Le CAS avait bien tort!

Dans un billet précédent, https://dominiqueguizien.wordpress.com/2012/09/26/le-cas-quel-manque-de-vision-strategique/ je faisais part de mon étonnement et de mon agacement d’avoir constaté que la principale institution chargée de donner au gouvernement les éclairages nécessaires pour envisager l’avenir à long terme ne prenait absolument pas en compte les données environnementales, considérant, comme tous les économistes classiques que la nature n’a pas d’intérêt économique.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que l’actualité donne tort au Conseil d’analyse Stratégique.

Quand je parlais de limites à la croissance, je pensais plutôt à la contrainte « ressources de la planète ». J’avais complètement occulté la contrainte « réchauffement climatique », car si nous disposions des données du GIEC, les éléments concernant l’impact économique de ces changements climatiques manquaient.

Grâce à une ONG et à 20 Etats qui l’ont commanditée, cette lacune commence à être réparée.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/26/l-economie-mondiale-ralentie-par-le-changement-climatique_1765687_3244.html

L’économie mondiale ralentie par le changement climatique

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120927trib000721581/rechauffement-climatique-32-de-pib-en-moins-et-100-millions-de-morts-dans-le-monde-d-ici-a-2030.html

Réchauffement climatique : 3,2% de PIB en moins et 100 millions de morts dans le monde d’ici à 2030

Certes, comme pour toutes les études de ce type, ses résultats vont faire l’objet d’une controverse et il n’est d’ailleurs pas sûr que tous ces résultats soient à prendre les yeux fermés, mais au moins le débat est posé non plus de manière théorique mais bel et bien sur des bases chiffrées.

Mais au fait, j’y pense! Il y a quatre an, un rapport du même style rédigé par une sommité britannique, Sir Nicholas Stern n’avait-il pas mis en ébullition le monde de la finance et de l’industrie en posant aussi sur la table toute une série de chiffres expliquant qu’on ne s’en sortirait pas sauf un effort gigantesque d’investissement dans le domaine de la maîtrise des énergies. Voilà un beau sujet de méditation pour ceux qui se gratte l’occiput pour trouver des moteurs à la relance de la machine économique (je ne parle pas à dessein de nouveaux moteurs pour la croissance, car je n’ai plus la religion de la croissance!)

Ce rapport existant, on ne pourra plus dire qu’on ne savait pas! cela dit, on se doutait quand même un peu que les aléas climatiques avaient un coût. D’ailleurs, pas plus tard que cette année, on s’en est rendu compte avec la sécheresse simultanée en plusieurs coins du globe. Une réduction des récoltes c’est déjà en soi une diminution du PIB. Des pays plus dépendants de leur agriculture et de leur climat que les Etats-Unis, comme le Maroc par exemple le savent depuis longtemps. Des pluies bien réparties en mars, c’est la garantie d’un bonus sur le PIB, l’inverse étant vrai aussi.

Le deuxième effet que nous avons constaté, c’est l’effet rebond sur l’ensemble des filières qui dépendent des approvisionnement agricoles dont les coûts d’approvisionnement ont crû  et par voie de conséquence les capacités à développer leurs ventes, la demande ne suivant plus.

Je laisse maintenant les économètres à leurs petits calculs pour savoir si c’est 0.1%, 2.1% ou 3.2%.

L’important était que le discours économique dominant entende le message écologique : « la Terre n’est pas extensible à l’infini et on ne joue pas impunément avec la Nature. »

Publicités
Cet article, publié dans mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s