retour sur la compétivité

Voilà bien un concept difficile à cerner et qui provoque  des débats plutôt animés, parfois même animés de mauvaises intentions.

Certes le MEDEF , syndicat de toutes les entreprises qui ne s’expriment qu’au profit des plus grandes, a le génie de simplifier le débat en le ramenant à un ce raisonnement primaire « Diminuer les cotisations sociales qui s’ajoutent aux salaires et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes » et semble avoir convaincu une majorité de Français du bien-fondé de ce postulat

http://www.latribune.fr/depeches/reuters/le-cout-du-travail-freine-la-competitivite-pour-62-des-francais.html

Le coût du travail freine la compétitivité pour 62% des Français

Par esprit de conciliation, dans un billet précédent, https://dominiqueguizien.wordpress.com/2012/10/11/reforme-fiscale-baisser-le-cout-du-travail/

j’essayai d’expliquer que réduire le coût du travail pour toutes les entreprises étaient possibles à condition de supprimer quelques avantages qui profitent majoritairement à certaines entreprises qui ont la chance ou l’organisation nécessaire pour profiter de l’effet d’aubaine que constitue les exonérations , indifférenciées, de cotisation.

Mais cela suffira-t-il pour rendre leur compétitivité aux entreprises françaises ? Mais surtout cela suffira-t-il pour provoquer ce fameux « choc de croissance »auquel tous les politiques vouent un culte irraisonné?

Rien n’est moins sûr en effet.

Coût du travail et compétitivité

C’est quand même bizarre, ce sont les pays où les coûts du travail sont les plus bas qui ont de perspectives économiques les plus mauvaises comme l’indique ces deux articles parus à un jour d’intervalle en avril dernier. Ouvrez ces liens : les deux cartes parlent plus qu’un long discours.

http ://www.ouest-France.fr/actu/international_detail_-Le-cout-du-travail-fait-le-grand-ecart-en-Europe-_3637-2070533_actu.Htm

Le coût du travail fait le grand écart en Europe

http ://www.ouest-France.fr/actu/international_detail_-Quand-l-austerite-en-Europe-est-pointee-du-doigt-_3637-2070161_actu.Htm

Quand l’austérité est pointée du doigt en Europe

Mais alors pourquoi faire une telle fixation sur le coût du travail ?

Nos amis d’Alternatives Economiques apportent une réponse à leur façon, le premier en rappelant que le problème des entreprises françaises, ce n’est pas leur compétitivité globale mais plus basiquement leur faible taux de marge brute dû à un positionnement en bas de gamme, qui induit évidemment ensuite que les coûts de production soient eux aussi « bas de gamme ».

http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2012/10/03/choc-de-competitivite-est-ce-bien-le-moment/

Choc de compétitivité : est-ce bien le moment ?

La seconde en rappeIlant que dans un monde masculin où  le choc viril est la norme, un peu de la douceur féminine d’une transition est salutaire. Il est bon que ce soit une femme qu’il le rappelle à une autre femme.

http://alternatives-economiques.fr/blogs/berger/2012/09/30/choc-de-competitivite-ou-le-point-bling-bling-de-la-politique-economique/

Choc (de compétitivité)” ou le point bling-bling de la politique économique

 

Quitte à décevoir Madame Parisot, Louis Gallois n’est pas loin de partager cet avis et même s’il entend ne pas trop dévoiler le contenu de son rapport au Premier Ministre, il s’inscrit en faux contre la vision simpliste du MEDEF et de l’Institut des Entreprises qui, contrairement à d’autres think tanks libéraux, comme l’Institut Montaigne n’a jamais brillé par la fulgurance de ses propositions. Non, décidément non, la compétitivité des entreprises ne se limite pas au coût du travail

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20121008trib000723529/pour-louis-gallois-la-competitivite-ne-se-resume-pas-au-cout-du-travail.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20121009

Pour Louis Gallois, la compétitivité ne se résume pas au coût du travail

Et histoire de bien enfoncer le clou , il rajoute, avec toute la condescendance bienveillante d’un Polytechnicien humaniste, que contrairement à ce qu’on vous dit,  la compétitivité c’est quelque chose de très subtil à analyser

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/louis-gallois-la-competitivite-c-est-tres-complexe_345085.html

Louis Gallois: « la compétitivité, c’est très complexe »

S’il en fallait une preuve, il suffirait de se rapporter à cette étude qui porte sur les facteurs de succès de ce dont tout le monde parle en France, sans toujours bien savoir de quoi s’agit, le » Mittelstand » allemand

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20121010trib000724068/competitivite-un-rapport-detaille-le-miracle-allemand.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20121011

Compétitivité : un rapport détaille le « miracle » allemand

Je vous défie en lisant cet article de trouver un facteur-clé  UNIQUE de la compétitivité. Celle-ci est en effet la résultante de plusieurs forces qui agissent et réagissent au sein d’un système. Comme notre esprit cartésien est peu habitué à l’analyse systémique, nous trouvons évidemment que « c’est très complexe »

Louis Gallois étant le pur produit de la formation cartésienne des ingénieurs à la française mais ayant été aussi pendant quelques années le patron de la plus belle réussite industrielle franco-allemande, peut-être arrivera-t-il à traduire dans un Français compréhensible même par madame Parisot, ce qu’est le « Mittelstand ». Réponse maintenant le 5 novembre !

Publicités
Cet article, publié dans entreprises, l'économie comme on la subit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s