Marché fictif, marché à bulle….. marcher sur la tête

Soit par inconséquence, soit par calcul, les acteurs économiques s’ingénient à inventer des machines à fabriquer du vent

1. Les quotas d’émission de CO² ou comment on crée un marché fictif qui devient un marché spéculatif, puis un lieu d’arnaque, pour ne pas atteindre ses objectifs

L’idée en soi était bonne  puisqu’il s’agissait que les entreprises salissantes rachètent aux entreprises vertueuses le prix de leur vertu c’est-à-dire des quantités de CO² que celles-ci auraient économisées alors que celles-là ne l’aurait pas fait. Mais comme il fallait bien amorcer la pompe, on a donné à certaines industries des quotas, créant ainsi une offre fictive. Manifestement les émissions de quotas ont été mal calibrées car rapidement elles se sont négociées pour trois fois rien. C’est un peu le système Law qui recommence.

http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20120726trib000711134/bruxelles-essaie-de-prendre-les-manettes-du-marche-du-carbone.html#xtor=EPR-2-[Morning+Briefing]-20120727

Bruxelles essaie de prendre les manettes du marché du carbone

En outre, comme les émissions réelles de CO² sont difficiles à mesurer, on se trouve ici sur un marché difficilement à réguler physiquement ou alors selon des règles mathématiques tellement complexes qu’elles permettent toutes les entourloupes. Et des entourloupes, il y en a déjà eu d’autant que comme cela se faisait sur un marché ouvert, n’importe qui a pu se porter acquéreur ce qui a rendu encore plus difficile la traçabilité des émissions réelles. A côté, les carrousels mis en place autour de la TVA apparaissent des combines bien plus compliquées à mettre en œuvre.

Voici donc un produit qui n’existe pas, vendu sur un marché qui n’est pas régulé. On est donc dans le règne de la spéculation pure. Il ne serait pas surprenant que des mouvements brutaux à la hausse ou à la baisse se produisent. Pour l’instant, on est dans le point bas, c’est-à-dire la pire situation du point de vue des politiques publiques, puisque cette usine à gaz (c’est le cas de le dire) ne permet même pas d’inciter les industries polluantes  à devenir vertueuses.

2. Les réseaux sociaux, ne serait-ce que du vent et des paroles en l’air ?

Je reste toujours aussi admiratif sur la façon dont les médias ont fait monter la mayonnaise autour de l’introduction en bourse de Facebook. Enfin de quoi s’agit-il ? Des millions de personnes se connectent ensemble pour dire qu’ils sont amis. Et cela vaudrait si cher ? Mais qu’achète-t-on quand on achète cela ? Certains scandales qui ont commencé à fuiter laissent penser qu’en fait toute la puissance financière de ce montage acrobatique réside dans sa capacité à valoriser les millions d’informations que le réseau détient sur des millions d’individus. Il s’agit d’un montage particulièrement habile mais aussi particulièrement hasardeux, fondé sur la confiance. Or, dans le courant de l’été la confiance a commencé à se fissurer

http://www.latribune.fr/technos-medias/20120730trib000711626/jo-les-spectateurs-pries-de-calmer-le-jeu-sur-les-reseaux-sociaux.html#xtor=EPR-2-[Technos++Medias]-20120801

O: les spectateurs priés de calmer le jeu sur les réseaux sociaux

http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/20120726trib000711200/facebook-en-perte-chute-malgre-des-resultats-en-ligne-.html#xtor=EPR-2-[Morning+Briefing]-20120727

Facebook, en perte, chute malgré des résultats en ligne

http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/20120726trib000711082/zynga-s-ecroule-en-bourse-et-fait-chuter-facebook.html#xtor=EPR-2-[Morning+Briefing]-20120727

Zynga s’écroule en Bourse et fait chuter Facebook

http://www.latribune.fr/technos-medias/20120731trib000711869/facebook-zynga-la-bulle-internet-est-elle-en-train-d-eclater-comme-en-2000.html#xtor=EPR-2-[Morning+Briefing]-20120801

Facebook, Zynga… La bulle Internet est-elle en train d’éclater, comme en 2000?

Je ne crois pas que cela suffise pour en faire une nouvelle bulle Internet car les financiers ont sûrement tiré les leçons de la précédente bulle et le repli se fera en bon ordre. La meilleure preuve en est que depuis la parution de cette série d’articles alarmistes, les valeurs boursières n’ont pas vraiment dévissé. Il n’empêche que certains doivent se dire qu’appâtés par le tintamarre fait autour de cette introduction, ils ont peut-être acheté du vent et ils serrent ce qu’ils peuvent en espérant que le vent ne va pas se lever un jour ;

3. Les « entreprises » sportives »

11 gladiateurs plus leurs doublures dans un stade payé cash vaudrait plus cher que la plupart des entreprises industrielles du Royaume-Uni, cela laisse songeur. Dans ce cas-ci aussi, on peut se demander ce qu’on achète réellement : des perspectives de recettes publicitaires ? Des droits de retransmission télévisuels ? La vente de produits dérivés ? La revente des joueurs eux-mêmes ? Des perspectives de marges bénéficiaires?

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/manchester-united-vise-une-valorisation-de-3-milliards-de-dollars-en-bourse_320751.html?xtor=EPR-175-[XPN_18h]-20120731–191727235@211286665-20120731183548

Manchester United vise une valorisation de 3 milliards de dollars en bourse

Aucun de ces paramètres pris séparément ou ensemble ne permet d’arriver à ce niveau de valorisation. Alors qu’achète-t-on ? Peut-être l’espoir que les succès « sportifs » du club feront encore monter la côte ! C’est typiquement un marché spéculatif et comme tous les marchés spéculatifs, il arrive un moment où la confiance qui le fait tourner vient à disparaitre et aussitôt la bulle spéculative se dégonfle. Mais tant qu’il y aura des amateurs de pizzas et de bière, ce marché n’aura rien à craindre, sauf de ses excès. Et c’est ce qui risque d’arriver au petit marché français qui gonfle, qui gonfle, qui gonfle

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-plus-gros-budgets-de-la-ligue-1_320610.html?xtor=EPR-175-[XPN_18h]-20120731–191727235@211286665-20120731183548

Les plus gros budgets de la Ligue 1

Mais il n’est pas sur  que, pour ce qui concerne le championnat français, le principal carburant soit là, la confiance justement !

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, l'économie comme on la subit, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s