Quand la lecture de la presse nous énerve !

Big brother : la fratrie est nombreuse

J’ai déjà eu l’occasion de dire mon irritation profonde à constater que quasiment tous les opérateurs sur Internet en savaient plus que moi sur ce que je faisais ou pouvait penser. Qu’ils le sachent me dérange évidemment, qu’ils le gardent pour eux, comme on confie des informations à un tiers de confiance, c’est ce qu’ils voudraient nous faire croire et auxquels sans s’en rendre vraiment compte, la plupart d’entre nous adhère, ne serait qu’en cochant une petite case indiquant qu’on a lu les clauses de la licence etc…

Mais avec le braquage du magasin Apple de l’avenue de l’Opéra, on en apprend d’autres encore plus belles

http://www.latribune.fr/technos-medias/electronique/20130101trib000740008/braquage-dans-apple-store-parisien-un-butin-d-au-moins-un-million-d-euros-derobe.html#xtor=EPR-2-[Wall+Street+Briefing]-20130101

« Braquage dans Apple Store parisien: un butin d’au moins un million d’euros dérobé »

Certes, j’aurai pu en rire. En effet, la photo qui agrémentait tous les articles consacrés à ce fait divers montrait clairement qu’il s’agissait de mon ancienne agence bancaire. Du coup, les astuces faciles sur les braqueurs maladroits ou en retard qui viennent voler des tablettes, là où ils pensaient piquer des « pépettes » me sont évidemment venues à l’esprit.

Mais quand le lendemain, Apple pour montrer la force de son projet commercial s’est fendu d’une déclaration sur le ton  « Même pas mal. Je les retrouve quand je veux mes tablettes. Elles sont toutes marquées et traçables. »

C’est là que je me suis rendu compte que sans qu’on ne m’est dit quoi que ce soit lors de l’acquisition d’un produit Apple, Apple sait qui je suis, ou je suis ce que je fais et l’usage que je fais de ma tablette.

Je ne suis pas particulièrement paranoïaque mais savoir que quelqu’un à l’autre bout de la planète est susceptible de venir lire par-dessus mon épaule me rend un peu nerveux, comme le voisin de métro qui lit mon bouquin en même temps que moi, si vous voulez.

La traçabilité ne justifie pas toutes les intrusions.

J’ai toujours pensé qu’Apple fonctionnait commercialement comme une secte : certains entraient en Apple comme on entre en religion, quoique cela soit moins vrai maintenant que les produits Apple ne sont plus tout a fait des Apple. Mais quant à appliquer ces méthodes inquisitoriales, il y a là un pas qu’il n’aurait sûrement pas fallu franchir.

Le retour du droit en prison ?

« La détention n’est que la privation de la liberté d’aller et venir et rien d’autre. » C’est du moins ce que nous a appris un président de la République. La réalité est évidemment tout autre. Je ne reviendrais pas sur les rapports successifs du Contrôleur Général des Lieux Privatifs de Liberté qui disent assez l’état lamentable des prisons françaises. Par contre, je souhaiterais revenir un instant sur ce qu’on appelle le travail pénitentiaire. Il est tellement difficile d’obtenir des contrats pour fournir du travail aux détenus qui souhaitent arrondir leur pécule ou tout simplement qui souhaitent pouvoir cantiner, sans parler de ceux qui ont affirmé la volonté de vouloir indemniser leurs victimes depuis la détention, qu’il a fallu faire sortir le travail pénitentiaire du droit commun. Ainsi des détenues et des détenus travaillent pour des entreprises privées à des tarifs considérablement inférieurs au SMIC sans que personne ne proteste ou presque alors que des entreprises sont boycottées parce qu’elles exploitent des enfants en Chine, que d’autres entreprises crient à la concurrence déloyale parce que leurs concurrents utilisent de la main d’œuvre venue de l’Est ou du Sud de l’Europe payée au tarif de leur pays d’origine.

On devrait y voir plus clair dès que la cour de cassation se sera prononcée sur la constitutionnalité du texte de loi qui fonde la légalité inéquitable de cette pratique

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/01/01/le-travail-des-detenus-renvoye-devant-la-cour-de-cassation_1811737_3224.html

« Le travail des détenus renvoyé devant la Cour de cassation »

Peut-être est-ce le retour du droit commun en détention ? Il restera ensuite à trouver des entreprises qui accepteront de payer des détenus à un taux normal. Car en fait le véritable scandale est là : c’est parce qu’aucune entreprise ou presque n’accepte de payer normalement des détenus pour faire un travail normal, qu’il a fallu adapter le droit de façon à ce que des détenus qui souhaitent se réinsérer puisse commencer à payer leur dette vis-à-vis de leurs victimes, puisse se constituer un pécule afin de préparer une sortie de prison dans des conditions décentes, ou tout simplement puisse s’acheter des produits de première nécessité qui ne figure pas dans l’ordinaire pénitentiaire.

La concurrence est la vertu du marché !

La privatisation du service public de téléphonie devait nous apporter la fin des inconvénients liés à un monopole, c’est dire des baisses de tarif et des services meilleurs et un plus grand respect du client

Il y a eu dans les années passées au moins une affaire d’entente sur les tarifs entre les opérateurs qui fut sanctionnée par une amende record.

Le service est bien meilleur mais de toute façon, comme France Télécom était déjà à la pointe de la technologie avant sa privatisation, peut-être le service se serait-il amélioré aussi dans le cadre du service public.

Un nouvel accroc vient d’être fait dans le beau « compte de fée » de la privatisation et c’est la faute d’une « méchante » association de consommateurs qui voit du mal partout dans les contrats.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/01/07/les-principaux-operateurs-de-telephonie-mobile-attaques-par-une-association-de-consommateurs_1813454_651865.html

« Les principaux opérateurs de téléphonie mobile attaqués par une association de consommateurs »

De fait, si vous avez essayé de changer d’opérateurs, vous avez dû constater que ce n’était pas une partie de plaisir. En fait comme ils savent tous qu’ils ont érigé des barrières à la sortie, rien ne les empêche ensuite d’imposer des clauses léonines dans les contrats. Et même si vous arrivez à vous dépêtrer de l’un d’entre eux, comme ailleurs, ce n’est pas mieux, vous n’avez aucune raison de vouloir aller ailleurs.

C’est dire l’importance de contre-pouvoirs extérieurs aux entreprises pour contrebalancer le partage du pouvoir sur un marché entre les entreprises.

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s