Les conséquences du scandale de Panama

Tout le monde connaît les conséquences du premier scandale de Panama : le « bienfaiteur de l’Egypte », Ferdinand de Lesseps, ruiné, Gustave Eiffel emprisonné, une demi-douzaine de ministres démissionnaires, des milliers d’épargnants ruinés et la III° République qui vacille.  Mais nul ne peut prédire les conséquences de cette nouvelle « affaire de Panama » et ce pour plusieurs raisons.

La première est que cette fois-ci, la presse au lieu d’être largement complice, comme au XIX° siècle, est le principal vecteur de diffusion de l’information. Les effets peuvent être ravageurs d’autant que les réseaux sociaux, qui pour l’instant restent relativement calmes, vont sûrement assez rapidement se déclencher. Mais un twitt n’est pas une arme politique très efficace dès lors que la communication ne suffit plus pour faire croire qu’on fait de la politique. Comme je le disais dans mon billet de mercredi dernier, les Islandais nous ont montré la voie mais tout le monde n’est pas Islandais et parmi les chefs d’Etats directement ou indirectement épinglés, rares sont ceux qui se laisseront intimider par des mouvements dans la rue ou une pétition sur internet. Par contre, on a encore du mal à imaginer l’impact que de telles révélations, même filtrées par la censure d’Etat, peuvent avoir à moyen terme sur la passivité apparente de ces peuples privés de démocratie. Après tout, c’est la succession de petits scandales, avant une vraie crise qui explique que la Révolution Française a démarré aussi vite.

La deuxième raison est plus difficile à expliciter car il ne s’agit pour l’instant que d’une hypothèse. J’ai été frappé, mais je ne dois pas être le seul, par la liste des noms de chefs d’Etat ou de responsables politiques ainsi épinglés. Pas un seul responsable politique américain, peu d’Européens (de l’Europe des 27) mais par contre des ennemis irréductibles de l’Amérique ou des alliés indociles, beaucoup et même il n’y a que cela. Si l’hypothèse était vérifiée, cela donnerait une autre couleur à ces révélations et apporterait un éclairage un peu moins flatteur au rôle qu’aurait joué la presse dans cette affaire. Dénoncer la corruption et la fraude est louable, faire de sa dénonciation, un moyen de pression diplomatique, beaucoup moins.

La troisième raison tient à la charge affective que porte la notion de fraude fiscale. Tout le monde paie des impôts et ce consentement à l’impôt se maintient tant que tout le monde considère que la charge fiscale est équitablement répartie. Dès lors qu’il apparait que certains privilégiés peuvent s’exempter de cette charge, la situation peut devenir explosive. L’acceptation de l’impôt faiblit et derrière, c’est la fonction régalienne de l’Etat qui s’étiole. Et surtout n’oublions, puisque j’en parlais plus haut, la première mesure symbolique que prit la Révolution Française fut la nuit du 4 août et l’abolition des privilèges, dont le principal était ….l’exemption d’impôts. Imaginez une pareille réaction à l’échelle mondiale. Mais il ne  faut pas rêver.

Un journal titrait dès le début des révélations « Panama paper : la fin des paradis fiscaux ». Là non plus, il ne faut pas trop rêver mais si cela pouvait inciter les Etats à s’en rapprocher, tout cela n’aura pas été inutile, mais pour cela il faut aider leurs dirigeants en les poussant au c…http://www.stopparadisfiscaux.fr. Ces initiatives ne datent pas d’aujourd’hui, ni de la publication des panama papers. Raison de plus pour les amplifier.

 

Advertisements
Cet article, publié dans démocratie, je dis ton nom, l'économie comme on la voudrait, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s