Le 26 octobre, deux grenades….

Le 26 octobre 2013 une grenade lancée par les forces de l’ordre explosait dans la main d’un jeune manifestant sous le portique de Pont de Buis lui arrachant cette main.

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 , une grenade lancée par les forces de l’ordre atteignait dans le dos un jeune homme manifestant sur le chantier du projet de barrage du Testet, provoquant une mort tragique et inutile.

Certes, les combats n’étaient pas les mêmes, certes les opposants n’étaient pas les mêmes. Dans un cas, on retrouvait chez les Bonnets Rouges, une coalition hétéroclite où la FNSEA jouait un rôle très actif contre un projet jugé emblématique par les écologistes. Dans l’autre on retrouvait à la pointe de l’opposition au barrage, des écologistes qui ne voulaient pas d’un projet qui ne profitaient qu’à quelques entrepreneurs agricoles, soutenus par la FNSEA.

Chacun sait où va ma préférence mais ce n’est pas mon propos ici

En l’occurrence je ne fais aucune différence entre un jeune mécanicien, enrôlé chez les Bonnets Rouges, parce qu’ainsi il croyait défendre l’emploi régional et un jeune biologiste naturaliste, qui ne voulait pas d’un projet qui détruirait quelques dizaines d’hectares de zones humides et encore plusd’habitat d’espèces protégées.

En effet, tous les deux agissaient de bonne foi, tous les deux manifestaient paisiblement, même si autour d’eux il y avait parfois de la violence, tous les deux n’étaient pas « bête, au point de perdre leur vie [ou un membre] pour des idées », comme l’a dit ignominieusement  Mr Carcenac, président du Conseil général du Tarn (ce faisant, il rejoint Louis Pauwels et son « SIDA mental » dans l’abjection), tous les deux sont victimes d’une violence policière que rien ne justifie.

Et c’est là l’objet de mon propos.

Quelle que soit l’objet d’une manifestation quelle que soit la façon dont elle se déroule, rien, je dis bien rien ne justifie qu’on utilise des moyens qui peuvent tuer ou grièvement blesser un manifestant. Le temps où on pouvait tirer sur les mineurs en grève est révolu. Une grenade offensive, comme un flash-ball, comme un Taser, ne sont évidemment pas des fusils Lebel, mais il s’agit d’armes létales dans leurs effets.

Le droit de manifester est une conquête de la démocratie. La meilleure preuve en est que la moindre manifestation publique dans un pays que nous jugeons sous dictature, est saluée dans nos démocraties comme une avancée démocratique. Le droit de manifester implique de pouvoir le faire en toute sécurité.

Il faut donc bannir de l’arsenal des forces de l’ordre, toutes ces inventions, soit disant « défensives », c’est-à-dire visant à protéger les forces de l’ordre contre la violence des manifestants. C’est une question de survie démocratique.

Mais me direz-vous, que faire quand les rangs des manifestants sont gangrenés par quelques dizaines de voyous , car il n’y a pas d’autres mots pour les qualifier, pour qui détruire ou frapper est le seul mode d’expression ? Je répondrais à cela deux choses :

C’est la responsabilité des organisateurs de ces manifestations de faire en sorte que ces olibrius ne puissent agir. C’est aussi une question de survie démocratique

c’est ce qui fait l’excellence des forces de l’ordre quand elles arrivent à canaliser ces hordes violentes. C’est leur honneur et la justification démocratique de leur action.

Mais pour cela, il faut que quand un drame a lieu, les responsables, et on voit à travers mes lignes, qui sont pour moi les responsables possibles, doivent répondre de leurs actes. Laisser impuni de telles exactions qu’il s’agisse d’une mort d’homme, d’une blessure grave ou à un moindre degré de dégradations de biens publics comme à Morlaix ou à Pont de Buis, c’est inciter ces « responsables » à l’irresponsabilité. C’est une question de survie démocratique. C’est même la plus importante dans un pays où la légalité démocratique doit toujours rejoindre la légitimité de la revendication démocratique.

Advertisements
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, démocratie, je dis ton nom, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le 26 octobre, deux grenades….

  1. Pierre de Lansalut dit :

    A ton avis, sur quelles bases peut-on mettre en cause et juger les organisateurs de l’occupation du terrain et des diverses manifestations comme responsables des 56 blessés recensés parmi les forces de l’ordre ? Ça me paraît difficile, non ?

    • Je prends le temps de la réflexion pour te répondre sur le fond. Il ne s’agit pas là de questions auxquelles on répond du tac au tac

      • Je te ferai la même réponse que j’ai faite à Pierre Le Gac de Lansalut. Je prends le temps de la réflexion plutôt que de répondre du tac au tac, mais je pense que cela tournera autour de la responsabilité de la hiérarchie, du rapport entre « maintien de l’ordre », « trouble à l’ordre public » et « emploi gradué de la force »

      • François MARIE dit :

        On parlera donc de la responsabilité administrative de l’Etat, et non de celle des organisateurs… Or, je crois que la question de Pierre tournait davantage autour de cette dernière.

  2. François MARIE dit :

    Je suis toujours un peu sur la réserve lorsqu’on parle de violences policières… J’en suis venu à la réflexion suivante : quel est le degré d’information des forces de l’ordre sur le risque qu’ils font courir aux citoyens par l’usage des armes dîtes « défensive » (encore que dans le cas de Rémy Fraisse, il s’agisse d’une grenade « offensive », selon les informations disponibles) ? Sont-ils seulement conscients du caractère létal des engins ? Je ne peux pas m’empêcher de penser que les membres des forces de l’ordre sont également des êtres humains, qui ne cherchent pas particulièrement à blesser ou tuer leur prochain au nom de maintien de l’ordre. S’ils étaient convaincus de pouvoir tuer par l’emploi de cet arsenal, appuieraient-ils sur la gâchette ? Sur la responsabilité pénale des organisateurs, elle pourrait se rapprocher à la responsabilité pénale des dirigeants, prévue à l’article 121-3 du Code Pénal réprimant la faute de mise en danger d’autrui, mais je pense que ce n’est pas l’esprit du texte… Par ailleurs, le principe en droit pénal reste la responsabilité personnelle, la responsabilité pénale du fait d’autrui n’étant prévue que dans des cas très exceptionnels et prévus par la Loi (parents d’enfants mineurs, dirigeant, élus…), et suppose une autorité sur les exécutants réels.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s