Bilan 2012 la RSE progresse-t-elle ? 3/3

voici en un seul morceau, ce que j’ai servi en deux tranches avant Noël à toutes fins utiles.

Si on en croit l’INSEE, la pratique de la RSE a progressé en 2012 et est de l’avis même des entreprises une notion très répandue.

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1421

Mais il  s’agit d’une enquête déclarative. Les résultats sont encourageants mais jetons quand même un regard rétrospectif et prospectif sur ce qui s’est passé ces derniers mois et pourraient se passer ces prochaines années

 

Une initiative à suivre en 2013

En Novembre, en plein débat sur la compétitivité des entreprises, le gouvernement a lancé une consultation ouverte aux parties prenantes sur l’avenir de la RSE. http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/uploads/tinyMCE/les-consultations-publiques-du-ministere-du-developpement-durable/consultation-du-public-sur-le-plan-national-en-faveur-de-la-responsabilite-societale-des-entreprises-rse/plannationalrse.pdf

Cette consultation s’est achevée avec le 29 du même mois et on attend avec une certaine curiosité la traduction dans les faits mais sauf à ce que les parties prenantes aient été « saignantes » et surtout qu’elles soient entendu, on risque de rester en-deçà de ce que serait une politique ambitieuse de RSE qui verrait les principes de transparence et de responsabilité se traduire dans les textes notamment en ce qui concerne la modification de la gouvernance des entreprises et la place faite aux parties prenantes dans les instances de cette gouvernance.

 

Il faut dire que cette initiative du gouvernement français  fait écho à une initiative européenne qui va dans le même sens c’est-à-dire la promotion du concept plutôt que en imposer les règles

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2011:0681:FIN:fr:PDF

Attendons quand même 2013. Peut-être que l’action conjuguée des ONG et des syndicats et l’appui d’un Parlement Européen alerté sur ces questions donneront plus d’ambition à la Commission.

Donc pour la RSE, la nouveauté, ce sera 2013.

Mais en 2012 que s’est-il passé?

En 2012, le reporting  RSE « se démocratise » mais patine

En avril 2012, une sorte de miracle politico-administratif s’est produit. Le décret  sur l’obligation de reporting qui était en rade depuis la loi Grenelle II de 2010 est sorti juste au moment du premier tour des présidentielles mais il est déjà attaqué par les ONG qui voudraient qu’on aille plus loin.

http://www.novethic.fr/novethic/rse_responsabilite_sociale_des_entreprises,politique_developpement_durable,reporting,reporting_rse_2012_est_annee_transition,138649.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

Reporting RSE : « 2012 est une année de transition »

Il n’en demeure pas moins que les entreprises continuent à avoir des difficultés à rendre compte de leur situation sur ces trois points de la responsabilité sociale, de la responsabilité environnementale et de la responsabilité sociétale, soit par réticence, soit par incompétence. Il faut dire que le concept est encore tellement peu explicite pour la plupart des décideurs, y compris et  peut-être surtout des décideurs publics, qu’il prête à confusion et parfois même à la confusion mentale (ce qui est le cas quand on lit que la Fonction Publique publie un indicateur RSE)

En 2012, La RSE est-elle enfin entrée dans les mœurs ?

J’aurais tendance à dire que non  mais évidemment, ma façon de voir les choses est un peu pessimiste car je vois le verre à moitié vide.

Mon excellent camarade Jacques Igalens , grand promoteur de la RSE, voit ce même verre à moitié plein

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/11/19/10-10-la-responsabilite-sociale-au-coeur-des-strategies_1792651_3234.html

La « responsabilité sociale » au coeur des stratégies

Il faut reconnaître que, au niveau des affichages stratégiques, il a raison mais dans la pratique c’est  peut-être autre chose. Il a également raison quand il dit que les préoccupations sociales et environnementales en matière d’investissement ne sont plus l’apanage de l’ISR. L’initiative prise cette année conjointement par le PNUE et Global Footprint de promouvoir des agences de notation dont les critères seraient aussi sociaux et environnementaux va dans ce sens.

Mais il voit le verre à moitié plein parce qu’il sait d’où on vient, je le vois à moitié vide parce que je sais où je voudrais qu’on aille.

Toujours est-il que les efforts de conviction des promoteurs de la RSE semble porter ces fruits car incontestablement, dans l’opinion, l’idée progresse et plutôt de façon positive

http://www.novethic.fr/novethic/rse_responsabilite_sociale_des_entreprises,politique_developpement_durable,rse,comment_rse_est_elle_percue_par_opinion,138642.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

Comment la RSE est-elle perçue par l’opinion ?

