RSE : Ma chère entreprise

J’avais bien dit que j’allais commencé un nouveau concours, celui des classements les plus absc..Du coup, je suis allé dans mes archives à absconneries et j’ai trouvé cela. http://www.ouest-france.fr/economie/et-le-ndeg1-des-entreprises-ou-il-fait-bon-travailler-est-4115497 Quelle sont les entreprises où il fait bon travailler ?

J’avoue à ma grande honte qu’à part l’entreprise qui entretient les caries dentaires de nos gamins à coup de barres chocolatées, je ne connaissais pas les entreprises du podium. Cela dit, je ne dois pas être le seul et d’ailleurs ça n’a aucune espèce d’importance. En effet, ce qui est important c’est que l’entreprise ait des pratiques qui ne fassent pas honte aux salariés qui y travaillent.

Voici pris au hasard dans la presse de ce jour-là quelques titres

IBM France annonce 360 suppressions de postes

300 postiers manifestent à Paris contre les réductions d’effectifs

La famille Rockefeller quitte l’industrie du pétrole

Les salariés de McDonald’s réclament 13 euros de l’heure

Chez Vuillermoz, pas de pointeuse, les salariés ont la clé de l’usine

Chez Téléperformance, mail obligatoire pour demander une pause-pipi

Armani n’utilisera plus de fourrure animale dans ses collections

Emploi. Le contrat « zéro heure » explose au Royaume-Uni

Royaume-Uni. Un PDG fait don de 9 millions d’euros à ses salariés

Et vous si vous deviez choisir entre ces différentes entreprises et ces différents pays, laquelle ou lequel choisiriez-vous, a priori ? C’est à peine moins abscons que les classements des cabinets. Reste bien l’option d’aller regarder les bilans RSE des entreprises qui en font. Cela suppose évidemment que ces bilans RSE soient le plus transparents possibles et prennent en compte la globalité de l’entreprise, dans le sens où on parle « d’entreprises globalisées » et alors là on touche à une question qui a animé un début de polémique en France sur les limites de l’exercice

http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-bruno-roux-acharne-contre-entreprises-francaises-eric-verhaeghe-2636200.html Quand Bruno Le Roux s’acharne contre les entreprises françaises

Manifestement la loi sur le devoir de vigilance des maisons mères sur leur filiale en gène plus d’un et ça se comprend. En effet, quand on y regarde de plus près, on peut très bien avoir en France une maison-mère qui choie ses salariés du siège mais qui à l’autre bout de la chaîne, actionne des filiales dont le fonctionnement rappelle plus Zola ou Dickens que le guide des bonnes pratiques de l’Observatoire de la Responsabilité Sociale des Entreprises (ORSE).

Advertisements
Cet article, publié dans RSE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s