Imprévisibles démocraties (suite mais pas fin)

Une démocratie qui marche c’est souvent une question de tempérament mais surtout une question culturelle et de valeurs partagées

  1. « Les droits de l’homme sont AUSSI les droits des femmes » proverbe Islandais
    Dans le billet de la semaine dernière, je mettais en avant certaines petites démocraties particulièrement dynamiques et explosives dans le domaine de la réappropriation du débat public par les gens et je citais en exemple l’Islande qui revient assez régulièrement dans ces colonnes. Parus récemment dans la presse trois exemples pour illustrer ce proverbe (un peu) inventé.
     Pourquoi les Islandaises ont arrêté de travailler à 14 h 38 lundi
    Des Islandaises montrent leurs tétons pour protester contre la censure sur les réseaux sociaux
     Miss Islande. Jugée trop grosse, elle quitte un concours de beauté
    Trois exemples trois façons différentes d’illustrer que « Habeas corpus » se conjugue aussi au féminin.
  1. « Chassez le naturel, il revient au galop » ou « business as usual »

Il y a eu le crowdfunding, démarche sympathique pour permettre à des petits projets pas forcément très commerciaux de trouver des financements en dehors des critères bancaires et financiers en vigueur (la pratique de la contrepartie symbolisant ce changement de système de valeur). C’est devenu maintenant le « crowdlendind » où les petits malins ont trouvé le biais pour placer des produits financiers (des obligations) en dehors des circuits bancaires classiques. Dérapage classique des pratiques dites collaboratives. Mais voilà qu’un des plus habiles nageurs en eaux troubles de la galaxie start-up se lance dans un nouveau concept «  le crowdlobbying » qu’il veut faire passer pour la démocratie 2.0  Civic Tech : Make.org, le projet citoyen de l’ancien patron de Deezer
Sur le papier c’est pas trop mal foutu même si ça réduit la démocratie à un simple rapport de force entre groupes de pression. Mais là où je n’y ai plus cru, c’est lorsque j’ai lu « le modèle économique du projet ». Fichtre non, Monsieur , la démocratie n’est pas un business ou alors c’est admettre que la démocratie se résume à la lucrativité de l’activité sondagière. Notez que pour certain, c’est déjà le cas.

Franchement, la démocratie prend des tournures parfois imprévisibles.

Publicités
Cet article a été publié dans démocratie, je dis ton nom. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s