RSE : une responsabilité à géométrie variable

Même si l’université le dit

Tant que les canons de la RSE n’auront pas été gravés dans le marbre d’une réglementation ou fixés dans le cadre d’une norme contraignante de certification, la RSE sera un peu l’auberge espagnole des entreprises.

C’est la conclusion à laquelle arrivent des chercheurs qui ont planché sur la question

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/02/25/une-responsabilite-sociale-a-geometrie-variable_1838223_1698637.html

Une responsabilité sociale à géométrie variable

Je suis en outre bien content de constater qu’ils arrivent à la même conclusion que moi, après l’analyse de très nombreuses études faites sur cette question : la RSE n’entrera vraiment dans les mœurs des entreprises que quand elles auront accepté de modifier leur gouvernance, pour faire des parties prenantes des acteurs du changement et non des otages.

https://dominiqueguizien.wordpress.com/2013/01/12/rse-pour-une-nouvelle-gouvernance-des-entreprises-55/

Géométrie, variable illustration : Dr Franck et Mr Riboud

Vous connaissez tous le flirt appuyé qu’il y a eu entre Mohamed Yunus et Franck Riboud concernant le développement d’un artisanat agro-alimentaire (AAA, sorte d’IAA à échelle réduite) au Bengla Desh et longuement décrit par Yunus dans son livre « vers un nouveau capitalisme »

https://dominiqueguizien.wordpress.com/2010/09/16/lecture-de-la-rentree-vers-un-nouveau-capitalisme-de-muhammad-yunus/

.Depuis l’initiative a prospéré et Danone montre l’exemple d’une multinationale socialement responsable

http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20120704trib000707376/-danone-un-bon-samaritain-de-la-finance-verte.html

« Danone, un bon samaritain de la finance verte »

Voilà une démarche effectivement exemplaire puisqu’elle marie intérêt social pour les populations, efficience écologique globale et efficacité économique puisqu’il a choisi d’utiliser l’outil capitaliste par excellence le fonds d’investissement plutôt que le véhicule habituel du « charity business » la fondation.

Mais comme souvent avec ces entreprises qui font de la RSE, un des vecteurs de leur stratégie….de communication, d’autres aspects de la vie de ce groupe sont moins reluisants

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/20130219trib000749643/danone-annonce-des-ventes-records-mais-veut-tailler-dans-ses-effectifs.html#xtor=EPR-2-[Industrie++Services]-20130219

« Danone annonce des ventes records, mais veut tailler dans ses effectifs »

Certes, on veut bien comprendre que le taux de marge se réduisant, il faut faire des efforts, mais de là à sacrifier 1/10° de l’encadrement ! Il fut un temps pas si lointain, où le jeune Franck prenait au moins la précaution d’appeler les élus locaux concernés (amis de son papa, il est vrai) avant de décider la fermeture d’une brasserie.

Mais les temps change  et les actionnaires l’ont bien compris

voir ici, l’évolution du cours de l’action Danone sur la période  DANONE (BN)

Dans certains milieux, on appelle cela un « licenciement boursier ». On se demande bien pourquoi !

 

La RSE, c’est la prise en compte de TOUTES les parties prenantes

Les fournisseurs sont aussi des parties prenantes

Tout le monde sait que les délais de paiement sont une des plaies des affaires en France. On en connaît les raisons mais cela illustre bien que les relations des grands groupes avec leurs fournisseurs et sous-traitants sont plus proche de la féodalité (le Roi-Lion) que de la convivialité.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130214trib000748776/315-c-est-la-part-des-entreprises-francaises-qui-respectent-les-delais-de-paiement-.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20130214

« 31,5%: c’est la part des entreprises françaises qui respectent les délais de paiement »

Et pour le coup, cela plombe sérieusement la productivité de l’économie française dans son ensemble car ces délais rallongés se propagent par ruissellement à tous les secteurs de l’activité.

Il faut dire qu’en la matière les pouvoirs publics ne donnent pas l’exemple et pourtant les pénalités de retard sont d’ordre public et prévues dans les appels d’offre mais qui oserait…

Mais pour rester dans la sphère de l’entreprise, combien de grands groupes que certains considèrent comme exemplaires en matière de RSE ont également ce petit défaut de payer leurs fournisseurs et leurs sous-traitants avec un lance-pierre…

Publicités
Cet article, publié dans RSE, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s