L’Europe est moribonde, vive l’Europe !

Un Premier Ministre britannique parle de quitter l’Europe, au grand soulagement de certains !

Un candidat, ex-comique populaire italien, fait campagne sur la sortie de l’Italie de l’Europe et tous crient à l’irresponsabilité politique !

Une vraisemblable candidate aux prochaines élections européennes somme le président de la République Française d’organiser un référendum sur la sortie de la France de l’Europe et menace en cas de refus de transformer cette élection parlementaire en vote référendaire et pour l’instant personne ne réagit !

En Belgique, le Bloc Flamand fait campagne sur la sortie de la Flandre de la Belgique, mais …pas de l’Europe, mais c’est de l’humour belge.

Bref l’Europe va mal.

Des 6 membres fondateurs, seuls les Pays-Bas, le Luxembourg et l’Allemagne se satisfont de la situation actuelle et pour cause, deux sont devenus pour les entreprises européennes mondialisées, de véritables paradis fiscaux et la troisième est pour l’instant le grand gagnant  de la dernière réforme des institutions européennes dont elles se sert avec beaucoup de cynisme (au détriment toutefois du bien-être d’une part croissante de sa population).

Il faut dire que l’Union Européenne ne présente pas un visage séduisant actuellement

1°. Le Président de l’Union, Monsieur Van Rompuy est transparent, le président de la Commission Monsieur Barrosso est incompétent, la « Ministre des affaires étrangères » de l’Union, Lady Ashton est transparente ET incompétente.

2°.Même si c’est en fin de compte les États et le Parlement qui décident, la Commission n’arrête pas d’envoyer dans les tuyaux communautaires des textes très controversés, portant notamment sur l’organisation des marchés et dont certains portent la marque un peu trop visibles de l’influence des lobbys.

3°. Dans le cercle plus réduit de la zone Euro, les choses ne vont pas mieux : la BCE s’arc-boute sur des principes datant de l’Allemagne des années 20 et fait payer aux peuples de l’Europe du Sud les erreurs de leurs dirigeants depuis des décennies mais aussi la folie qui s’est emparée de la planète « finance » dans la première décennie de ce millénaire.

Cela suffit pour reconstituer partout en Europe ces cartels des eurosceptiques, qui, en France ,  par exemple voient se rassembler des gens qui se haïssent autant que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Mr Laurent ( le peu charismatique patron du PCF, qui peine à se faire un prénom). Au sein même des partis que ceux-là appellent « européistes », se font entendre des voix demandant une sortie de l’Union.

A force, même les Européens les plus convaincus en viendraient à douter de l’Union Européenne, telle qu’elle est.

Ce débat est aussi vieux que la construction européenne. Déjà, lors du débat sur la Communauté Européenne de Défense, des coalitions improbables s’étaient crées en France pour faire capoter ce projet.

Déjà au sein de la deuxième gauche, la plus européiste, des voix s’élevaient dans les années 60 pour dénoncer « Le marché commun contre l’Europe »

C’est vrai que je ne l’aime pas cette Europe des marchands, qui a fait de Bruxelles l’un des plus gigantesques lieux de trafic d’influence du Monde, mais c’est la seule qui jusqu’à présent prospère, portée par un collège des commissaires européens qui ont l’impression d’exister en cédant ainsi aux diktats du marché, moyennant quelques concessions au consumerisme et à la protection de l’environnement.

Imaginez un instant qu’en 1792, la Constituante ait proposé aux Français, non pas le projet de République Française mais un conglomérat de la Compagnie des Indes et des Manufactures des Gobelins !

Il est grand temps de passer à l’Europe des peuples !

Mais cela veut dire quoi, l’Europe des peuples ? Pour les susnommés, c’est l’Europe des Nations. Pour d’autres, dont je fais partie, l’Europe des peuples, c’est une Europe fédérale, où les principes de la vraie subsidiarité s’appliquerait, où les principes de la démocratie participative trouveraient à s’appliquer partout où cela est techniquement possible, où l’action de l’Exécutif est réellement contrôlée par un Parlement d’autant plus légitime qu’il sera élu sur des bases réellement démocratiques.

Mais cela suppose que les Etats-Nations des autres acceptent de transférer une partie de leur souveraineté.

Et peut-être que l’obstination nationale, et parfois même nationaliste finira par céder devant la contrainte financière qui va s’imposer à l’Europe.

C’est d’ailleurs souvent comme cela, les pires égoïstes deviennent souvent des parangons d’altruisme lorsque l’impécuniosité dicte sa loi.

C’est d’ailleurs un peu comme cela que l’Union Européenne a démarré. C’est parce que les pays européens, naguère ennemis, mais également ruinés par un conflit armé trop long et trop violent, n’avaient plus les moyens seuls de redresser leurs industries de base que s’est créée la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier. C’est parce qu’elles n’avaient plus les moyens de financer la course à l’innovation dans ce domaine que les mêmes nations ont créé Euratom pour la recherche nucléaire.

