Journal des « bonnes nouvelles » n°2

Pour beaucoup d’entre nous, le vrai cadeau de Noël, ce fut ceci : http://www.ouest-france.fr/economie/consommation/le-litre-de-gazole-sous-le-seuil-symbolique-dun-euro-en-france-3946108 Le litre de gazole redescend sous le seuil symbolique d’un euro C’est vrai que cela fait du bien à notre pouvoir d’achat surtout, en plus de rouler au diesel, vous agravez votre cas  en chauffant votre logement au fuel. Pour le coup, ce sont de vraies étrennes. Alors, c’est y pas une bonne nouvelle, ça ? Ben si on lève le nez de sa jauge, c’est peut-être pas si évident.

Du côté positif, il y a bien sûr ce que je viens d’écrire sur notre pouvoir d’achat . Il y a aussi l’allégement encore plus fort de notre déficit commercial. En effet, les importations n’étant pas grevées de taxes, le passage de 90 à 35 dollars le baril se traduit par une division par 2.5 de la facture. C’est non négligeable. Il y a aussi, parce que c’est mécanique, la réduction des ressources de l’entité terroriste qui occupe une partie de l’Irak et de la Syrie et qui trouve dans le commerce trouble des hydrocarbures, une manne financière.

Mais du coup, cela a des conséquences négatives. En effet, si le budget des pétro-terroristes diminue, il en est de même des budgets nationaux de pays comme l’Arabie Séoudite, l’Algérie ou les Emirats, qui faute d’avoir développé un tissu économique local suffisant achètent la paix sociale, à coup de subvention à la consommation. L’exemple encore récent des « printemps arabes » sont là pour rappeler que cette paix est fragile partout où elle repose sur cet assistanat d’Etat. Or les évolutions contrastées de ces révoltes populaires montrent qu’en la matière, tout est possible même le pire.  Notez toutefois que si les ressources budgétaires diminuent, leur capacité à se surarmer diminuera aussi, ce qui ne chagrinera que les marchands d’armes.

Mais plus négatives encore sont les conséquences de cet état de fait s’il devait perdurer. En effet, comment voulez-vous convaincre les Etats, les entreprises et les ménages qu’il est vital de réduire nos consommations d’énergie fossile si le recours à des sources alternatives, renouvelables pour faire rapide, devient prohibitif? Tout le monde n’a pas la foi écologiste chevillée au corps et si l’esprit dit qu’il faut être vertueux, le porte-monnaie dit qu’il faut être « raisonnable ». Notez là aussi que le retour en grâce du pétrole brut rend beaucoup moins compétitif cette autre source d’hydrocarbure que sont les gaz de schiste et autres sables bitumineux, et cette baisse des cours risque de mettre leurs exploitants en faillite. C’est une manière comme une autre de mettre fin aux expérimentations hasardeuses de fracturation hydraulique.

Comme vous le voyez, rien n’est jamais totalement bon dans une « bonne » nouvelle. Pensez-y en allant à la pompe et surtout n’oubliez pas que de toute façon l’OPEP vient de publier un communiqué estimant que le cours du baril va remonter à 70 dollars….d’ici 2020.

Publicités
Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s