LNOBPL : La colonne vertébrale est au milieu du dos, en général !

Depuis que le débat public est lancé sur « la Bretagne ferroviaire à grande vitesse » en abrégé LNOBPL  en début septembre, les échanges et réunions publiques se multiplient et avec elles les propositions.

Tout le monde ou presque est d’accord pour dire que les scénarios proposés  par Réseau Ferré de France répondent imparfaitement aux attentes des Bretons et des Ligériens . Chacun y va donc de son projet alternatif.

Il y a eu ainsi le projet des maires de Centre Bretagne qui privilégiait une desserte de la région Loudéac-Pontivy +  Transports. Le TGV soude les liens Pontivy – Loudéac

 Transports. Le TGV soude les liens Pontivy – Loudéac

Il y a bien sûr les propositions des écologistes qui souhaitent naturellement un renforcement du réseau régional avec notamment de meilleures dessertes transversales et le développement du fret ferroviaire pour lutter contre l’envahissement des camions sur les voies express http://lnobpl.debatpublic.fr/cahier-dacteur-deelv-bretagne#comment-form

Et maintenant, il y a la proposition du lobby des patrons de l’Ouest breton qui proposent ni plus ni moins que la création d’un train cadencé à haute vitesse entre Quimper et Brest avec desserte de l’aéroport interrégional/international de Guipavas

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/transport-ferroviaire-train-qui-relierait-brest-quimper-20-minutes-28-11-2014-173627

Transport ferroviaire. Un train qui relierait Brest et Quimper en 20 minutes

Manifestement, la liaison Rennes-Nantes ne passionne pas. Il faut dire que cela supposerait de traiter de la question épineuse du passage par Notre-dame-des Landes.

Mais revenons un instant aux tracés bretons .

Constatons qu’il y a des convergences : entre les écologistes et les patrons sur le renforcement le la ligne Guipavas-Quimper (pour les écologistes, c’est d’ailleurs plutôt Landerneau-Quimper), entre les écologistes et les élus du Centre-Bretagne pour une liaison transversale Saint-Brieuc /Vannes-Lorient.

Mais pour autant ces convergences ponctuelles peuvent-elles aboutir à une contre-proposition qui résoudrait les questions auxquelles ne répondent pas les propositions de RFF ?

Eh bien, non !

En effet quel sont les problèmes que rencontre la modernisation du réseau ferré breton ?

Le premier est de répondre de façon volontariste au risque désormais avéré de désertification du pays Centre-Ouest Bretagne, où Carhaix ferait figure d’oasis de prospérité, toute relative, dans un désert économique et humain. C’est un enjeu majeur d’aménagement équilibré du territoire et le réseau ferré doit contribuer à y répondre

Le deuxième problème que rencontre la Bretagne, c’est sa géographie, tout en longueur et l’absence des liaisons transversales qui font que pour aller de Morlaix ou Guingamp à Lorient, il faut nécessairement passer par Brest ou Rennes. Absurde et coûteux. Du coup, comme sur des rails , parallèles qui par définition ne se rencontrent jamais, le Nord et le sud de la Bretagne ont du mal à travailler ensemble. Quelle région accepterait d’être à ce point hémiplégique !

Le troisième problème de la Bretagne ferroviaire, c’est son réseau actuel justement, ce réseau qui ne permettra jamais de joindre Paris à Brest en  3 heures car il est paraît-il difficile de faire circuler sur les mêmes voies des TGV et des TER qui s’arrêtent dans toutes les gares et ne roulent pas à la même vitesse, ce réseau qui ne permet pas, paraît-il de développer le fret ferroviaire, toujours pour les mêmes raisons.

Dès lors quand on regarde un carte de la Bretagne, une solution apparaît à l’évidence .

Et si… on traçait une ligne dédiée au seul TGV qui partirait de Rennes pour rejoindre Chateaulin en passant par Loudéac ou Pontivy et par Carhaix, poursuivant ainsi le timide essai des maires de Centre-Bretagne jusqu’au bout de sa logique. Sur cette ligne viendrait se greffer deux transversales, celle qui va de Saint Brieuc à Vannes et Lorient au départ donc de la gare TGV de Loudéac /Pontivy et  celle qui irait de Morlaix à Lorient en passant par Carhaix. Une troisième transversale Landerneau/Guipavas-Brest Quimper compléterait le maillage péninsulaire

Dédiée aux seuls trains rapides, cette ligne directe, donc plus courte, mettrait réellement Paris à trois heures de Brest ou de Quimper. Cela permettrait de doubler les cadences de dessertes des villes traversées puisque les trains vers Brest ou Quimper passeraient tous par Rennes, Pontivy/Loudéac et Carhaix . Ce doublement concernerait également les villes de Vannes, Lorient, Saint Brieuc et Morlaix car rien n’empêcherait de prévoir, via le réseau TER, des horaires de « rabattage » ou de « décroisement » vers ces dessertes TGV. Pour les usagers de ces villes, le gain de temps serait minime sur un trajet mais le doublement des dessertes n’aurait pas de prix.

Du coup, cela laisserait de la place sur les deux réseaux littoraux, pour un renforcement des dessertes TER locales grâce à un trafic plus homogène et donc plus facile à gérer et surtout cela dégagerait des créneaux pour le fret ferroviaire, qu’il soit géré par SNCF ou par des transporteurs privés.

Irréaliste me direz-vous ! Voire.

Lorsqu’il s’est agi de créer la ligne TGV Est, la question des dessertes transversales s’est posée également. La ligne passe finalement au milieu et les villes sont desservies par le TER, sauf exception. Auraient dû être desservies devrais-je dire car c’était compter sans la bêtise des élus locaux. En effet, sur la partie lorraine, il existait déjà, depuis le début des années 70, une liaison cadencée allant de Luxembourg à Nancy, voire Epinal, Metrolor, une liaison qui donnait toute satisfaction. Il suffisait de connecter la ligne TGV à cette liaison pour desservir avec une seule ligne Metz et Nancy. Las les Mosellans n’ont pas accepté que la « gare TGV » soit en Meurthe-et-Moselle et ont obtenu une gare en plein champ. Maintenant, ils en reviennent puisque justement quand on prend le TGV, on ne peut pas avoir de correspondance avec le réseau TER/Metrolor

http://www.lagazettedescommunes.com/299572/lorraine-les-electeurs-consultes-le-1er-fevrier-sur-un-projet-polemique-de-gare-tgv/

Lorraine : les électeurs consultés le 1er février sur un projet polémique de gare TGV

L’exemple lorrain pourrait servir d’expérience utile pour le réseau breton, en ne gardant évidemment que le côté vertueux de l’épine dorsale, oubliant les gabegies qu’occasionnent les mésententes entre égos d’élus. Incidemment, Nantes et Rennes pourrait s’inspirer de Métrolor pour renforcer leurs bonnes relations entre capitales bretonnes.

 

Advertisements
Cet article, publié dans territoires, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s