Et si on tirait au mortier dans le Parc de la Vanoise ?

La question est tellement saugrenue qu’elle contient en elle-même sa réponse. Ce serait évidemment un scandale sans nom que l’armée utilise les espaces protégés que sont les parcs naturels nationaux pour faire ses exercices de tir. Imaginez en effet un instant des obus tombant au milieu des chamois ou des isards, ou même pire dans la forêt guadeloupéenne . Imaginez un instant que des torpilles soient lancées au large de Port-Cros ou des Calanques marseillaises. Ce serait évidemment une levée de boucliers.

Et pourtant, c’est ce qui se serait passé, si on en croit une association de défense de l’environnement bretonne, au large du Finistère dans le parc naturel marin de la Mer d’Iroise.

Un parc naturel n’est pas un champ de tir pour l’armée

Le parc naturel marin d’Iroise n’est pas un champ de tir pour l’armée !

Est-ce parce que ce parc est exclusivement marin que la marine a le droit d’en faire son champ de manœuvre ? En effet, si cela reste sous l’eau, ça ne se voit pas et si cela devait occasionner des dégâts à la flore ou à la faune subaquatique et à leurs habitats, cela mettra tant de temps pour être perceptible qu’on aura depuis longtemps oublié la cause probable de ces dégâts.

Cela en dit long sur la méconnaissance des fonds marins et de leur fragilité. Cela en dit long aussi sur le peu d’intérêt qu’ont les autorités militaires et maritimes pour les questions environnementales malgré les grandes déclarations de certains hauts gradés qui placent la défense de l’environnement parmi les nouvelles missions de notre Marine Nationale.

Mais peut-être suis-je trop sévère avec  ces autorités maritimes et militaires et que cette décision d’organiser des exercices de tir dans cette zone ne sont que le fruit des habitudes et après tout la mer d’Iroise a toujours été le terrain de jeu des marines françaises et britanniques, au point même qu’on soupçonne encore l’une de ces marines d’être à l’origine d’un chalutier breton dans cette zone.

Si tel est le cas, sûrement faudra-t-il rappeler aux autorités maritimes et militaires qu’un parc naturel marin est un sanctuaire, qu’on ne peut pas y faire n’importe quoi et surtout pas ce qu’on ne se permettrait pas sur terre. Peut-être faudra-t-il également revoir la gouvernance de ce parc naturel marin et notamment une meilleure information des parties prenantes, professionnels ou simples usagers  et associations de défense de l’environnement.

Cela éviterait de se poser des questions incongrues !

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, développement durable, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s