Les mêmes ressorts peuvent encore servir.

A. L’Europe est devenu un havre de paix, dans un monde qui n’a pas cessé de vivre des conflits depuis la fin officielle de la seconde guerre mondiale, conflits localisés et tellement loin de nous que nous les ignorons. Bercés par l’illusion de la paix, nous en oublierons presque ce contexte mondial belliqueux si par solidarité avec nos alliés, les armées de différents pays de l’Union n’étaient amenés à intervenir dans un des ces nombreux conflits locaux. Mais  la participation de troupes européennes à ces guerres montrent à quel point chaque nation prise séparément est dans l’incapacité d’intervenir de façon autonome et durable.

Les pays européens n’ont plus les moyens de leur défense. En ce qui concerne la France, nos concitoyens l’ont bien compris

http://www.acteurspublics.com/2013/03/08/les-francais-veulent-une-armee-plus-europeenne-et-plus-moderne

Les Français veulent une armée plus européenne et plus moderne

B. A force d’avoir pompé et creusé à tout-va pendant plus d’un siècle, les pays européens ont épuisé toutes les ressources énergétiques fossiles exploitables. Or l’Europe a très fortement contribué à bâtir un modèle de développement fondé sur une débauche d’énergie. Le reste du monde l’a imité et se trouve maintenant en concurrence pour accéder aux sources d’énergie fossile disponibles. Il y a donc là un risque mortel pour la survie du modèle de développement. C’est du moins ce que pensent certains, qui voient l’Europe un peu plus loin que le bout de leur nez

http://www.eng.notre-europe.eu/011-14949-Jacques-Delors-Sami-Andoura-et-Michel-Derdevet-plaident-pour-une-communaute-europeenne-de-l-energie.html

La France ouvre la voie à une Communauté européenne de l’énergie

 

La Défense, l’Energie ! Avec quelle ironie, l’Histoire semble s’amuser à repasser les plats. Et pourquoi pas en effet relancer l’idée européenne autour de ces projets concrets et qui répondent à des menaces tout aussi concrètes?

Et pourquoi pas aussi y rajouter un troisième volet qui pourrait s’appeler l’Europe des industries de réseau puisqu’il est maintenant admis que les industries de réseau ont remplacé la sidérurgie et les autres industries lourdes comme vecteur du développement.

 

Mais évitons de commettre les mêmes erreurs que par le passé. Il ne s’agit plus de relancer la machine économique. Il s’agit de lancer enfin un projet de société. Cela veut dire que  simultanément, il faudra réfléchir aux solutions techniques qui pourraient être recherchées dans le cadre de ces communautés réinventées et aux conditions politiques de leurs réalisations. Parmi celles-ci, il y a la création d’une vraie compétence budgétaire européenne, avec droit de lever l’impôt pour financer ces investissements d’intérêt général. Il y a également la création d’une vraie compétence de pilotage économique pour orienter la transition énergétique qu’impliquerait la création de cette communauté de l’énergie. Il y aura aussi la création d’une vraie compétence diplomatique européenne, tant il est vrai que la guerre n’est jamais que la continuation de la diplomatie par d’autres moyens (Clausewitz disait « la politique » au lieu de « la diplomatie » mais l’idée est la même).

 

Donc, d’accord pour relancer l’idée d’Europe à partir de communautés dont les objets parlent aux peuples mais pas d’accord si dans le même temps on ne tire le constat que si on en est arrivé là c’est que manifestement les Etats Nations n’arrivent plus à assumer leurs tâches et qu’il faut passer à autre chose.

Et même si certains ne veulent pas suivre ce mouvement, commençons-le avec ceux qui le veulent. Après tout en 1958, s’il avait fallu attendre l’accord du Royaume Uni pour signer le Traité de Rome, où en serions-nous ?

Il faut faire le pari que la nouvelle dynamique sera tellement forte qu’elle obtiendra l’adhésion des plus réticents.

La pire attitude serait de croire qu’ « un être nous manque et tout est dépeuplé ».

Il convient donc de commencer à convaincre Mr Schaüble qu’on ne bâtira pas le XXI° en se fondant sur les pires erreurs du XX°

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130309trib000753092/wolfgang-schauble-une-sortie-du-royaume-uni-serait-une-catastrophe.html

« Wolfgang Schäuble : une sortie du Royaume-Uni serait « une catastrophe » »

Un pays qui s’enorgueillit de tirer 10% de sa richesse de la spéculation financière n’est sûrement pas un allié sûr.

Mis devant les contradictions de ses dirigeants, pas sûr que le peuple britannique soit forcément d’accord avec les positions abracadabrantesques de ceux-ci !

Publicités
Cet article, publié dans pour l'Europe, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s