Union Européenne : La bonne maille de filet

J’ai tellement écrit de méchantes choses sur la façon dont fonctionnent les institutions de l’Union Européenne que je me devais de saluer comme il convenait des décisions, à la fois cohérentes entre elles, ce qui n’est pas toujours le cas, et qui vont dans le bon sens, qui n’est pas non plus monnaie courante.

Parfois, pour faire image, on dit que l’avenir de la Terre est dans la mer et ce n’est peut-être pas faux même si les océans commencent eux aussi à souffrir de la folie destructrice des hommes.. Et pour une fois la Commission affiche de grandes ambitions pour l’activité maritime par excellence, la pêche http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/23867-peche-le-fonds-europeen-doit-creer-plus-de-10-000-emplois Pêche : le fonds européen doit créer plus de 10 000 emplois

Mais souvent empêtrée dans les contradictions des Etats-membres, les décisions de gestion quotidiennes  des commissaires viennent contredire et contrecarrer ses plus belles ambitions. Ainsi, avant le Conseil européen, certains craignaient pour l’avenir d’une pêche devenue emblématique en Bretagne, la pêche au bar http://www.letelegramme.fr/economie/peche-le-bar-au-coeur-des-negociations-a-bruxelles-16-12-2015-10889747.php Pêche. Le bar au coeur des négociations à Bruxelles 

Allait-on mettre tout le monde dans le même panier, si on peut dire. Heureusement il n’en a rien été puisque les « ligneurs » ont échappé à l’alignement avec les chalutiers et conservent le droit de prise sans moratoire. http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/23875-conseil-des-ministres-la-petite-peche-au-bar-preservee Conseil Tac et quotas : la petite pêche au bar préservée C’est une bonne décision saluée comme il se doit par les intéressés, artisans qui rient Communiqué de la plateforme petite pêche artisanale et industriels qui râlent Communiqué du CNPMEM

Pour autant cette sage décision n’emporte pas une adhésion béate à toutes les orientations de la Commission en matière de pêche. Reconnaître que la pêche cotière est plus respectueuse de l’environnement c’est bien, l’aider à s’adapter aux nouvelles conditions de travail sera sûrement mieux et on attend avec impatience les mesures d’accompagnement en matière de modernisation de la flotte de petits bateaux, en matière de valorisation des espèces moins prisées que le bar ou la sole, qui à force d’être surpêchées, même par les ligneurs, finiront par disparaitre. Un grand chef étoilé rappelait récemment qu’au début du siècle passé, la lotte, aujourd’hui met de choix, était systématiquement rejetée à l’eau, à cause de son aspect peu engageant. D’autres espèces, moins hideuses, sont également dépréciées pour des raisons qui n’ont rien à voir avec leurs qualités nutritives ou gustatives et dont une meilleure commercialisation permettrait de faire baisser la pression commerciale sur les espèces mieux dotées par la nature.

La bonne taille de filet ne suffira donc pas, encore faut-il savoir ce qu’on de ce qu’on y trouve.

Publicités
Cet article, publié dans pour l'Europe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s