles

Rayon de soleil cette jeune femme se lançant, sans un grand bagage technique, dans la culture de spiruline dans l’arrière-pays aride de Essaouira, juste pour prouver que la spiruline peut pousser partout.

Rayon de soleil cette universitaire devenue agricultrice pour prouver que l’agro-écologie pouvait faire pousser des avocats au milieu des cailloux.

Rayons de soleil et rayons de lune ce collectif  de peintres et de plasticiens qui déclinent à leur façon le concept de récup’artistes. Leurs vieilles ferrailles magnifiées par la magie de l’art ou leurs pots de yaourt  devenus nuages colorés ressemblaient beaucoup aux sculptures réalisées par leurs homologues bretons qui pensent eux aussi avoir révolution l’art en lui donnant une dimension écologique. Naïf et rafraichissant.

Soleil d’orage, ces sexagénaires  qui exposaient leur colère contre les extractions massives de sable qui ont ravagé les dunes littorales de Saïdia et de Mohamedia, contre les forages dans le massif schisteux à la frontière marocaine qui ressemblent forts aux prémisses d’une fracturation hydraulique, contre les collines qui disparaissent pour devenir pierre de construction. Echo à d’autres colères sous d’autres cieux.

Rayon de soleil enfin, cette foule marrakchie qui s’est pressée, tout le week-end, dans les travées de la zone verte, beaucoup plus attentive que curieuse, très concernée par les questions que posent les changements climatiques et avides d’y trouver des réponses qui ne soient pas les discours qui tournent en boucle sur les radios et les télévisions nationales . Rafraichissante, cette jeunesse qui ne demande qu’à s’engager

Bref le soir, on sort de là, le corps las de trop de bruit mais la tête pleine de belles impressions. Ah, si tous ces gens avaient à leur disposition les moyens de leurs rêves et de leurs ambitions !

 

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s