Péages d’autoroute : l’hommage du vice à la vertu

Madame Royal a bien entendu ce que disaient des parlementaires et que pensent beaucoup d’automobilistes : les tarifs de péage des autoroutes sont un véritable scandale  et leur augmentation continue est une insulte à la raison et une offense à la morale publique. N’écoutant que le courage de ces sondages, elle décide d’un bras de fer avec les sociétés de concession dont Vinci (le même qui a les concessions d’aéroports régionaux à Nantes, à Quimper et ailleurs) et jurant ses grands dieux qu’elle allait les faire plier. Son collègue Macron qui n’est pas en reste, dans ces cas-là, embraie aussitôt et annonce qu’il envisage le gel de ces tarifs jusqu’à la fin de l’année.

Mais évidemment cela ne fait pas l’affaire des concessionnaires. Alors, comme on n’est pas d’accord, on met en place un groupe de travail, c’est démocratique, c’est participatif, sauf peut-être qu’on aurait pu y inviter également des associations de représentants des usagers et puisque la solution est également évoquée, des associations écologiques Au lieu de cela, Le Premier Ministre a préféré constituer un groupe de travail entre parlementaires et hauts fonctionnaires. Depuis que quelques ministres ont écrit sur le sujet du poids des hauts fonctionnaires, et en l’occurrence des ingénieurs généraux issus des corps des Ponts et Chaussées et des Eaux et Forêts , on sait que l’immense majorité de ces hauts fonctionnaires ont une vision très particulière du service public et de la façon de le faire évoluer (voir le livre signé par Corinne Lepage « on ne peut rien faire, madame la ministre »).

Ceci explique qu’un député, socialiste, dont le suppléant s’appelle… Michel Sapin (le ministre ou un homonyme ?) a décidé de claquer la porte de cette commission.http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/03/09/20002-20150309ARTFIG00167-autoroutes-un-depute-ps-claque-la-porte-du-groupe-de-travail.php

Autoroutes : un député PS claque la porte du groupe de travail

Cela en dit long sur les tractations qui se font en coulisse entre certains membres de ce gouvernement et les nouveaux fermiers généraux que sont des entreprises comme Vinci dont la fonction essentielle est de vivre aux crochets de la société, sous le prétexte fallacieux de « délégation de service public ».

Et finalement, il avait raison ce député, président quand même de la commission du développement durable de l’Assemblé Nationale et donc pas un fantassin du Parlement. En effet, si on en croit ce qui a fuité des travaux de ce groupe, Vinci semble sur le point d’obtenir ce qu’il voulait.http://www.leparisien.fr/economie/autoroutes-vers-un-degel-des-tarifs-en-echange-de-reductions-ecologiques-10-03-2015-4592005.php

Autoroutes : vers un dégel des tarifs en échange de réductions écologiques

En effet, gageons qu’une fois obtenu ces « ajustements tarifaires », Vinci et les autres concessionnaires d’autoroutes vont développer moult arguments pour démontrer que « c’est très compliqué » voire « très très compliqué » de réduire la durée de concession. On nous a déjà fait si souvent le coup de mettre tellement de conditions que l’administration met en place finalement des véritables usines à gaz qu’il est ensuite facile de dénoncer au nom de la « simplification administrative ». La dernière farce tragique en la matière est le « compte pénibilité » qui était la douceur visant à faire passer la pilule « allongement des durées de cotisation » et dénoncée maintenant comme inapplicable.

Mais revenons à nos tarifs. La ficelle est grosse mais elle va passer : ceux qui ne seront pas « vertueux » , c’est-à-dire l’immense majorité des gens qui, pour des tas de raisons valables, ne covoiturent pas , seront pénalisés. C’est ce qu’on appelle une mesure écologique. Mais pour mettre cela en place, c’est extrêmement compliqué. En effet, comment repérer les covoitureurs, c’est-à-dire des gens qui, comme vous et moi, considèrent que faire un Rennes-Paris ou un Lyon-Marseille, seul dans sa voiture est une aberration économique et un crime contre la planète ? Il fallait trouver un partenaire et lui faire une offre alléchante. Ce sera un des plus anciens sites de covoiturage et surtout le plus puissant http://www.ouest-france.fr/blablacar-le-site-de-covoiturage-partenaire-de-vinci-autoroutes-3284022

BlaBlaCar. Le site de covoiturage partenaire de Vinci Autoroutes

Tout le monde connaît Blablacar même si tout le monde n’a pas utilisé ces services . Mais sait-on ce qu’est exactement Blablacar ? C’est une entreprise commerciale, présente dans plus d’une dizaine de pays et ayant passé des conventions avec des collectivités territoriales et des entreprises dont …Vinci. Dans le fonctionnement actuel de cette entreprise, on est loin du concept initial d’économie participative mis en avant à l’origine par le site covoiturage.fr dont est issu ce groupe. D’après certains, Blablacar aurait même des tendances monopolistiques. En tout cas, voilà une entreprise qui a mauvaise presse comme l’indique cet article de Mediapart http://blogs.mediapart.fr/blog/evenstrood/200614/blablacar-le-covoiturage-tue-par-la-finance-et-l-appat-du-gain

Blablacar, le covoiturage tué par la finance et l’appât du gain

En passant cet accord, Vinci font d’une pierre deux coups : Blablacar s’assure un monopole sur les trajets autoroutiers puisqu’ils seront les seuls à bénéficier de l’accord tarifaire avec Vinci. Et Vinci répond déjà à la demande de mesures écologiques avant même que l’encre du rapport n’ait eu le temps de sécher. En contrepartie, Vinci obtient le dégel des tarifs. Compte tenu des proportions entre covoitureurs, même blablacarisés, et conducteurs normaux ou covoitureurs militants, Vinci est gagnant et pourra même rajouté un chapitre à son volet « défense de l’environnement » du rapport « Responsabilité Sociale et Environnementale de l’Entreprise ».

Voici donc comment deux entreprises que seuls les gains financiers, détournent les grands principes de défense de l’environnement et d’économie participative, pour continuer à faire plus de profit, en faisant au passage un magnifique bras d’honneur à deux ministres et quelques dizaines de parlementaires. L’hommage du vice à la vertu en quelque sorte. Le pire est qu’il ne sont pas les seuls : le système capitaliste tel qu’il fonctionne actuellement a parfaitement su s’adapter aux nouvelles demandes sociales d’une planète plus saine et mieux protégée. Il y aurait là peut-être matière à agir politiquement, non ?

Advertisements
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, entreprises, l'économie comme on la subit, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s