Bien entendu, les réponses sont encore un peu floues parce que si le concept de RSE n’est pas totalement clair pour les dirigeants d’entreprises, imaginez ce que ce doit être pour un consommateur lambda ou un salarié X.

Toujours est-il que les entreprises entendent parfaitement ce message subliminal, quoique flou, que leur renvoie leurs clients et leurs salariés et les PME les plus performantes en ont fait un axe de leur excellence

http://www.novethic.fr/novethic/isr_investissement_socialement_responsable,indices,la_rse_petites_et_moyennes_entreprises_gage_performance,138537.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

La RSE des petites et moyennes entreprises, gage de performance

Ce qui tendrait à donner raison à Jacques Igalens

Mais….

Mais en 2012 , Il y a aussi eu l’autre face de la RSE, c’est-à-dire la réalité

Et la réalité des entreprises qui ont une stratégie RSE, ce sont des pratiques sociales parfois très contestables et donc très controversées mais dont on parle peu, en préférant mettre de l’avant d’autres aspects de l’action du groupe plus « présentables

http://www.novethic.fr/novethic/rse_responsabilite_sociale_des_entreprises,ressources_humaines,droits_de_l_homme,michelin_en_inde_enquete_ocde_commence,138536.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

Michelin en Inde : l’enquête de l’OCDE commence

La réalité de la RSE dans les entreprises qui en ont fait un de leurs axes stratégiques, ce sont aussi des pratiques industrielles peu transparentes et des pratiques commerciales peu respectueuses du client et de sa sécurité

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/menaces-sur-la-securite-de-nos-medicaments_359415.html?xtor=EPR-175-[XPN_18h]-20121108–191727235@218468725-20121108200948

Menaces sur la sécurité de nos médicaments

Mais évidemment, les contraintes économiques pèsent

Et c’est d’ailleurs cela qui pose problème actuellement quand on parle de RSE. Les valeurs sont mises de l’avant …tant que LA valeur et sa  chaîne de création ne sont pas remises en cause. C’est une des conséquences de ce fameux article  de Michaël Porter paru dans la Harvard Business Review

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/12/03/les-limites-de-la-responsabilite-sociale-des-firmes_1799099_3234.html

Etat et entreprise : qui crée du bien public ? Les limites de la « responsabilité sociale » des firmes

Les pratiques d’optimisation fiscale n’entrent pas encore dans le champ de la RSE mais n’est-ce pas la façon la plus insolente de s’exonérer de SA responsabilité sociale que de refuser d’apporter sa contribution au financement de l’action publique là où on exerce son activité

C’est pourquoi en l’état actuel des choses, la RSE est aussi décevante, puisque pour ceux qui suivent d’un peu près l’actualité de la RSE, celle-ci est moins une question de conviction que de communication mais il est évident que confrontée à de telles « injonctions paradoxales », l’entreprise ne peut renvoyer en fin de compte qu’un message brouillé

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/11/19/9-10-pourquoi-la-communication-des-entreprises-est-devenue-inaudible_1792649_3234.html

Pourquoi la communication des entreprises est devenue inaudible

Et demain ?

Demain, c’est-à-dire après qu’on aura refermé l’épisode du « grand projet gouvernemental pour la RSE », il restera à terminer de remplir le verre en espérant que dans l’enceinte même du MEDEF, le mesage ci-dessous sera entendu.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/20121204trib000735120/le-monde-patronal-doit-remettre-l-interet-general-au-dessus-de-tout.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20121205

« Le monde patronal doit remettre l’intérêt général au-dessus de tout »

Et puisque nous sommes dans la période de Noël, faisons un  peu d’angélisme et formulons un vœu. Et si en 2013, les entreprises portaient un regard un peu différent sur les salariés qu’elles emploient et qu’elles ne cherchent pas systématiquement à recruter l’archétype du Rambo d’entreprise

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/12/03/chronique_1799108_3234.html

De la bienveillance dans l’entreprise

Alors peut-être pourra-t-on dire que la RSE est sur de meilleurs rails

Ainsi mon verre se remplira petit à petit et nous pourrons trinquer, mon cher Jacques, aux lendemains qui chantent, comme il y a 40 ans !

Advertisements
Cet article, publié dans RSE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s