Pauvres de nous !

Nous n’avons pas besoin d’études savantes de l’INSEE pour savoir que la pauvreté progresse en France. C’est à la fois intuitif parce que « c’est la crise, mon pauvre monsieur » mais c’est aussi un constat que nous pouvons tous faire, dans le métro, sur les trottoirs de nos villes mais aussi dans les queues aux caisses des hypermarchés ou des harddisconteurs. Pour autant l’étude que vient de faire paraître l’INSEE arrive bien pour rappeler quelques chiffres

http://www.youphil.com/fr/article/07568-plus-de-87-millions-de-personnes-vivent-sous-le-seuil-de-pauvrete-en-france?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=yp-essentiel&utm_content=15%20campagnes%20chocs%20qui%20ont%20marqu%C3%A9%20les%20esprits&ypcli=ano

Plus de 8,7 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France

Comme le seuil de pauvreté n’est pas un chiffre dans l’absolu mais une chiffre relatif, un pourcentage du revenu moyen ou médian, cela veut dire que si nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté augmente, c’est que parmi ceux qui vivent au-dessus de ce seuil, il y en a quelques qui vivent nettement mieux

C’est d’ailleurs ce que confirme l’étude en question

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/inegalites-riches-toujours-plus-riches-pauvres-encore-plus-pauvres-etude-02-07-2014-152080?utm_source=newsletter&utm_medium=OFentreprise&utm_campaign=20140703_local_votreNewsletter

Inégalités. Les riches toujours plus riches, les pauvres encore plus pauvres [étude]

Mais si on en croit cette étude, la situation en France serait moins pire qu’ailleurs. Je cite ici la conclusion de l’article de Youphil cité ci-dessus : « Au niveau européen, la France connaît une évolution limitée de la pauvreté, grâce notamment à son système de protection sociale. »

Mais il semblerait que de côté-là aussi, les mécaniques soient en train de s’enrayer puisque la situation de pauvreté semble devenir un état de plus en plus perenne et donc que ce qu’on appelle les stabilisateurs sociaux ne fonctionnent plus correctement

http://www.lagazettedescommunes.com/241638/il-est-encore-plus-difficile-de-sortir-de-la-pauvrete-depuis-la-crise/?utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=03-07-2014-quotidien

Il est encore plus difficile de sortir de la pauvreté depuis la crise

Pour eux, c’est donc de plus en plus durablement le grand dénuement.

A propos de grands dénuements, d’autres qui ne sont pas vraiment dans la misère mais plutôt parmi les 40% dont le revenus a progressé ont décidé de manifester leur « désarroi »

http://www.ouest-france.fr/conference-sociale-les-patrons-deplumes-manifesteront-en-slip-2668964

Conférence sociale. Les patrons Déplumés manifesteront… en slip !

Cette proposition est doublement indécente. Indécente d’abord au premier degré car voire ces nantis dont certains ventripotents se promener en sous-vêtement peut-être considéré au choix comme un attentat à la pudeur ou pire une agression visuelle contre l’esthétique. Indécente ensuite du point de vue moral car si les temps sont durs pour les patrons, ils le sont encore plus pour ceux qu’ils emploient sans compter tous ceux qu’ils n’emploient pas. S’appeler les déplumés après avoir pris d’autres noms d’oiseaux montrent que ces gens ont de l’imagination….mais une fois par siècle et après ils recyclent leur bonne blague mais surtout qu’ils ont un art consommé de l’intimidation. Crier à l’attentat avant d’avoir été touché suffit parfois à faire reculer les moins fermes. On l’a vu avec les pigeons.

Et là-dessus, le Premier Président de la Cour des Comptes vient mettre son grain de sel

http://www.acteurspublics.com/aptv/2014/07/02/didier-migaud-il-reste-des-marges-pour-davantage-maitriser-les-depenses-publiques

Didier Migaud : « Il reste des marges pour davantage maitriser les dépenses publiques »

Et il a raison mais il ne s’agit pas uniquement d’un problème technique qu’on peut régler à coups de mesures technocratiques. On sait maintenant que les mesures de réforme de l’Etat, de modernisation de l’action publique, toutes les RGPP et autre MAP ne permettront de régler la questions de la dépense publique qu’à la marge. Outre les mesures fiscales (nouveaux iml^pots, rabotage des niches fiscales et lutte contre la fraude fiscale), les seules marges de manœuvre qui restent se trouvent dans les crédits d’intervention.

La question est donc politique : faut-il aider les pauvres, les vrais pauvres, au nom de la cohésion sociale ? faut-il aider les pauvres entrepreneurs et leurs entreprises au nom de la compétitivité de nos entreprises ?  Depuis le début de son mandat, le gouvernement actuel a privilégié une voie sans être payé de retour.

Erra humanum est, sed perserverare diabolicum.

Il serait peut-être temps d’essayer l’autre voie mais sans oublier la première ai-je envie d’ajouter tout en précisant que l’Etat ne peut aider une entreprise que si celle-ci s’aide elle-même, c’est-à-dire considère que les temps sont durs et que les bénéfices doivent être intégralement consacrés à l’investissement productif, les actionnaires pouvant attendre, ils n’en seront pas plus pauvres pour autant.

Mais cela demande du courage, et de la ténacité, qualités semble-t-il rare de nos jours dans le 7° arrondissement mais aussi de l’autre côté de la Seine.

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, l'économie comme on la subit, l'Etat régalien, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pauvres de nous !

  1. Julien dit :

    Bonjour,
    Merci d’avoir relayé notre action. Je me permets si vous me l’autorisez de faire deux commentaires, en tant que fondateur des Deolumes :
    – comment pouvez vous écrire que nous sommes ventripotents et un attentat à l’esthétisme ? Nous sommes peut être très beaux ? Qu’en savez-vous ? Je vous l’accorde, cela serait absolument détestable puisque selon vous nous sommes déjà très riches. Ça ferait beaucoup.
    – 40% d’augmentation ? Nous prenez-vous pour Bill Gates ou Carlos Ghosn ? Ne confondez pas les patrons de PME et ceux du CAC 40. Pour ma part j’ai baissé mon salaire de 15% en 2009 pour sauver ma boîte.
    A tout à l’heure place d’Iena ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s