La Santé au travail : prévenir, est-ce mieux que guérir ?

Un article paru dans le Télégramme  De Brest et de l’Ouest du 20 avril a attiré mon attention. Il y était question d’une initiative prise par une des associations morbihannaise de médecine du travail.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/economie/medecine-du-travail-les-infirmiers-a-la-rescousse-20-04-2012-1675360.php?xtor=EPR-3-[quotidien]-20120420-[detailarticle]

« Médecine du travail. Les infirmiers à la rescousse »

Face à la difficulté de recruter des médecins du travail et devant la recrudescence des demandes des salariés de plus en plus en souffrance, elle avait en effet eu l’idée de faire appel à des infirmières et des infirmiers. C’est parait-il possible d’après une loi de juillet 2011.

Mais est-ce pour autant souhaitable ?

Cela fait déjà quelques temps que la profession tire le signal d’alarme sur la situation catastrophique de la médecine de prévention au travail.

http://www.liberation.fr/societe/0101639843-la-medecine-du-travail-en-souffrance

« La médecine du travail en souffrance »

En effet, la règle pour les médecin de prévention au travail, ce n’est pas le 1 sur 2 comme dans la fonction publique mais le 1 sur 4, c’est-à-dire que quand 1 médecin du travail est formé, il doit remplacer 4 médecins qui sont partis à la retraite. A ce rythme-là, les services de santé au travail n’ont plus longtemps à vivre.

Et pourtant, assez régulièrement la presse nous dit que les français qui travaillent prennent des risques avec leur santé.

Récemment encore, le Télégramme, encore lui,  rappelait que l’amiante reste un problème de santé publique qui concerne près d’un million de travailleurs

.http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/amiante-les-salaries-pas-assez-proteges-sur-les-chantiers-26-04-2012-1682063.php?xtor=EPR-3-[quotidien]-20120426-[detailarticle]

« Amiante. Les salariés pas assez protégés sur les chantiers »

Est-il besoin de rappeler qu’il a fallu près d’un siècle pour qu’on reconnaisse officiellement la dangerosité de ce produit et si le système judiciaire italien peut s’enorgueillir d’avoir pris récemment des décisions équitables et généreuses en faveur des victimes de cette « saloperie », on ne peut pas dire que notre propre système judiciaire ait fait preuve d’une grande élégance en réclamant la même semaine le reversement de trop-perçus à des victimes indemnisées.

Mais il n’y a pas que les ouvriers de l’industrie ou les travailleurs du bâtiment qui soient ainsi exposés à des produits toxiques. Il y a un mois, alors qu’ils s’étaient déjà fait remarquer au salon de l’Agriculture, des agriculteurs, petits exploitants ou salariés agricoles se sont regroupés en association  pour dire que les herbicides, pesticides et autres produits phytosanitaires sont aussi de vrais poisons pour leur santé

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Les-paysans-malades-des-pesticides-s-organisent-_3640-1732135_actu.Htm

« Les paysans malades des pesticides s’organisent »

Faudra-t-il là aussi attendre près de cent ans pour qu’on reconnaisse que des travailleurs ont été exposés à des produits toxiques. Et depuis la diffusion récemment de cet excellent documentaire « La mort est dans le pré », nous ne pourrons plus dire que nous ne savions pas

Dans les bureaux non plus, les travailleurs, et surtout les travailleuses ne sont pas plus à l’abri du risque. Mais ici, l’atteinte à la santé se fait plus pernicieuse. Cependant, l’épidémie de tendinite, lombalgie, douleurs aux poignets est telle que même les services de l’Etat se sont sentis obligés de faire de la prévention

http://www.travailler-mieux.gouv.fr/spip.php?page=risque-prevention&id_article=154

« Troubles musculo-squelettique (TMS)  les moyens de prévention »

Il n’est pas jusqu’à des professions pourtant protégées, comme les magistrats qui ne parlent de « souffrance au travail ». Et je ne parle même pas du stress des cadres qui commencent à contaminer leurs collaborateurs.

Face à cela, je crains que des infirmiers, même bien formés, ne soient pas de taille. Il y a bien la solution qu’on utilise maintenant chaque fois qu’un désert sanitaire apparaît, l’appel à la main d’œuvre étrangère.  Mais la médecine de prévention est tellement spécifique en France qu’il faudra la former.

Il y a bien la solution de la reconversion de médecins de ville mais pour cela, encore faudrait-il que la médecine du travail soit reconnue comme une spécialité et rémunérée comme telle.

Nous savons tous qu’en matière de santé, il est préférable, à tous les égards de prévenir plutôt que guérir. C’est autant de souffrance en moins. C’est autant de dépenses en moins. Si la prévention est supérieure à la guérison, normalement un médecin de prévention devrait être mieux considéré qu’un médecin généraliste.

Mais la vraie prévention est ailleurs. Elle est dans l’interdiction progressive mais définitive de tous les produits dont la nocivité est reconnue et en cas de doute, il convient d’appliquer le principe de précaution. Elle est aussi dans le rétablissement de conditions de travail correctes. Or, celles-ci se régénèreront d’autant plus facilement que l’Inspection du travail, chargée de les faire respecter, sera présente. Or l’Inspection du Travail  est actuellement dans un état aussi lamentable que la médecine du Travail. Ce n’est peut-être pas un hasard.

Alors oui, en matière de santé au travail, prévenir c’est mieux que guérir Mais cela va bien au-delà d’un renforcement de la médecine du travail.

C’est un projet politique qui, dans ce domaine aussi,  remet l’homme au cœur de l’économie.

Comme on disait il y a quelques décennies, « on ne peut pas perdre sa vie à vouloir la gagner ». C’est encore plus vrai maintenant.

Publicités
Cet article, publié dans entreprises, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s