Les vœux de la haine

La cérémonie des vœux est en général un exercice convenu où le ou la maire se félicite de ce qu’il a fait et surtout de ce qu’il va faire, évite de parler des impôts locaux sauf pour dire que sans eux cela aurait été pire. Les plus politiques y vont soit de leur coup d’encensoir au gouvernement s’il est des leurs, soir de leur petit coup de canif s’il est «  de l’autre bord ». Mais cela reste en général bon enfant.

Ce à quoi j’ai assisté dans la salle du foyer rural de Plouigneau n’a rien à voir avec cette petite cérémonie républicaine. J’avais  vu madame la maire et quelques uns de ses adjoints à la manifestation citoyenne, rebaptisée marche républicaine et je m’étais dit que derrière nos divergences, profondes, sur la conception de la démocratie locale, nous avions un fond de valeurs communes, la tolérance et l’envie de vivre ensemble malgré nos divergences d’approche de la vie publique.

Dès les premiers mots, j’ai compris que nous n’avions pas les mêmes valeurs et que ce qui me séparait de ces gens-là était justement leur intolérance et le refus de l’autre. Décidément, nos philosophiques sont antinomiques. En effet, après avoir évoqué les jours sombres qui nous attendent, elle attaquait bille en tête avec cette phrase qui m’a glacé d’effroi « d’un coté, il y a une communauté de 5  à 6 millions, de l’autre une autre de 50 à 55 millions » Puis enchainant sur une citation de Victor Hugo expliquant que la chute de l’Empire Romain était due au fait que le christianisme avait vaincu l’empire en s’insinuant insidieusement dans les cercles du pouvoir. Partant de là, n’écoutant plus le discours que le dos tourné à l’oratrice en signe de protestation, j’ai entendu qu’il y avait trois types d’immigrés, ceux qui s’assimilent, ceux qui repartent et ceux qui veulent imposer leur règle. Puis une longue citation d’un universitaire, d’origine maghrébine manifestement expliquant que sa religion porte en elle les germes de la haine que des esprits déséquilibrés ont transformé en folie meurtrières.

Evidemment après cette violente diatribe, tout le reste , le babillage sur les affaires municipales n’avait plus d’importance. En effet, avec ce discours aussi manifestement islamophobe, madame le maire venait de démontrer qu’elle n’était pas venue manifester le 11 Janvier dans les rue de Morlaix pour exprimer son soutien au symbole que représentait Charlie Hebdo, mais pour dire sa peur de l’autre et surtout de sa religion qu’elle ne comprend pas et qu’elle n’admet pas parce que ce n’est pas la sienne. Ce jour-là, non ! madame Houerou n’était pas Charlie mais autre chose qui n’ose pas dire son nom. Avec de telles élues, nous allons effectivement vers des jours bien sombres

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s