RSE : équitable, durable : éthique ou étiquette?

Voilà un contentieux entre entreprises qui est exemplaire à plus d’un titre

http://www.novethic.fr/novethic/rse_responsabilite_sociale_des_entreprises,environnement,recyclage,ethical_coffee_company_accuse_nestle_denigrement_systematique,139088.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

Ethical Coffee Company accuse Nestlé de « dénigrement systématique »

1). Voici en effet une petite entreprise qui se réclame, et nous n’avons aucune raison de la contester, du commerce équitable qui s’affronte à l’une des plus grosses multinationale de l’agro-alimentaire qui fut à maintes reprises mises en cause par des ONG pour ses pratiques peu respectueuses des droits de l’Homme au sens le plus large du terme.

C’est donc le Petit Poucet vertueux contre le méchant ogre. C’est la preuve que les petits peuvent se défendre contre les grands. Mais cela, on commence à y être habitué.

2° ce qui est moins habituel par contre, c’est que les deux entreprises vont s’affronter autour d’une expertise d’un genre nouveau, l’analyse du cycle de vie. Il s’agit là d’un concept directement issu du paradigme du développement durable. Ainsi donc, Nestlé est devenu sensible à la façon dont sont fabriqués, consommés et détruits les produits qu’il met sur le marché. Ce serait un grand pas en avant dans le sens de l’économie circulaire qui est peut-être, à ce jour, la meilleure réponse à la finitude des ressources de notre planète.

3° Mais ceci amène à un troisième constat : ce n’est pas parce qu’on pratique l’analyse du cycle de vie des produits qu’on est forcément vertueux du point de vue du développement durable, si vous croyez du moins à ce concept fourre-tout. En effet, qu’est-ce qu’une dosette? C’est beaucoup d’emballage, beaucoup de marketing pour un produit final qui n’apporte pas grand’chose de nouveau par rapport au bon vieux café moulu, si ce n’est qu’il flatte encore un peu plus l’instinct de paresse de nos contemporains. En fait, au regard du service final rendu, « boire un café à peu près buvable », le progrès n’est pas énorme mais entre deux, on a gonflé artificiellement le PIB en y rajoutant des tas des choses et en compliquant le cycle de vie du produit. En effet, outre l’emballage et la machine qui va avec, il y a ensuite les coûts d’élimination des emballages etc. etc. qui seront payés en fin de compte par….vous

4° ce qui m’amène au dernier constat. On peut être équitable sans l’être. Le but du commerce équitable, c’est bien d’améliorer le pouvoir d’achat du producteur sans amputer le pouvoir d’achat du consommateur. Mais cela pet se discuter. En tout cas, contrairement à ce que voudrez faire croire certains, « commerce équitable » n’est pas forcément synonyme de « développement durable », de même que « commerce équitable » ne veut pas forcément dire « produits bio » comme le pensent certains bio-bio prêts à sacrifier à toutes les modes .

Et tout ça, dans une petite dosette? eh oui!

 

Publicités
Cet article, publié dans RSE, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s