L’agriculture française, un modèle d’exportation ?

Le journal Libération publiait le 28 février 2016, un article au titre provocateur, histoire de mettre un peu d’ambiance avant le congrès de la FNSEA qui d’ailleurs n’en manqua pas, il suffit d’en parler au ministre Stéphane Le Foll,  http://www.liberation.fr/debats/2016/02/28/crise-agricole-traduire-la-fnsea-en-justice_1436310 Crise agricole : traduire la FNSEA en justice ?. La thèse est maintenant archi-connue ; des industriels ont fait main basse sur l’agriculture française pour qu’elle pourvoit les filières de transformation en « minerais » que le sous-sol de la planète ne peut plus offrir, « développement durable » oblige. C’est d’ailleurs un de ces capitaines d’industrie, Xavier Beulin, qui préside aux destinées de la fédération syndicale que Libé met ainsi en accusation. La charge contre ce modèle de « développement » agricole est directe et montre qu’à terme ce modèle n’est plus viable et que le syndicat en question en est largement responsable.

Mais il se trouve que quelques jours plus tard, une fondation publiait sous la plume d’un agronome sénégalais la tribune suivante http://www.fondation-farm.org/zoe.php?s=blogfarm&w=wt&idt=2093 Pour l’industrialisation de l’agriculture qui va évidemment à l’opposé de l’article précédent. Avant de s’étonner de cette dissonance, il faut savoir ce qu’est la fondation FARM : « Fondée en 2005 par des acteurs publics et privés, et reconnue d’utilité publique par décret du 20 février 2006, la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire, la création d’emplois et la réduction de la pauvreté rurale. » Fort bien. Mais qui l’a fondé ? on trouve parmi les membres fondateurs, l’Agence Française de développement (bel caution étatique !), le Crédit Agricole, GDF-Suez (Engie maintenant), Air France ( ???), Casino (tiens, tiens !) et Limagrain (c’est normal !). Et qui la dirige ? Son président est l’ancien président du Crédit Agricole, Jean-Jacques Sander, et on compte parmi les administrateurs, le président du syndicat agricole vilipendé par Libé, Xavier Beulin, et sa première vice-présidente, Christiane Lambert ainsi que le président d’un des plus influents lobby agricole mondial, l’International Food and Agricultural Trade Policy Council (IPC).

Tous ces gens sont libres de croire que ce qu’ils disent et écrivent, est bon pour les pays en voie de développement et de penser que le modèle que, conjointement la FNSEA et le Crédit Agricole ont porté pendant des décennies, est un bon modèle, voire le meilleur du monde, mais il n’est peut-être pas dans les missions de l’AFD d’en faire un produit d’exportation alors que les paysans et les exploitants agricoles français sont d’accord pour dire que cela les mène directement à la mort. Et si vous lisez attentivement les commentaires qu’a suscité l’article de Moussa SECK, vous ne serez pas surpris d’apprendre que l’un des auteurs de ces commentaires Jean-Jacques Hervé, est non seulement un honorable membre des académies d’agriculture de France et d’Ukraine mais aussi qu’il a fait une grande partie de sa carrière au Crédit Agricole et que son crédo actuel est d’exporter le modèle français d’agriculture industrialisée en Ukraine  pour produire des matières premières qui concurrenceront avantageusement….les productions françaises.

La boucle est, hélas, bouclée, si je puis dire.

Advertisements
Cet article, publié dans mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s