Panama papers : ils n’ont vraiment honte de rien

Pris la main dans le sac, un cabinet d’avocats et un Etat devraient normalement faire profil bas, raser les murs et faire amende honorable. Eh bien non ! Le premier s’estime VICTIME d’un piratage et va porter plainte http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/06/panama-papers-le-cabinet-mossack-fonseca-assure-avoir-ete-pirate-de-l-exterieur-et-a-porte-plainte_4896575_4890278.html « Panama papers » : le cabinet Mossack Fonseca assure avoir été piraté et a porté plainte  La méthode n’est pas nouvelle. Déjà lors de la divulgation d’une liste de contribuables français réfugiés bancaires en Suisse et plus récemment lors du scandale Luxleaks, la même démarche avait été effectuée par les banques, avec succès dans le premier cas. Pour le second cas, l’affaire est encore en cours et il n’est pas trop tard pour apporter son soutien au lanceur d’alerte par qui le scandale a été révélé Soutenons Antoine Deltour – asso-sherpa.org‎ Il serait temps que face à la légalité des dépôts de plainte des banques (le secret des affaires est aussi sacré que le droit de propriété), il existe une autre légalité, celle plus légitime qui aurait inspiré au législateur une approche plus morale de la vie bancaire. Vite, vite une loi renforçant la protection des lanceurs d’alerte. Cela dit, dans le cas présent, on souhaite quand même bon courage aux avocats de ce cabinet d’avocats, car face à eux, il y a quand même la fine fleur de la presse internationale. Voilà une illustration, si besoin était que le 4° pouvoir existe bien et que lorsqu’il est bien utilisé et bien relayé (voir ce qui s’est déjà passé en Islande), il est nécessaire à l’équilibre des pouvoirs dans une démocratie bien comprise.

Mais les plus gonflés, ce sont quand même les Panaméens. Ils osent parler de représailles contre la France qui veut les réinscrire sur la liste des paradis fiscaux Le Panama envisage des représailles Là aussi, la menace a un fond de légalité puisqu’il existe un accord bilatéral entre la France et le Panama et qu’il s’agit donc autant de diplomatie que d’économie, mais cela ne résistera pas longtemps à l’analyse et surtout si d’autres pays emboîtent le pas à la France, la menace brandit par Panama risque fort de n’être qu’un sabre de bois.

Mais comme dit l’autre, en affaires comme à la guerre, la meilleure défense, c’est l’attaque. Si cela paie, il faudra se poser des questions sur l’état de notre monde.

Publicités
Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s