Les mal-aimés de nos campagne (suite)

Dans un précédent billet, « Les mal-aimés de nos campagnes »  je faisais état d’un sondage qui montrait à quel point les Français aiment « leurs » paysans et surtout pourquoi ils les aiment.

Comme il se trouve que une fois par an, au moins, les médias s’intéressent un peu au monde agricole, d’autres sondages sont sortis. Mais en voilà un qui a attiré mon attention.

http://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/les-agriculteurs-entretiennent-une-fausse-image-d-eux-memes-202-107821.html
Les agriculteurs entretiennent une fausse image d’eux-mêmes

Voici les principaux enseignements de ce sondage

«  Les agriculteurs ont-ils la confiance des consommateurs ? » : A 67% les Français répondent que oui, alors que  58% des agriculteurs seulement pensent qu’ils ont la confiance des consommateurs. Faut-il voir dans l’opinion des premiers un succès du marketing en général plutôt efficace des industries agro-alimentaires ? Est-ce parce qu’à longueur de documentaires, des journalistes annoncent que les produits agricoles sont devenus des poisons que cela sape le moral des agriculteurs ou est-ce parce que les agriculteurs savent exactement comment ils produisent ?

« Les agriculteurs sont-ils modernes ? » : 68% des Français le pensent , alors que 56% des agriculteurs pensent que les Français ont cette image d’eux. Cet écart est difficile à interpréter. D’un côté, l’image moderniste qu’en ont les Français est peut-être due à la bonne communication de la FNSEA sur les agro-businessmen. De leur côté, les principaux intéressés pensent peut-être qu’ils ont gardé cette image un peu de « bouseux » parce qu’il existe encore des émissions de « télévision » qui continuent à véhiculer cette image ?

« Les agriculteurs sont-ils compétitifs ? » : 52% des Français le pensent , 48% des agriculteurs pensent que les Français le pensent. Peut-être y a-t-il un quiproquo sur le sens du mot « compétitifs ?

« Les agriculteurs sont-ils respectueux de la santé des Français ? » :  C’est ce que pensent 52% des Français, alors 44% des agriculteurs sont persuadés que c’est vraiment ce que pensent les Français. Quelque part cette question fait un peu doublon avec la première question

« Les agriculteurs sont-ils respectueux de l’environnement ? » : Là on commence à entrer dans la zone sombre de l’image des agriculteurs puisque 44% des Français seulement le pensent. Le pire est que  25% des agriculteurs seulement sont persuadés que les Français les croient respectueux de l’environnement. Là aussi, on hésite entre les effets d’un matraquage médiatique contre les « agro-pollueurs » et la connaissance réelle de leurs pratiques qu’en ont les agriculteurs.

« Les agriculteurs sont-ils  assistés ? » : 47% des Français le pensent, 80% des agriculteurs pensent que les Français ont cette image d’eux. A ce stade, c’est de l’auto-flagellation. Mais il faut dire que dans le prévisionnel de tout agriculteur, les critères d’attribution des aides de la PAC tiennent une place de plus en plus importantes. Les agriculteurs le savent mais pas les autres Français. Ceci explique peut-être cela

« Les agriculteurs sont-ils violents ? » : 20% des Français seulement les estiment violents, 25% des agriculteurs seulement pensent qu’ils ont une image violente. Tout dépend où on fait ce sondage. Si vous le faites à Morlaix, le taux de Morlaisiens qui pense que le mode d’expression des agriculteurs est la violence doit être plus fort. Il faut dire qu’un Hôtel des Impôts brûlé, quatre kilomètres de voie express salopé par 3.500 d’échalotes déversées, cela fait beaucoup en quelques mois. De leur côté, ils ne doivent pas être nombreux du côté des agriculteurs à penser qu’ils sont violents puisque leur leader syndical leur « tire son chapeau » pour leurs saccages et que des élus disent « les comprendre ».

 

Mais quand systématiquement les agriculteurs pensent avoir dans l’opinion une image plus désastreuse qu’elle ne l’est en réalité, c’est qu’ils traversent une grave déprime. Beaucoup d’agriculteurs ne comprennent plus où va leur métier, coincés qu’ils sont entre une mondialisation qui va plus vite que leur capacité d’adaptation, pourtant très grande. Beaucoup n’acceptent plus d’être montré du doigt parce que certains d’entre eux, une minorité semble-t-il, ont réellement des pratiques scandaleuses

Mais il y a aussi une autre explication, beaucoup plus pernicieuse. Afin de maintenir la pression sur ses troupes et justifier la tutelle qu’il fait peser sur les filières de production, le principal syndicat agricole cultive cette image de « mal-aimé ». Cela aide en effet à souder les troupes dans une logique de citadelle assiégée. La victimisation est souvent une arme de manipulation massive.

Certainement ces explications sont vraies toutes les deux. Le meilleur moyen de remonter le moral des agriculteurs serait peut-être que la profession se désolidarise de la petite minorité qui la déconsidère et que dans le même temps elle lève le joug de cette fédération syndicale qui monopolise la parole.

Advertisements
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s