RSE et ESS , les deux faces d’une même (r)évolution?

Pour certains, la RSE (Responsabilité Sociale ET Environnementale des Entreprises) est le moyen de régénérer un capitalisme arrivé à bout de souffle et n’ayant plus de sens à son existence.

Pour d’autres, l’Economie Sociale et solidaire est le moyen de contourner un capitalisme arrivé à bout de souffle et n’ayant plus de sens à son existence.

Du coup, cela donne l’idée à certains de combiner leur vision avec d’autres pour faire une synthèse des deux. C’est en particulier ce qu’essaye de faire ce consultant RH qui comme tous les consultants est toujours en recherche d’un nouveau concept

http://lecercle.lesechos.fr/entrepreneur/social-rh/221170193/scop-rse-avant-lheure?xtor=epr-1001-[NL_entrepreneur]-%2020130411

Les SCOP, la RSE avant l’heure

Evidemment pour quelqu’un qui ne connaissait pas les ex-Société Coopérative Ouvrière de Production, devenu les Sociétés COopéatives et Participatives, le concept d’entreprise dont tous les actionnaires sont des salariés de l’entreprise, dont tous les dirigeants sont des salariés élus par leurs pairs peut être un choc revigorant pour l’esprit.

Comme la Responsabilité Sociale de l’Entreprise est un autre thème à la mode, la tentation était grande de faire le pont entre les deux . Mais c’est à la fois se tromper sur ce que sont les SCOP et sur ce qu’est réellement la RSE.

En ce qui concerne les SCOP, il y a évidemment beaucoup de petites SCOP qui se créent entre copains qui veulent entreprendre différemment, mais il y en a encore plus pour qui l’entrepreneuriat sous une forme coopérative était avant tout un moyen de préserver son emploi.. Aucune idéologie là-dedans, aucun projet social ou politique, juste une démarche économique de survie comme le montre les exemples ci-dessous.

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/morbihan-patron-ouvriers-on-est-tous-associes-11-04-2013-93101

Morbihan. « Patron et ouvriers, on est tous associés »

Nulle responsabilité vis à vis de l’environnement dans leur démarche, nulle responsabilité particulière vis à vis des consommateurs, nulle responsabilité particulière vis à vis des fournisseurs, nulle démarche particulière d’intégration des minorités ou de développement de la parité

Or ceci est partie intégrante de la démarche RSE qui est une prise en compte par l’entreprise à la fois de leur responsabilité sociale, vis à vis de tous leurs salariés ( et là le rapprochement colle) mais aussi responsabilité environnementale, mais aussi responsabilité vis à vis de leurs fournisseurs (cas du commerce équitable).

Certes beaucoup de SCOP fonctionnent comme cela mais la spécificité des SCOP ne résident que dans la prise en compte du salariat, à l’exclusion des autres parties prenantes de l’entreprise. et c’est l’erreur majeure de ce consultant de croire que la RSE est unidimensionnelle. Il a tout simplement oublié que la RSE n’est entière que si TOUTES les parties prenantes sont prises en compte dans le projet de l’entreprise.

Cela dit s’il avait vraiment voulu faire un lien entre la RSE et l’ESS, ce n’est pas du coté des SCOP qu’il aurait fallu aller mais plutôt du côté des SCIC (prononcez SKIK)

En effet ces sociétés coopératives d’intérêt collectif sont effectivement des entreprises multipartenariales où toutes les parties prenantes peuvent être représentées comme nous l’indique le site qui leur est dédié

http://www.les-scic.coop/sites/fr/les-scic/les-scic/qu-est-ce-qu-une-scic.html

Ce n’est d’ailleurs pas surprenant que sur les 230 SCIC existant en France, beaucoup se sont créée avec l’appui des collectivités locales dans le secteur des énergies renouvelables, de la valorisation de ressources locales ou la gestion de services à la personnes qui sont d’abord et avant tout des activités d’intérêt collectif, d’intérêt écologique et à vocation sociale.

Alors oui, l’association de producteurs, de consommateurs, de militants associatifs, de collectivités territoriales, constituent bien une illustration de ce que pourrait être la RSE. J’ai même un copain qui croit, et il faut l’aider à le croire, qu’on peut faire fonctionner un club de football professionnel en SCIC dont les sociétaires seraient autant les collectivités locales qui jusqu’à présent financent des clubs privés à fonds perdus que les supporters qui jusqu’à présent financent également à fonds perdus . Le plus drôle est que son canular du 1° Avril sur la transformation de l’OM en SCIC a bien marché. Comme si inconsciemment, c’est ce qu’attendaient les gens.

Si tel était le cas, alors on pourrait dire que RSE et ESS c’est la même chose .

L’utopie d’aujourd’hui n’est que la réalité de demain.

Advertisements
Cet article, publié dans ESS, RSE, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s