Pacte de responsabilité : « il faut réduire les charges qui pèsent sur les entreprises. » Chiche !

Le Président de la République a annoncé qu’il voulait passer un pacte de responsabilité avec les entreprises pour sauver l’économie nationale et que pour cela il fallait réduire les charges qui pèsent sur les entreprises. Bien!

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Tout le monde sans exception s’est précipité comme un seul homme sur …le coût du travail . L’hypothèse la plus communément évoquée est la disparition de la cotisation au régime « famille » Cela va faire plaisir aux natalistes de la « manif pour tous » certainement. En avançant cela, le gouvernement mettait sur la table 30 milliards d’euros. En plus ou en remplacement des 35 milliards d’euros du CICE dont finalement les entreprises françaises n’ont pas trop voulu ?

Pour le MEDEF, c’est finalement en plus parce qu’a peine éteint les échos du message présidentiel que déjà il faisait monter les enchères

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pacte-de-responsabilite-le-medef-reclame-60-milliards-de-baisses-de-charges_425611.html

Pacte de responsabilité: le Medef réclame 60 milliards de baisses d’impôts et de charges

Trop gourmands les patrons pour qui trop, ce n’est encore pas assez ! Et il a même tout une panoplie de propositions pour assouvir sa boulimie. Il faut dire que depuis le temps que le MEDEF entonne la même antienne (Gattaz père disait la même chose à la tête du CNPF que Gattaz fils à la tête du MEDEF, vous pouvez vérifiez sur des vidéos d’époque), ils ont peaufiné ces propositions

http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/ressources-humaines/0203267690901-baisses-de-charges-les-differentes-options-du-patronat-59668.php?xtor=EPR-1500-[LEE_quotidienne]-20140128-[s=461370_n=6_c=_]-1681742[_SDV]@1

Baisses de charges : les différentes options du patronat

Le MEDEF trouvera bien dans les différentes assemblées des porte-documents pour faire passer les amendements que ses lobbyistes ne vont pas tarder de diffuser obligeamment

Mais plus fort ou plus inconscient, il y a même un ancien ministre que j’ai longtemps confondu avec Rantanplan pour oser proposer de s’attaquer à l’origine même du coût du travail

http://www.ouest-france.fr/emploi-herve-morin-propose-de-passer-aux-39-heures-payees-35-1886857

Emploi. Hervé Morin propose de passer aux 39 heures payées 35

Avec une telle proposition, il résout d’un seul coup deux problèmes : le coût salarial et on en finit avec les 35 heures. L’ancien président de la république en est vert de jalousie, devant autant d’audace et d’ingéniosité !

Mais au fait qu’en est-il de la situation des entreprises ?

Je n’ai pas la chance de disposer de grandes bases de données me permettant de suivre avec précision l’état de santé de toutes les entreprises françaises depuis le Gotha du CAC 40 jusqu’au lumpen proletariat des auto-entrepreneurs. Je ne m’appuierai donc que sur ce qui est le plus visible et le plus facile à vérifier : la santé des entreprises du CAC 40

Sur ce point la presse est unanime, depuis « Votre argent » et le « Figaro » jusqu’à « l’Humanité » et « Politis » en passant par « Marianne » ou « Le Monde » : les entreprises du CAC 40 vont bien et même très bien.

Les bénéfices cumulés des 40 plus grandes entreprises françaises sont en effet les suivants :

2010 : 82 milliards

2011 :  74 milliards

2012 :  52.5 Milliards

2013 : 80.6 milliards

Sachant que ces entreprises sont les gros donneurs d’ordre pour l’ensemble du tissu d’entreprises françaises ou leurs financeurs, on peut penser légitimement qu’une grande partie de ces bénéfices ont été prélevés sur ces sous-traitants et fournisseurs . Si pacte de responsabilité il doit y avoir, c’est donc peut-être d’abord au sein du patronat que le débat doit avoir lieu et porter prioritairement sur une meilleure répartition de la valeur ajoutée entre les entreprises. Après, on verrait s’il faut rajouter un peu d’argent au pot pour atteindre ces fameux 60 milliards d’allègement que revendique le MEDEF.

Mais le travail n’est pas la seule charge des entreprises

C’est accepter un peu rapidement les sophismes du MEDEF que d’affirmer que la santé des entreprises dépend de la réduction du coût du travail.

En effet, j’ai appris dans mes cours de micro-économie qu’une entreprise c’était la combinaison de deux facteurs essentiellement, le capital et le travail. La question du coût du travail étant évacuée dans les chapitres précédents, reste donc à examiner la question du coût du capital. Si ce capital est emprunté au système bancaire, il convient de se rapporter au paragraphe précédent puisque toutes les banques appartiennent peu ou prou à un groupe bancaire figurant au CAC 40. Si le capital est apporté via le marché boursier, il convient de regarder le statut de sa rémunération. Tout le monde admet que la rémunération des actionnaires est un mode de répartition des bénéfices, mais ce type de raisonnement se fonde sur le fait que actionnaires et entreprises ont des intérêts totalement identiques. Or du point de vue de l’entreprise, considérée comme une entité propre , dont les intérêts ne sont pas forcément convergents avec ceux de ses actionnaires, ce raisonnement est faux. Pour l’entreprise en tant que telle, rémunérer ses actionnaires, c’est perdre un peu de sa substance. Cela revient à dire que pour l’entreprise, les dividendes sont un coût. Si on posait cette règle comptable , cela changerait beaucoup de chose dans la vision qu’on se fait de la compétitivité des entreprises

En effet regardons un peu ce que les entreprises du CAC 40 ont versé comme dividendes

En 2011, 39.7 milliards pour un bénéfice en 2010 de 82 milliards

En 2012, 37,4 milliards pour un bénéfice en 2011 de  74 milliards

En 2013, 42.6 milliards pour un bénéfice en 2012 de  52.5 Milliards

En 2014, combien pour un bénéfice 2013 de 80.6 milliards ?

La vraie responsabilité serait peut-être de réduire les coûts qui pèsent sur les entreprises en réduisant les prélèvements des actionnaires.

Sans contrepartie évidemment, comment dirait Gattaz !

Advertisements
Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, l'économie comme on la voudrait, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s